Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Le Maroc plaide pour «un système multilatéral renouvelé et plus équitable»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    CFG Bank : La masse bénéficiaire ajustée des principales sociétés devrait baisser de 18,3% en 2020.    AWB. Issam Maghnouj : « La relation banque-client a changé »    Chili: La troisième mort de Pinochet    Hier, l'avenir était meilleur !    Coronavirus : plus de 624.000 arrestations pour non-port du masque au Maroc    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Coronavirus : la pollution de l'air pourrait augmenter la mortalité de 15%    Une haute délégation visite les laboratoires de recherche de la Fondation MAScIR    Après des semaines d'assouplissement, Tanger de nouveau en alerte    Taroudant/Covid-19 : Nouvelles mesures préventives contre la pandémie    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    Affaire des caricatures : Le Conseil Supérieur des Oulémas donne sa position    Maroc Telecom, «Top Performer RSE» pour la 7e fois consécutive    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Ce qu'était le tourisme avant la crise Covid    Kifal auto : La startup qui roule pour les voitures d'occasion (vidéo)    Casablanca : Deux balles de sommation tirées pour neutraliser deux récidivistes    Le Royaume d'Eswatini ouvre son consulat général à Laâyoune    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    Arménie et Azerbaïdjan s'engagent à nouveau sur une trêve à Washington    Lee Kun-hee, l'ermite de l'empire Samsung    Orpheline de Ronaldo, la Juve concède un nouveau nul    Le Festival Nipponia 'Ki, un pont culturel entre le Maroc et le Japon    Compteur coronavirus : 2.264 nouveaux cas et 46 décès en 24H    Coupe de la CAF: Le Souverain félicite la Renaissance de Berkane    Cinéma. Le Festival Al Gouna rend hommage à said Tahgmaoui    Mehdi Qotbi : « De nouveaux musées ouvriront prochainement »    Les folies d'Erdogan    Maroc-Egypte: le suspense continue    La CAF et l'ICSS signent un accord de coopération    Stigmatisation de l'Islam en France : La riposte s'organise    Marrakech accueille l'emblématique peinture, la Joconde    Réédition du roman «Le dernier combat du captain Ni'mat» de Mohamed Leftah    Imane Robelin couronnée par «Les Lorientales 2020»    Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    Testé positif au Covid-19, Ronaldinho donne de ses nouvelles    Transfert : Hicham Al Aroui débarque à l'OCS    Volleyball : Bouchra Hajij élue présidente de la Confédération africaine    La RSB renaît de ses cendres    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des talents à revendre !
Publié dans Les ECO le 18 - 07 - 2011

L'information s'est ébruitée il y a quelques semaines : l'équipe de l'émission «Arabs Got Talent» allait faire une escale au Maroc. Toutefois, personne ne s'attendait à ce que le nombre de candidats dépasse les 1.200... Dès les premières heures de la journée du 9 juillet, la rue qui jouxte le complexe culturel Anfa à Casablanca, où se déroulait la compétition, s'est transformée en une ruche géante. Les candidats venus des quatre coins du Maroc n'avaient qu'un seul objectif : arracher le ticket de qualification au prochain tour. De jeunes musiciens en train de gratter admirablement leurs guitares, des danseurs plus loin essayent d'harmoniser leurs pas avant l'heure fatidique, des acrobates s'entraînent devant une assistance impressionnée...
Bref, une activité hors norme régnait le week-end dernier au centre culturel d'Anfa. «Je suis ici depuis 7h30 du matin, mais je n'arrive pas encore à accéder au lieu de la compétition à cause de cette marée humaine. Je pense que le fait de ne pas fixer un âge précis pour y participer contribue à sa popularité», nous confie un jeune homme de 16 ans venu présenter son talent aux membres du jury, celui de jongler avec un ballon de football. Le succès de la première édition de cette émission produite par le groupe MBC et diffusée sur MBC4 explique l'engouement de ces candidats, d'autant plus qu'un Marocain est arrivé à la phase finale de la compétition. Rappelez-vous Nourredine Ben Oukkas, qui avait réussi à transporter le jury et le public dans un monde onirique mêlant la musique à l'art plastique.
Durant les différentes étapes de la compétition, ce retraité de 57 ans avait peint en un temps record - trois minutes -, des portraits de grands artistes arabes tels que Oum Kaltoum, Abdelhalim Hafez et Farid El Atrach. «Le Maroc demeure parmi les escales les plus importantes de notre périple. L'année dernière, le niveau et le talent des différents participants marocains nous ont réellement subjugué. C'est pourquoi nous tablons énormément sur cette étape. Toutefois, nous ne pensions pas que nous allions susciter autant d'enthousiasme», nous explique le producteur de l'émission Hussein Jaber.
Des talents... originaux
La présence d'un grand nombre de candidats a nécessité la mobilisation de tout le staff de l'émission. Une fois la porte du complexe culturel Anfa franchie, chaque participant doit remplir une fiche de renseignements pour avoir son «numéro». «Nous pouvons nous entraîner tranquillement maintenant puisque nous nous sommes inscrits sur la liste», nous confirme l'entraîneur de l'équipe tangéroise de tækwondo spectaculaire. D'ailleurs, cette formation composée d'une dizaine de jeunes âgés de 6 à 28 ans a été longuement applaudie par le producteur de l'émission.
Comme d'habitude, pour ce genre de manifestation, une kyrielle de postulants se présente, alors que les organisateurs n'ont besoin que d'un nombre restreint de candidats.«Nous cherchons des personnes originales dont le talent est unique. Après le grand succès de la première édition, nous ne pouvons nous permettre de choisir n'importe qui. L'originalité est le seul critère sur lequel nous nous basons», ajoute Jaber. Musiciens, sportifs,danseurs, acrobates, comédiens, humoristes, poètes etc. ont tenté chacun de leur côté de convaincre le jury et surtout d'arracher le ticket pour les phases finales de la compétition qui auront lieu à Beyrouth.
En effet, après avoir sillonné le monde arabe (Emirats arabes unis, Jordanie, Egypte, Tunisie, Maroc, et Liban cette semaine), les organisateurs dévoileront les noms des heureux élus qui se déplaceront au Liban. Diffusées en direct sur MBC 4, les phases finales (la date exacte n'a pas encore été fixée), verront la participation d'un jury professionnel composé notamment de la célèbre chanteuse libanaise Najwa Karam et de Ali Jaber. Un jury qui tentera d'offrir l'encadrement nécessaire aux différents participants qui ne rêvent que d'atteindre le sommet.
Un concept 100% américain
Lancé en juin 2006 par la chaîne NBC, l'émission «America's Got Talent» a connu depuis un succès planétaire.
Elle a connu en effet de nombreuses adaptations à travers le monde (France, Suisse, Chine, Angleterre, Turquie, Russie, Australie, Grèce, Albanie, Mexique, Nouvelle Zélande, Allemagne, Hongrie...). Cette émission qui a permis à de nombreuses personnes talentueuses d'atteindre la gloire repose sur un concept simple : elle s'organise en plusieurs mini-spectacles dévoilant le talent de chanteurs, danseurs, magiciens, comédiens et autres artistes amateurs de tout âge concourant pour le premier prix d'un million de dollars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.