De nouveaux avantages pour les fonctionnaires de police    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Liquidité bancaire: Léger creusement du déficit    Pourquoi le PAM est au bord de l'implosion    Episode 9 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie de Nazareth    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    La CGEM explore les opportunités de coopération avec les partenaires institutionnels du Royaume    Le GAM dévoile sa Vision 2022    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Face à l'EST, le WAC vise une troisième consécration continentale    Les vraies fausses raisons d'une démission    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    Eléphants roses    Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Pompeo    WAC-Espérance de Tunis. Les resquilleurs font flamber les prix des tickets    Hakim Ziyech bientôt avec le Real Madrid ?    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Services publics : La Cour des comptes compare le Maroc à l'Europe    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Sport et Ramadan : Ce que recommandent les experts    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Les produits alimentaires plus chers en avril    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Constats chocs du PDG de la RAM    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    Biodiversité. Quand les voyants sont au rouge    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rénover l'espace citoyen
Publié dans Les ECO le 16 - 11 - 2015

La référence grecque originaire, réactualisée par la philosophe Hannah Arendt, fait de la participation directe à la vie politique et à la gestion de la chose publique un attribut essentiel de la citoyenneté. Force est de constater que le patriotisme et la citoyenneté connaissent d'incessantes évolutions. Cela est vrai pour de nombreux pays, dont le nôtre. Certes, du fait que le monde est globalisé, inter-impliqué, que le citoyen est devenu «extra-territorialisé», atteignable et influençable par les changements et événements de ses environnements, mais aussi défiant par rapport à la «surpuissance traditionnelle» de l'Etat. De surcroît, par manque de «projet de société» fédérateur et inclusif, les individus se délient ou ont tendance à se regrouper par des alliances idéologiques ou affinitaires par-delà les frontières et ce, pour «se prémunir» ou faire face aux chocs et mutations, parfois imprévisibles dans un contexte de crise économique, de bouleversements sociopolitiques et géostratégiques inédits.
L'aboutissement de nombreux projets structurels dans le domaine du développement atteste du préalable de la revitalisation de la citoyenneté. Loin d'être éphémère, l'idéal participatif citoyen se fonde sur un faisceau de références particulièrement puissantes et influentes, qui fondent et consolident la stabilité et l'essor d'un pays. Il y a une notion du collectif citoyen à préserver car le développement ne peut s'édifier que collectivement. Notre pays gagnera à maintenir le cap des réformes pour accélérer sa convergence et se préparer aux diverses mutations dictées par les exigences nationales et internationales. Sous les effets de la crise économique, le monde est conscient de la nécessité d'instaurer de nouvelles règles et pratiques tant sur les plans économique, politique que géostratégique. Il est opportun pour nous de les intégrer et de les prendre en compte.
L'option d'un développement axé sur l'investissement dans le capital humain s'avère décisive afin de faire émerger les conditions favorables à la promotion d'une croissance socio-économique inclusive et pérenne. L'accélération et l'approfondissement des réformes au niveau de l'éducation sont cruciaux car comme le disait le philosophe américain John Dewey, une société n'est réellement démocratique que si son système éducatif forme réellement des démocrates. C'est pourquoi, l'enseignement doit se fonder autant que possible sur les exigences de la contemporanéité et des défis socio-économiques à relever. Ceci est nécessaire pour consolider l'édification d'un Maroc moderne et compétitif, apte à maîtriser le développement et à ne pas le subir. Quant à la santé, secteur crucial, outre le relèvement des dépenses pour remédier à l'insuffisance des infrastructures de base et au manque de personnel qualifié, une attention particulière devrait être accordée à l'amélioration de la qualité de l'offre de soins et à la généralisation de la couverture médicale.
À la consolidation de l'Etat de droit, l'ancrage dans la culture des droits de l'homme est fondamental. D'autre part, la substantialisation des partis politiques, leur modernisation et la poursuite de la réforme de la justice ne peuvent que contribuer vigoureusement à cette consolidation. Le lien et la cohésion sociale, à travers une lutte contre les inégalités et l'exclusion sont à renforcer dans le but de raffermir la stabilité du pays moyennant l'élargissement de la classe moyenne, la mise en place d'une politique économique favorisant le développement du marché local et l'épanouissement des régions et ceci dans le cadre de la régionalisation avancée voulue par le pays. L'organisation du champ associatif et médiatique, son implication assidue ainsi que la généralisation de la pratique de la gouvernance sont des leviers importants à affermir pour l'émergence d'une société moderne. Une société imprégnée de la culture d'évaluation, de la reddition des comptes et débarrassée du phénomène de la corruption. Les potentialités en matière de citoyenneté active ne sont d'ailleurs favorisées que par un climat de confiance dans le sens d'une plus grande réflexivité des populations, une plus grande capacité à analyser, à critiquer «lucidement» et à intervenir dans les choix politiques en intégrant les exigences d'intérêt général. Ainsi il est possible de faire de chaque citoyen un créateur, un producteur de valeurs, d'engagement et de solidarités.
Mounir Ferram
Docteur de l'Université Paris VII
Diplômé d'Arts et Métiers Paris


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.