Changement de modèle ?    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Ouverture vendredi de la deuxième session de la Chambre des représentants    Le Covid-19 fait chuter la demande et les prix de l'huile à l'échelle mondiale    Intensification des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires dans la province d'Al Haouz    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    La guerre des masques a bel et bien lieu    Le pain farci de ma mère ! Il n'y a pas mieux pour tromper le confinement    La culture, un besoin vital en temps de crise    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire : 8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Covid-19 : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113 au total    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat
Publié dans L'Economiste le 14 - 02 - 2020

La chorégraphie musicale du ballet reste aujourd'hui encore considérée comme l'un des plus grands accomplissements de la culture nationale russe (Ph. OPM)
Il était une fois… Un prince en âge de se marier, Siegfried, mais qui plutôt que de choisir l'une de ses nobles prétendantes, tombe follement amoureux d'une princesse-cygne, Odette. Celle-ci est victime d'un sort jeté par le sorcier Rothbart: le jour, elle prend l'apparence d'un cygne blanc et, la nuit, elle retrouve son apparence humaine.
Parmi toutes les œuvres composées par Tchaïkovski, Le Lac des Cygnes fait figure de vilain petit canard… Lorsque la toute première version du ballet est créée au Théâtre du Bolchoï à Moscou, en mars 1877, l'œuvre n'obtient aucun succès. Ni critique, ni public.
Pour Tchaïkovski, le spectacle est même une déception puisqu'il ne reconnaît en rien le ballet qu'il avait imaginé en composant. Il faut attendre 1895 et un autre maître de ballet, français, Marius Petipa, pour que Le Lac des Cygnes conquiert enfin le public russe. Petipa apporte lui aussi des modifications à la partition d'origine, mais avec son assistant Lev Ivanov, il veille à rester fidèle à l'ambition première de Tchaïkovski.
En 1895, ce dernier est décédé depuis deux ans et n'aura ainsi jamais admiré la chorégraphie de Petipa, ni goûté au plaisir de l'immense succès de son Lac des Cygnes… Chef-d'œuvre classique intemporel, Le Lac des Cygnes est aujourd'hui le ballet le plus joué au monde. Sa chorégraphie musicale reste aujourd'hui encore considérée comme l'un des plus grands accomplissements de la culture nationale russe.
La pièce est au répertoire du Yacobson Ballet depuis de nombreuses années dans une interprétation renouvelée de la chorégraphie originale de Marius Petipa et Lev Ivanov. C'est cette version que l'Orchestre philharmonique du Maroc propose avec 3 représentations, du 21 au 23 février 2020, au Théâtre national Mohammed V de Rabat.
Première compagnie indépendante de Russie, non rattachée à un Opéra, le Yacobson Ballet a été fondé en 1969 par Leonid Yacobson alors maître de ballet et chorégraphe très renommé. La compagnie devient très vite un évènement dans le paysage du ballet russe et reçoit le titre de «Compagnie Miniature» en référence au format court des pièces créées par son fondateur.
Depuis 2011, le Yacobson Ballet est dirigé par Andrian Fadeev ancien danseur principal du Mariinsky Ballet. Composée de 75 danseurs poussés par des solistes de forte personnalité, la compagnie reprend, en les dépoussiérant, les pièces du répertoire du ballet classique.
Tout en respectant la tradition, il commande en les réactualisant de nouvelles productions scénographiques et de costumes. Coupant dans les longueurs et ne gardant que l'essentiel, il redonne à ces œuvres qui ont traversé l'histoire, du panache et du rythme pour les mettre au goût du jour. Une très belle manière de redécouvrir le répertoire du ballet servi avec élégance et brio par de magnifiques danseurs.
A.Bo


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.