Fès se penche sur les finances publiques    Dans le Haut Atlas, la population piégée par une sécheresse inquiétante    Compétitivité fiscale: Le Maroc gagne encore des places    Trois Casques bleus et un soldat tués au Mali    Agadir/Congrès international de l'arganier: Cap sur la recherche scientifique    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Divers    Pour une meilleure préservation de l'arganier    L'insoutenable calvaire de la femme marocaine    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Botola Maroc Telecom : Le fauteuil de leader en jeu    2ème phase de la régularisation des migrants : Plus de 25.000 demandes recensées    Pistorius écope de 13 ans ferme    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Tanger Med: Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et de 10 kg d'héroïne à bord d'un autocar venant de Belgique    L'OCP met en service sa nouvelle usine d'engrais    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Un sit-in devant l'ambassade de la Libye à Rabat pour dénoncer la traite des êtres humains    AGRESSIONS DES ENSEIGNANTS: QUAND LA SALLE DE COURS DEVIENT UN RING!    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    NEUF CLANDESTINS MAROCAINS SAUVES AU LARGE DE LA TUNISIE    Theresa May à Bruxelles, le coût financier du Brexit en vedette    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Allemagne: Tout, sauf des élections !!!    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arts plastiques
Les couleurs selon Krouni
Publié dans L'Economiste le 02 - 06 - 2008


· De l'expressionnisme au surréalisme
Expressionniste, surréaliste ou tout simplement artiste? Abdelkhalek Krouni ne saura pas répondre à cette question. Il se contentera de vous regarder et de sourire. Histoire de vous dire que c'est à vous de trouver la ou les réponses à votre question. A travers, bien sûr, ses toiles.
En fait, Abdelkhalek Krouni est de ces plasticiens qui vous diront qu'il ne privilégie pas une école à une autre, qu'il ne préfère pas une forme d'expression à une autre. Il se contente de se laisser guider par les touches de ses pinceaux pour traduire, interpréter ce qui lui passe par l'esprit. Cela peut être une belle femme, un jeune enfant à l'école coranique ou encore un fauconnier des Kouassems dans la région d'El Jadida.
Dès le premier pas dans son petit appartement aménagé en galerie d'exposition de ses créations, tout de suite l'on devine, l'on sent, l'on touche la fibre de l'artiste. Il y a de tout: quotidien de tous les jours, natures mortes, portraits et aussi des toiles surréalistes. Krouni dira à cette occasion et devant l'émerveillement manifesté en regardant ses toiles, qu'il se cherche encore, qu'il est en perpétuelle quête de cette perfection si chère aux artistes qui se respectent. Foisonnement de couleurs, vibrante et étincelante lumière dans les yeux de ses sujets, de ses modèles, riche amalgame de ces idées, ces regards qui vous passent par la tête en une fraction de seconde. Tellement vite que l'on n'en conserve que ce qui est beau, reposant et que l'on veut partager avec l'autre, avec les autres.
Pour l'artiste, la toile naît comme un bébé que l'on couve, que l'on protège, qu'on nourrit, qu'on voit grandir. Ultime phase pour le brandir au bout de ses bras et dire fièrement à ceux qui l'observent: «Regardez le beau bébé que j'ai fait». Abdelkhalek Krouni a déjà montré ses bébés au Maroc, bien sûr, mais aussi à l'étranger particulièrement en Arabie saoudite, en Tunisie, en Libye et dans les Emirats arabes unis. Ses toiles, surtout celles impressionnées de l'expressionnisme, ne comportent-elles pas suffisamment de couleur sable, allusion à la vaste nature de ces pays? Un grand plongeon dans les coutumes et les us, dans l'art de vivre, de monter à cheval ou encore d'une cérémonie de thé. Un voyage dans le dédale des couleurs, celles que nous connaissons, celles de tous les jours, mais aussi dans celles imaginées, travaillées et finalement inventées par l'artiste. Un savant mélange pour chaque toile, chaque situation, chaque expression. Tout au plaisir des yeux et du repos de l'esprit.
Des projets, Abdelkhalek Krouni n'en fait pas beaucoup. Il préfère regarder le temps et le décrire, le vivre et le sentir. A telle enseigne qu'il en devient (presque) le gardien. C'est peut-être pour cela qu'il tient à le perpétuer dans la mémoire à travers le regard que l'on jette sur ses toiles. Un passage de contemplation qu'il est difficile de contourner, de dépasser, d'éviter tant on y est invité par ces fonds de toile dont on a du mal à se détacher… Abdelkhalek Krouni est né un certain 11 novembre 1963 à Casablanca, mais l'artiste, lui, est né, de son imagination et de son imaginaire. Un véritable don du ciel pour le monde des arts au Maroc et pour les amateurs du beau, du totalement beau…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.