Habib El Malki reçoit le directeur général de l'ISESCO    Tanger: des gérants de restos classés visés par des enquêtes (DGSN)    Règles de bonne gouvernance des émetteurs: L'AMMC livre son 1er bilan    BAM pessimiste sur la croissance    Tempête au sein du PJD    La Tour Eiffel évacuée après une alerte à la bombe    Secousse tellurique à Larache    Mineurs isolés en France: Darmanin se rendra au Maroc    Employabilité des jeunes: Lydec et TIBU s'allient    L'ONG Al Jisr crée un Fab Lab    COVID19: Retour progressif de la Omra    Centre d'immatriculation: suspension des services à Errachidia    Jilali Gharbaoui, hommage à un artiste consumé par sa passion    Derby Wydad-Raja : Le choc de la saison à ne surtout pas perdre    Le Serbe Zoran Manojlović nouvel entraîneur du MAT    Coronavirus au Maroc: mercredi 23 septembre, 2397 cas positifs…    Dakhla: des Subsahariens impliqués dans une sale affaire    Automobile : CDG Invest et le groupe Abdelmoumen signent un contrat d'investissement    La BERD octroie un prêt au Crédit Agricole du Maroc    El Guergarat: Mise en échec d'une tentative de trafic de 513 kilogrammes de chira    Retour probable de Munir El Haddadi en sélection: qu'en pensent les Marocains (VIDEO)    Retour progressif de la Omra : et le Maroc ?    Auto Info : Michael Jordan achète une écurie Nascar    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Le PPS élu à la présidence de la commune Ouled Aissa à Taroudant    Ismahane Elouafi nommée au poste de Scientifique en chef à la FAO    Achraf Hakimi brille déjà sur les pelouses italiennes    Sofiane Boufal à la croisée des chemins    El Yamiq opte pour Valladolid !    Communiqué du bureau politique du PPS    La beauté de la langue et la richesse de la culture    Henri Konan Bédié appelle à la «désobéissance civile»    La Chine et les Etats-Unis s'écharpent à l'ONU    Gabon: La deuxième ligne de production de la CIMAF    Le roi Mohammed VI adresse un message au roi Salmane    Cinq individus déférés devant le juge d'instruction    Régulateurs des médias: La HACA a un nouveau allié en Afrique    Lutte contre le cash: ce que propose Jouahri    Vaccin anti-covid: un virologue marocain annonce une bonne nouvelle    Santé : Le ministre de la Santé tend la main au « secteur libéral »    Le complot planétaire. Nabila Mounib révèle tout    La sécurité en Afrique en débat    Un regard intelligent sur un monde désorienté!    L'Institut français de Meknès expose les graffiti de Reda Boudina    Malgré les critiques, Fati Jamali lance une nouvelle chanson (VIDEO)    «The Moderator» : Un film sur la violence à l'égard des femmes    «Artcurial» présente le bilan de sa première année de présence au Maroc    Cinéma. Nisrine Erraddi nominée à l'Académie de Sotigui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Nous sommes tous logés à la même enseigne»: Oussama Loudghiri, Directeur général de la SNTL
Publié dans Les ECO le 15 - 09 - 2011

Les Echos quotidien : Une action entreprise par les opérateurs du transport auprès du Conseil de la concurrence a récemment marqué l'actualité du secteur. Quelles en sont, selon vous, les motivations et quelle est la position de la SNTL dans cette affaire ?
Oussama Loudghiri : Les opérateurs de transport par l'intermédiaire de la fédération, dont d'ailleurs la SNTL assure la vice-présidence, ont saisi le Conseil de la concurrence en posant la problématique d'une concurrence excessive qui affaiblit les acteurs du secteur et les empêche d'assurer des prestations respectant à la fois les besoins des clients et les exigences de conformité aux règles sociales, fiscales et du Code de la route. Il faut savoir que le secteur est d'une part fortement atomisé, et d'autre part très concurrentiel. Le Conseil, à la demande de la fédération, s'est proposé de réaliser une étude sectorielle et de formuler des recommandations visant à améliorer le cadre général de la concurrence dans ce secteur. Ainsi, le Conseil de la concurrence pourra très certainement apporter sa contribution à la réflexion permanente menée par le ministère de tutelle et la fédération.
Quelles pourraient être les pistes pour justement combattre le fléau de l'informel dans le secteur du transport ?
Combattre le fléau de l'informel c'est d'abord appliquer les lois mais aussi faire de la pédagogie et de la sensibilisation. Le secteur formel est lui-même très atomisé, il est nécessaire de mettre en place des actions pour accompagner les transporteurs. À la SNTL, nous avons depuis longtemps démarré ce travail de sensibilisation, d'encadrement et d'accompagnement des transporteurs partenaires aussi bien dans l'activité transport que dans celle de la logistique.
Mais encore, qu'en est-il de la mise à niveau du secteur ?
