Une délégation de députés marocains à Johannesburg pour prendre part aux travaux du Parlement panafricain    Début du sommet du G7 en Bavière – « plan Marshall » pour l'Ukraine    Températures prévues pour le lundi 27 juin 2022    Pauvreté des apprentissages : 70 % des enfants de 10 ans sont incapables de lire et comprendre un texte simple    Futsal: La sélection marocaine progresse au 10ème rang mondial    Zimbabwe. Des mesures face à l'inflation    Argan : les ambitions du Maroc déclinées dans un nouveau contrat programme    D'après le PDG d'Exxon Mobil, toutes les voitures neuves particulières vendues en 2040 seront électriques    Annulations de vols aux USA: Echange d'accusations entre les compagnies aériennes et les autorités    Le Maroc et le FMI négocient une nouvelle ligne de liquidité    Tennis : Après les championnats d'Afrique des U14 et U16...Nos garçons se qualifient pour les championnats du monde !    Madagascar. La vanille, cette précieuse épice    Kenya. De moins en moins d'adeptes aux abonnements téléphoniques    Clôture du Gnaoua Festival Tour qui a fait vibrer 120 000 festivaliers    Botola Pro D1 28ème journée/ HUSA-RCA (2-3) : Le Hassania en danger, une toute, toute, toute petite lueur d'espoir du Raja !    Summer 2022 : Les Marocains de plus en plus séduits par les destinations sans visa    Transition énergétique : Le Maroc, fournisseur majeur d'hydrogène vert d'ici 3 ans    La pastèque : Le fruit d'été aux mille et une vertus    Douleurs & ballonnements : Des automassages pour soulager son ventre    L'épidémie de la variole du singe n'est pas actuellement une urgence de portée mondiale (OMS)    Assaut contre la clôture métallique dans la province de Nador : le bilan passe à 23 morts    Magazine : Soyons fous, aimons l'art    Festival / Electro : Dakhla into the wild    Photographie : L'abstraction vue par Abdelkader Badou    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaire    Ce n'est pas sur le fronton de la scène du Marrakech du rire qu'on lira « Castigat ridendo mores »    Le temps qu'il fera ce dimanche 26 juin 2022    Le président sénégalais Macky Sall salue la participation d'une forte délégation du Maroc à la célébration du Centenaire de la disparition de Cheikh El Hadj Malick Sy    Futsal : Les Lions de l'Atlas progressent au 10è rang mondial    Décès du professeur Yves Coppens: les condoléances du roi Mohammed VI    L'assaut de Melilla: l'Espagne dénonce « les mafias » et salue les sacrifices de la gendarmerie marocaine    Laâyoune: le RNI tient son congrès régional    L'Espagne annonce un nouveau plan d'aide de neuf milliards d'euros pour surmonter l'inflation    Drame de Melilla : PP et Podemos pointent le Maroc, Sánchez accuse la mafia    Assaut de migrants à Nador: 2 membres des forces de sécurité et 33 migrants à l'hôpital    Plusieurs joueurs du Raja et Wydad sanctionnés par la FRMF    Le Gnaoua Festival Tour un Succès Populaire Grandissant Porté Par Les Alizés    USA: Biden signe une loi historique pour restreindre l'accès aux armes à feu    Manuel Albares : La position de l'Espagne sur le Sahara "très claire" et "souveraine"    African Lion : l'hôpital militaire de campagne prend soin des habitants de Taliouine    Saad Lamjarred enflamme un mariage en Egypte (VIDEO)    Yassine Esqalli : né d'une simple curiosité, le voyage de 50 mille km parcouru à...vélo    Maroc-Algérie : Omar Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU    Mme Akharbach : Les doubles standars contribuent à « antagoniser les opinions publiques »    L'international marocain Zakaria Aboukhlal signe à Toulouse    Irlande : L'histoire du Maroc présentée dans la cathédrale Christ Church de Dublin    Lutte anti-terroriste: La coopération entre le Maroc et les Nations Unies "forte et fructueuse"    Droit à l'avortement: Biden fustige la décision de la Cour suprême    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Liquidation judiciaire de la Samir : L'épilogue, enfin ?
Publié dans Les ECO le 22 - 03 - 2016

Le Tribunal de commerce de Casablanca a rendu hier, lundi 21 mars, son jugement sur le sort de l'unique raffineur au Maroc: la société sera mise en liquidation judiciaire. La Samir dispose de 10 jours pour faire appel, et de trois mois comme durée de continuation d'activité. Les syndicats s'apprêtent à muscler leurs protestations, et de porter plainte contre le groupe.
L'espoir d'un sauvetage était infime, mais la décision a tout de même choqué les concernés. Le Tribunal de commerce de Casablanca a rendu hier, lundi 21 mars, son jugement sur le sort de l'unique raffineur au Maroc: la société sera mise en liquidation judiciaire. «Nous avons appris la nouvelle avec un grand désarroi. C'est une véritable catastrophe qui s'annonce pour notre pays, qui ne disposera plus de raffineur national, indispensable pour Mohammedia, pour les familles des salariés et pour l'économie nationale de manière générale», déplore Houcine El Yamani, secrétaire général du Syndicat du Gaz et du pétrole rattaché à la Confédération démocratique du travail (CDT).
