Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, vendredi 14 août à 18h    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lois électorales: Ce qui risque de changer
Publié dans L'Economiste le 27 - 02 - 2020

Lettre au chef du gouver­nement, concertation entre partis politiques,… les grandes manoeuvres pour se projeter dans 2021, année des élections par excellence, ont démarré. Après des réunions des états-majors, des formations ont décidé de sensibi­liser Saâdeddine El Othmani à la néces­sité d'organiser des réunions avec les partis politiques, avec comme ordre du jour, la préparation des lois électorales.
C'est le cas de l'Istiqlal, l'USFP et du PPS qui veulent lancer le processus de discussions suffisamment à l'avance pour que les élections se déroulent dans les meilleures conditions. Si deux formations campent dans l'opposition (Istiqlal et PPS), il en va autrement pour l'USFP qui fait partie de la majorité.
Or, l'échéance de 2021 présente la particu­larité de coïncider avec la fin de diffé­rents mandats électoraux. Il s'agira donc d'organiser les élections communales, régionales, législatives, celles des dif­férentes chambres professionnelles, le scrutin des représentants des salariés,… au cours de la même année. L'ordre de déroulement de ces échéances n'est pas encore arrêté.
L'échéance de 2021 présente la particularité de coïncider avec la fin de différents mandats électoraux. Il s'agira donc d'organiser les élections communales, régionales, législatives, celles des différentes chambres professionnelles, le scrutin des représentants des salariés,… au cours de la même année (Ph. L'Economiste)
Selon Nizar Baraka, secrétaire général de l'Istiqlal, le chef du gouvernement a été réceptif à la requête des partis. D'ail­leurs, en s'adressant au patron de l'exécu­tif, les initiateurs ont respecté les formes, sachant que c'est le ministre de l'Intérieur qui prépare les textes et organise les dis­cussions avec les partis politiques. En tout cas, la réussite du prochain agenda élec­toral est la plus importante bataille que devra mener Abdelouahed Laftit.
En réalité, l'Istiqlal et l'USFP sont en train de préparer des propositions qu'ils comptent soumettre au gouvernement pour la réforme des lois électorales. Une commission composée de deux membres de chaque formation s'est réunie lundi pour avancer sur ce dossier. L'initiative de l'Istiqlal et de l'USFP n'est pas for­tuite.
Par ces changements qu'ils pro­posent dans les lois électorales, sans parler du nombre de sièges par circons­cription et du découpage électoral, la ré­forme de la loi sur les partis, ils cherchent à barrer la route au PJD, en essayant de raboter les scores de cette formation.
En effet, plusieurs aspects ont été abordés dont le seuil d'éligibilité, aujourd'hui fixé à 3% pour les élections législatives et à 6% pour les collectivités territoriales. Les deux anciens alliés de la Koutla demandent d'unifier ce seuil à 3% pour les deux élections. Pour rappel, avant les élections de 2016, ce seuil était fixé à 6% quel que soit le scrutin.
Le code électoral n'est pas en reste. Ainsi, le scrutin uninominal est appliqué dans les élections des collectivités territo­riales de moins de 35.000 habitants. Au-delà de cette population, c'est le scrutin de liste qui est en vigueur. Or les deux partis veulent changer cette configuration, en proposant un autre plafond: l'Istiqlal est favorable à un niveau de 50.000 et l'USFP à 70.000 habitants.
Ils veulent également changer les modalités de la répartition des sièges le jour de l'élection. Ainsi, dans le mode de scrutin de liste en vigueur, l'attribution des sièges se fait selon le plus fort reste. Au lieu de cela, ils proposent de le rem­placer par la plus forte moyenne, un prin­cipe qui encourage les petites formations politiques pour siéger au Parlement.
Les finances des partis sont aussi concernées. Ils réclament une égalité dans le soutien public forfaitaire accordé à toutes les formations. Même topo pour la liste nationale des femmes. Celle-ci doit disparaître pour intégrer la gent fémi­nine dans les listes des circonscriptions, avec le classement d'une femme suivie d'un homme,… Idem pour le choix du jour du vote.
En effet, vendredi n'arrange pas les affaires de ces deux partis. Pour eux, le PJD profite de la prière du vendre­di pour se mobiliser autour des mosquées en incitant les électeurs à voter pour lui.
Se mobiliser auprès des citoyens
Avec la reprise des activités royales au cours des dernières semaines, l'opinion publique sent un vent frais souffler. Du coup, la scène politique est bien remplie. Les partis politiques, particulièrement de la majorité, doivent prendre l'exemple et se mobiliser auprès des citoyens. Il en va de leur responsabilité. Pendant ce temps, les partis d'opposition constatent que le gouvernement n'est pas au rendez-vous. Le climat politique n'est pas au top de sa forme. Le fossé qui sépare les responsables et les élus des partis, les institutions démocratiques avec les différentes composantes de la population, ne s'arrête pas de se creuser. L'image des politiques auprès de l'opinion publique est déplorable. Pour redresser la barre, il est impératif d'engager une véritable réconciliation, visant à améliorer l'ambiance géné­rale et à réussir le processus électoral. Pour l'heure, on en est très loin de cet objectif, avec un contexte marqué par des poursuites judiciaires contre des parlementaires arrêtés pour des actes de corruption, d'autres sont limogés par le tribunal administratif sous l'impulsion des enquêtes du ministère de l'Intérieur. Dans ces conditions, comment remplir le vide qui s'installe et intéresser les citoyens? La lutte à couteaux tirés entre deux composantes de la majorité, le PJD et le RNI, occupe le devant de la scène. Le PJD cherche à maintenir sa position de leadership et le RNI qui veut occuper par tous les moyens la première place. Il ne faut pas que cela se fasse au détriment de la politique et des réformes en attente.
Mohamed CHAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.