Nous accompagnons nos transporteurs partenaires dans leur mise à niveau organisationnelle, technique et professionnelle dans le cadre de convention couvrant notamment l'équipement de tous les véhicules de système de géolocalisation, d'accès compétitif aux prestations d'assurances et la mise en œuvre d'un programme complet de formation des chauffeurs, à la conduite économique, à la nouvelle réglementation du Code de la route et aux procédures et gestion documentaire des opérations des transports réalisés pour le compte de la SNTL.
Cette mise à niveau qui est favorablement accueillie par les transporteurs partenaires permet de répondre aux exigences de plus en plus accrues de la clientèle SNTL en termes de qualité d'exécution des opérations.
Quelle relation lie aujourd'hui la SNTL à l'Etat ? Peut-on dire que l'entreprise dispose d'avantages particuliers?
Nous sommes une entreprise privée à capitaux publics. Nous sommes logés à la même enseigne que l'ensemble de nos confrères.
Concrètement, quels sont les principaux axes de la stratégie de la SNTL dans le secteur de la logistique ?
Notre modèle est bâti sur trois socles fondamentaux à savoir la réalisation de centres logistiques, le développement des partenariats avec tous les acteurs de la chaîne logistique, freight forwarders, transitaires, transporteurs routiers, et opérateurs de distribution, et enfin le développement de nos capacités d'ingénierie logistique et de pilotage et coordination des flux. Nous avons misé sur des partenariats forts. Le renforcement de la présence d'acteurs internationaux de la logistique, en synergie et complémentarité avec les acteurs locaux, permet en effet d'améliorer l'intégration de la chaîne logistique marocaine aux «supply chains» globale, nationale et internationale, et de créer une nouvelle dynamique au sein du secteur. Dans le domaine du transport, son activité historique, la SNTL a initié un vaste programme de partenariat avec les transporteurs dans une optique de mise à niveau de ce maillon important de la chaîne. Nous fédérons plus de 400 transporteurs disposant d'une flotte de plus de 1.500 véhicules et nous développons auprès de ces partenaires tout un programme de fidélisation, d'amélioration de la qualité de service et de maîtrise des coûts afin de garantir à nos clients des prestations fiables et compétitives.
Justement, quel bilan peut-on faire aujourd'hui pour le secteur du transport depuis sa libéralisation ?
La libéralisation opérée en 2003 a aboli tout contingentement de l'offre par les systèmes d'agrément ou de restrictions quantitatives. Cela a bien évidemment encouragé l'initiative privée et l'investissement dans ce secteur. Cela a conduit à une multiplication de l'offre et une réduction des prix de transport dans un marché où les prix ne sont plus réglementés mais fixés par les lois du marché. La facilitation des conditions d'accès à la profession a en outre permis d'intégrer une grande partie du parc informel dans le secteur organisé. En ce qui concerne la SNTL, l'ancien ONT a perdu son monopole d'affrètement et s'est transformé en société anonyme, devenant ainsi un opérateur commissionnaire de transport agissant dans un secteur parfaitement libéralisé.
L'année 2011 a vu la signature d'un contrat-programme entre les professionnels et le ministère de tutelle. Comment cet engagement permettrait-il au secteur de se moderniser ?
Deux contrats-programmes ont été signés, le premier en 2010 pour le développement de la compétitivité logistique et le second en 2011 relatif à la régulation des acteurs de transport routier de marchandises. Le projet logistique de la SNTL s'insère parfaitement dans le contrat-programme logistique, puisqu'il permettra à partir des 5 centres logistiques planifiés de proposer une offre logistique globale composée de prestations intégrées, à forte valeur ajoutée, incluant le transport, la gestion des stocks et la distribution. Les solutions apportées par la SNTL aux entreprises qui souhaitent externaliser leur logistique permettront de réduire leurs coûts et contribueront à l'amélioration de leur compétitivité. La stratégie de développement de la SNTL est d'ailleurs totalement en phase avec l'une des orientations majeures du contrat-programme visant à encourager l'émergence d'acteurs nationaux dans le domaine de la prestation de la logistique intégrée. Le contrat-programme destiné particulièrement au secteur du transport routier de marchandises, récemment signé, comporte plusieurs actions visant la mise à niveau des acteurs du transport routier. Je citerai en particulier la révision des critères d'accès à la profession et la mise en place de politiques de labellisation et de certification garantissant aux chargeurs une lisibilité de la qualité de service fournie par les prestataires de transport. Des actions d'amélioration de l'environnement juridique permettront le rééquilibrage juridique de la relation contractuelle entre le chargeur et le transporteur au profit de ce dernier. Il faut également noter les actions de renforcement et de modernisation des moyens de contrôle en matière de transport routier, en termes d'exploitation (surcharge, temps de conduites, etc.) mais aussi économiques et sociales garantissant une concurrence loyale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.