Mais le jugement est là, rendu par le président du Tribunal de commerce de Casablanca, qui a décidé la liquidation judiciaire de la raffinerie, celle-ci ayant arrêté sa production en août dernier. La Société anonyme marocaine de l'industrie du raffinage (Samir) dispose désormais de 10 jours pour faire appel.
Néanmoins, la partie semble être d'ores et déjà jouée, les alternatives étant loin d'être concrètes, ni même convaincantes. En effet, l'actionnaire de référence, le groupe Corral Petroleum, détenu par Cheikh Al Amoudi, avait tenté de gagner du temps lors de la dernière audience tenue le 7 mars. Ce jour-là, le management de Samir avait présenté son propre plan de redressement, prévoyant notamment l'injection de 6 MMDH dans le capital de la compagnie sur une période s'étalant jusqu'en 2019. Une tentative qui, sans surprise, n'a pas convaincu les magistrats ni le président de la Cour, qui a fini par prononcer le jugement de liquidation, estimant que l'entreprise ne pouvait plus être redressée. Il faut dire que même l'Etat semblait ne plus avoir beaucoup d'espoir quant au sauvetage de la raffinerie dans la configuration actuelle.
Les syndicats se préparent
Maintenant, le jugement prononcé par le tribunal autorise la continuation de l'activité de la société pendant une période de trois mois, à compter de la date du jugement, soit jusqu'au 20 juin 2016.
La Samir peut par ailleurs faire appel de cette décision dans les dix jours consécutifs au jugement. Pendant cette période de continuation d'activité de trois mois, la société sera administrée par le syndic désigné par le tribunal, qui sera chargé de la liquidation de l'actif. La question qui se pose désormais est celle de savoir si, pendant ce «délais de grâce» de trois mois, le Groupe Corral pourra retrouver un repreneur viable de l'activité de raffinage.
Ceci dit, si les créances de l'Etat puis ceux des salariés sont légalement prioritaires en cas de liquidation, les syndicats sont loin de se résigner à ce jugement. «Nous considérons l'actionnaire de référence comme responsable de cette débâcle, mais l'Etat doit faire partie de la solution, surtout que ce dernier s'est engagé à éviter de tomber dans le cas historique des mines de Jerrada», souligne El Yamani. «Le front syndical est entré en réunion ouverte, et après une contestation douce, le bureau dirigeant n'hésitera plus à mener des actions plus musclées, peu importe le degré d'escalade qui sera atteint.
C'est l'avenir de milliers de familles qui est en jeu, et l'on ne peut permettre qu'elles soient marginalisées et entrent dans le cercle vicieux d'une grave précarité», poursuit-il amèrement. Le front syndical qui porte cette affaire annonce s'apprêter à porter plainte contre les responsables de cette débâcle.
Ras-le-bol de l'Etat
Il faut dire que la tutelle s'est engagée à garantir les droits des milliers de salariés de la raffinerie. En effet, dans une interview exclusive accordée récemment aux Inspirations ECO (Cf. www.leseco.ma), Abdelkader Amara, ministre de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement, livrait sa position sur l'affaire Samir, à quelques jours de la prononciation du jugement. «Je ne pense pas qu'Al Amoudi s'en sortira indemne, ne serait-ce que sur le plan de sa réputation. Outre celui du Maroc, il subit plusieurs procès à l'international. Il a essayé de prendre le pays en otage depuis plusieurs années en transformant l'approvisionnement du pays en «épée de Damoclès».
C'est la raison pour laquelle il arrivait à avoir des facilités de caisse auprès de la douane arrivées à un montant de 12 MMDH, ce qui est énorme. Or, la problématique de l'approvisionnement, je l'ai réglée en arrivant à ce département», soulignait le ministre. En effet, aucune perturbation n'a été relevée quant à l'approvisionnement des stations services, les compagnies pétrolières ayant sécurisé une grande part de leurs stocks de produits raffinés. «J'ai élaboré un «plan B» dans lequel la Samir, pour une raison ou pour une autre, se trouve dans l'incapacité de produire, bien sûr avec le concours de tous les distributeurs.
Cela nous a permis d'arriver à la conclusion selon laquelle on pourrait se passer de Samir, le cas échéant. C'est sur cette base que le gouvernement a dit non à El Amoudi qui faisait du chantage pour continuer à profiter de facilités de la part de la douane. Il a choisi août 2015, une période de pointe, pour arrêter la production», déplore Amara. «Il y aura certes de la casse, mais le raffinage restera au Maroc puisqu'il s'agit d'une industrie à part entière, et les employés auront leurs droits dans tous les cas de figure», s'est engagé le ministre sur les colonnes des Inspirations ECO. La liquidation risque de faire des dégâts parmi les créanciers, notamment dans le secteur bancaire, dont l'ardoise se chiffre en milliards de dirhams.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.