Fonds d'aide cinématographique : 19 projets retenus et plus de 24 MDH d'avances accordées    Croissance économique : Une régression de 5,8% anticipée par le HCP en 2020    Covid-19: 203 nouvelles contamination et 5 décés ces dernières 24H    Alerte météo : temps chaud et orages jusqu'à lundi au Maroc    Coronavirus : 3212 cas actifs dimanche 12 juillet à 18 heures, 12.283 guérisons    Sainte Sophie. Erdogan veut mettre la main sur l'Islam    Préférence nationale : voici les mécanismes qui seront opérationnels    Bourse: le flou persiste pour Casablanca    Espoir, engagement et responsabilité    Youssef Zalal: «Je veux devenir le meilleur au Monde!»    Malheurs des ouvrières agricoles    Oppo A92 désormais disponible au Maroc    Test de dépistage pour le voyage... et pour la reprise du travail    8e réunion de la Commission ministérielle chargée des MRE et des Affaires de la Migration    Sit-in des robes noires en solidarité avec le sulfureux Me Ziane    Abdeladim Chennaoui n'est plus    Le tourisme de demain sera celui de la Culture, de l'Ecologie et du Bien-être    Lkraimi, une vie à l'ombre...    Turquie: l'ancienne basilique Sainte-Sophie redevient mosquée    Le dilemme Santé/Economie!    Pour la création d'une Haute Autorité de la Santé [Tribune]    RAM : Les passagers empruntant les vols au départ du Maroc sont dispensés de tests, mais...    RAM renforce ses fréquences sur deux liaisons    Mohamed Hayak, directeur général de Chada FM, n'est plus    Marrakech : Hadirate Al Anwar signe une nouvelle œuvre [Diapo]    Maroc vs Amnesty: Le gouvernement insiste sur les preuves    Liga: les résultats et le classement de la 36e journée    Covid-19: 238 nouvelles guérisons ces dernières 24 heures    Le coup de gueule des Marocains souhaitant regagner leurs pays de résidence (VIDEO)    Casablanca: Abdeladim Chennaoui inhumé au cimetière Chouhada (VIDEO)    Dialogue social: un 2ème round aura lieu    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pétrole: Les cours reprennent timidement
Publié dans L'Economiste le 03 - 06 - 2020

Au moment où se prépare un sommet de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de leurs alliés (Opep+), les cours du pétrole oscillent autour des 40 dollars. Depuis le début de la semaine, les deux barils de référence (Brent et WTI) terminent en ordre dispersé mais proches de l'équilibre.
Plusieurs facteurs ont contribué à cette situation dont la montée des tensions entre les deux premières puissances économiques mondiales (USA vs Chine) et la perspective de nouvelles discussions au sein de l'Opep.
Les cours du pétrole étaient en chute libre et même négatifs en raison de la crise du coronavirus durant le mois d'avril (cf. notre édition N° 5746 du 22/04/2020). Avec des avions cloués au sol, des usines au ralenti, des voitures au garage pour cause de propriétaires confinés… la demande était déprimée
Attentifs aux évolutions, les investisseurs espèrent une prolongation des coupes drastiques de la production d'or noir. Pour de nombreux experts, «les pays de l'Opep+ pourraient discuter de la prolongation après juin des 9,7 millions de barils par jour (mbj)». Ce volume a été retiré du marché depuis le 1er mai, en application du dernier accord des membres de l'Opep et de leurs alliés, dont la Russie.
Le but est d'enrayer la chute des cours provoquée par la pandémie de Covid-19. Les termes de cet accord décidé le 12 avril précisent que cette réduction doit passer à 7,7 mbj de juillet à décembre. Les observateurs tablent déjà sur une prolongation d'un à trois mois du volume de mai et juin.
Les restrictions à la mobilité et la récession mondiale ont entraîné en mars dernier la plus forte baisse jamais enregistrée sur un mois des prix du pétrole. La chute de la demande est intervenue après un désaccord entre producteurs de pétrole sur les objectifs de production.
Elle s'est accompagnée d'une forte augmentation des stocks mondiaux de pétrole, comme le rappelle une analyse publiée le 2 juin par le Groupe de la Banque mondiale dans le cadre de la dernière édition de ses Perspectives économiques mondiales, dont la version intégrale paraîtra le 8 juin prochain. Celle-ci expose également les implications de cette chute des cours pour l'économie mondiale, et en particulier pour les économies émergentes et en développement exportatrices d'énergie.
A court terme, alors que les restrictions sur les transports et les voyages sont maintenues, la faiblesse des prix du pétrole ne favorisera probablement pas beaucoup la croissance. Elle pourrait, au contraire, aggraver les conséquences de la pandémie en affaiblissant davantage les finances des pays producteurs. Le moindre coût du pétrole ne devrait, au mieux, qu'entraîner un soutien marginal à l'activité mondiale au début de la reprise.
«Les économies émergentes et en développement exportatrices de pétrole sont entrées dans la crise actuelle avec des situations budgétaires érodées après avoir puisé dans leurs réserves pour faire face à la chute des prix pétroliers en 2014-2016. Outre la crise de santé publique sans précédent, ces pays connaissent aujourd'hui un fort ralentissement économique en raison de l'effondrement de leurs recettes d'exportation», explique Ayhan Kose, directeur de la division Perspectives de développement à la Banque mondiale.
«Même si les cours du pétrole remontent avec le redémarrage de la demande mondiale, cette récente chute des prix rappelle à nouveau aux pays exportateurs de pétrole combien il est urgent de poursuivre les réformes pour diversifier leurs économies», est-il indiqué.
Politiques de tarification de l'énergie
LA faiblesse actuelle des prix du pétrole est également l'occasion de revoir les politiques de tarification de l'énergie, recommande la Banque mondiale. Ainsi, les économies émergentes et en développement importatrices d'énergie doivent abandonner les dispositifs de subventions coûteux et affecter leurs ressources budgétaires limitées à des secteurs plus prioritaires, en particulier pour améliorer leurs systèmes de santé publique et d'éducation.
F.Z. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.