Crowdfunding: Le mode opératoire    arrestation d'un individu impliqué dans une grande opération d'escroquerie à Casablanca    CGEM : Le futur patron fait le point sur son programme    S.M le Roi lance la réalisation d'une Cité des arts et de la culture et inaugure un complexe intégré de l'artisanat    Les réformes politiques et la résilience du tourisme devraient stimuler la reprise de la croissance du Maroc    Un consortium maroco-français va construire une centrale solaire de 120 MWp à Gafsa en Tunisie    Des milliers de binationaux en plus    Le Maroc exprime son profond étonnement quant à son exclusion de la conférence sur la Libye    Liga : Le Real prend provisoirement les commandes    Premier League : City cale déjà, Chelsea surpris par Newcastle    Le Sept national se qualifie au deuxième tour de la CAN de handball    La prestation de Hakim Ziyech avant qu'il se blesse    Adda M'Rabbih, rescapé des bagnes du Polisario et fondateur du Mouvement du 5 Mars à Rabouni    Amir Al-Mouminine remet le Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme organisé dans les mosquées    L'œuf n'est pas mauvais pour la santé    Masterclass sur "la VATS lobectomy" au profit de 12 spécialistes de la chirurgie thoracique    Un nouveau centre de la Fondation Ali Zaoua voit le jour à Fès    Signature à Pékin de deux accords de coopération entre la FNMM et le Musée national de Chine    Mohamed Marouazi : Mes ambitions vont plus loin que d'être un acteurc    Forum stratégique maroco-égyptien : les participants saluent l'ouverture de consulats dans les provinces du sud    Entretien téléphonique entre le roi et le président français    Marrakech : 3 individus sous les verrous pour vente illégale de contraceptifs prohibés    L'ambassadeur Omar Hilale reçu par le président du Togo    Mise en échec d'une tentative d'assaut collectif de clandestins subsahariens contre le préside occupé de Sebta    La Vision Royale d'un développement durable et intégré du monde rural    Le grand rendez-vous!    Fonction publique : Plus de 240 000 postes créés en 10 ans    Le président du Togo reçoit l'ambassadeur Omar Hilale    Moscou à la veille de réformes constitutionnelles…    Abyaba promet la réhabilitation des sites historiques de Safi    Au Liban, les heurts entre manifestants et forces de l'ordre font près de 400 blessés    Le rallye "Africa Eco Race" arrive au Sénégal    Secousse tellurique de magnitude 3,0 dans la province de Nador    Bachikh, des rituels pour implorer la fertilité lors du début de la campagne agricole    Mon berbère à moi    Latifa Serghini livre le récit de vie Jilali Gharbaoui    Le Roi reçoit un appel téléphonique d'Emmanuel Macron    Yémen : au moins 70 soldats de l'armée tués dans une attaque attribuée aux houthistes    Le temps qu'il fera ce dimanche    Hamza mon bb : Soukaina Glamour comparaîtra devant le tribunal le 23 janvier    Voici les points du communiqué du ministère des Affaires étrangères au sujet de la conférence de Berlin sur la Libye    Le président du RAJA Jawad Ziyat: La Coupe Arabe est un grand objectif pour nous    Programme des principaux matchs du dimanche 19 janvier    Sabah Zidani fait son retour dans les bacs et dévoile sa nouvelle chanson    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    Sud du Maroc : Le Gabon et la Guinée ouvrent à leur tour un consulat    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Nous sommes tous logés à la même enseigne»: Oussama Loudghiri, Directeur général de la SNTL
Publié dans Les ECO le 15 - 09 - 2011

Les Echos quotidien : Une action entreprise par les opérateurs du transport auprès du Conseil de la concurrence a récemment marqué l'actualité du secteur. Quelles en sont, selon vous, les motivations et quelle est la position de la SNTL dans cette affaire ?
Oussama Loudghiri : Les opérateurs de transport par l'intermédiaire de la fédération, dont d'ailleurs la SNTL assure la vice-présidence, ont saisi le Conseil de la concurrence en posant la problématique d'une concurrence excessive qui affaiblit les acteurs du secteur et les empêche d'assurer des prestations respectant à la fois les besoins des clients et les exigences de conformité aux règles sociales, fiscales et du Code de la route. Il faut savoir que le secteur est d'une part fortement atomisé, et d'autre part très concurrentiel. Le Conseil, à la demande de la fédération, s'est proposé de réaliser une étude sectorielle et de formuler des recommandations visant à améliorer le cadre général de la concurrence dans ce secteur. Ainsi, le Conseil de la concurrence pourra très certainement apporter sa contribution à la réflexion permanente menée par le ministère de tutelle et la fédération.
Quelles pourraient être les pistes pour justement combattre le fléau de l'informel dans le secteur du transport ?
Combattre le fléau de l'informel c'est d'abord appliquer les lois mais aussi faire de la pédagogie et de la sensibilisation. Le secteur formel est lui-même très atomisé, il est nécessaire de mettre en place des actions pour accompagner les transporteurs. À la SNTL, nous avons depuis longtemps démarré ce travail de sensibilisation, d'encadrement et d'accompagnement des transporteurs partenaires aussi bien dans l'activité transport que dans celle de la logistique.
Mais encore, qu'en est-il de la mise à niveau du secteur ?
Nous accompagnons nos transporteurs partenaires dans leur mise à niveau organisationnelle, technique et professionnelle dans le cadre de convention couvrant notamment l'équipement de tous les véhicules de système de géolocalisation, d'accès compétitif aux prestations d'assurances et la mise en œuvre d'un programme complet de formation des chauffeurs, à la conduite économique, à la nouvelle réglementation du Code de la route et aux procédures et gestion documentaire des opérations des transports réalisés pour le compte de la SNTL.
Cette mise à niveau qui est favorablement accueillie par les transporteurs partenaires permet de répondre aux exigences de plus en plus accrues de la clientèle SNTL en termes de qualité d'exécution des opérations.
Quelle relation lie aujourd'hui la SNTL à l'Etat ? Peut-on dire que l'entreprise dispose d'avantages particuliers?
Nous sommes une entreprise privée à capitaux publics. Nous sommes logés à la même enseigne que l'ensemble de nos confrères.
Concrètement, quels sont les principaux axes de la stratégie de la SNTL dans le secteur de la logistique ?
Notre modèle est bâti sur trois socles fondamentaux à savoir la réalisation de centres logistiques, le développement des partenariats avec tous les acteurs de la chaîne logistique, freight forwarders, transitaires, transporteurs routiers, et opérateurs de distribution, et enfin le développement de nos capacités d'ingénierie logistique et de pilotage et coordination des flux. Nous avons misé sur des partenariats forts. Le renforcement de la présence d'acteurs internationaux de la logistique, en synergie et complémentarité avec les acteurs locaux, permet en effet d'améliorer l'intégration de la chaîne logistique marocaine aux «supply chains» globale, nationale et internationale, et de créer une nouvelle dynamique au sein du secteur. Dans le domaine du transport, son activité historique, la SNTL a initié un vaste programme de partenariat avec les transporteurs dans une optique de mise à niveau de ce maillon important de la chaîne. Nous fédérons plus de 400 transporteurs disposant d'une flotte de plus de 1.500 véhicules et nous développons auprès de ces partenaires tout un programme de fidélisation, d'amélioration de la qualité de service et de maîtrise des coûts afin de garantir à nos clients des prestations fiables et compétitives.
Justement, quel bilan peut-on faire aujourd'hui pour le secteur du transport depuis sa libéralisation ?
La libéralisation opérée en 2003 a aboli tout contingentement de l'offre par les systèmes d'agrément ou de restrictions quantitatives. Cela a bien évidemment encouragé l'initiative privée et l'investissement dans ce secteur. Cela a conduit à une multiplication de l'offre et une réduction des prix de transport dans un marché où les prix ne sont plus réglementés mais fixés par les lois du marché. La facilitation des conditions d'accès à la profession a en outre permis d'intégrer une grande partie du parc informel dans le secteur organisé. En ce qui concerne la SNTL, l'ancien ONT a perdu son monopole d'affrètement et s'est transformé en société anonyme, devenant ainsi un opérateur commissionnaire de transport agissant dans un secteur parfaitement libéralisé.
L'année 2011 a vu la signature d'un contrat-programme entre les professionnels et le ministère de tutelle. Comment cet engagement permettrait-il au secteur de se moderniser ?
Deux contrats-programmes ont été signés, le premier en 2010 pour le développement de la compétitivité logistique et le second en 2011 relatif à la régulation des acteurs de transport routier de marchandises. Le projet logistique de la SNTL s'insère parfaitement dans le contrat-programme logistique, puisqu'il permettra à partir des 5 centres logistiques planifiés de proposer une offre logistique globale composée de prestations intégrées, à forte valeur ajoutée, incluant le transport, la gestion des stocks et la distribution. Les solutions apportées par la SNTL aux entreprises qui souhaitent externaliser leur logistique permettront de réduire leurs coûts et contribueront à l'amélioration de leur compétitivité. La stratégie de développement de la SNTL est d'ailleurs totalement en phase avec l'une des orientations majeures du contrat-programme visant à encourager l'émergence d'acteurs nationaux dans le domaine de la prestation de la logistique intégrée. Le contrat-programme destiné particulièrement au secteur du transport routier de marchandises, récemment signé, comporte plusieurs actions visant la mise à niveau des acteurs du transport routier. Je citerai en particulier la révision des critères d'accès à la profession et la mise en place de politiques de labellisation et de certification garantissant aux chargeurs une lisibilité de la qualité de service fournie par les prestataires de transport. Des actions d'amélioration de l'environnement juridique permettront le rééquilibrage juridique de la relation contractuelle entre le chargeur et le transporteur au profit de ce dernier. Il faut également noter les actions de renforcement et de modernisation des moyens de contrôle en matière de transport routier, en termes d'exploitation (surcharge, temps de conduites, etc.) mais aussi économiques et sociales garantissant une concurrence loyale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.