Depuis El Guerguarat, la jeunesse istiqlalienne salue la décision déterminante du Souverain    Covid-19 et tabac : La nicotine protège-t-elle contre le virus ?    L'hémiplégie : peut-on en guérir ?    Sahara marocain : le nombre des consultas s'agrandit [Vidéo]    2.260 lits hospitaliers supplémentaires en 2021    Sahara marocain : le nombre des consultas s'agrandit [Vidéo]    Evolution du coronavirus au Maroc : 4412 nouveaux cas, 349.688 au total, samedi 28 novembre à 18 heures    Le TAS à l'heure africaine    Redouane Hanniche nouveau président du club    Coupe de la CAF: le TAS arrache une précieuse victoire en Gambie    Guerguarate: « Large soutien international » à l'intervention marocaine (magazine espagnol)    Bourita : la réunion de la Chambre des représentants libyenne consultative a été une «réussite»    Mohamed Khalid Alami, président de la FEA    Fake news : le Maroc n'a aucun lien avec l'échec d'une manifestation pro-polisario en France    Santé: budget 2021, chantiers... ce qu'a dit Ait Taleb devant les Conseillers    Covid-19 : l'Agence américaine CDC déconseille aux voyageurs du monde de se rendre au Maroc !    Black Friday : Orange lance des offres exceptionnelles sur sa boutique en ligne    Black Friday: Alerte aux fausses bonnes affaires ! BUSINESS    Digitalisation : La Douane lance [email protected] & Bayyan [email protected]    La décision du Bahreïn d'ouvrir un consulat à Laâyoune continue de faire réagir    Covid-19 : l'impact de la crise sanitaire sur l'effectivité des droits de l'enfant    START-TOP / B-Sensei : La startup amie des économes    Accord de pêche Maroc-UE : un premier bilan positif    Le Groupe Renault Maroc optimiste sur un marché marqué par la volatilité    L'affaire du Casino Essadi enfin close: la Cour d'appel a tranché    AutoBest 2021 : sept finalistes et de premiers lauréats    OMS : la vigilance s'impose, malgré la baisse des contaminations    Président de la Liga : « Messi n'est pas indispensable »    Sahara marocain : Le Président congolais exprime sa solidarité avec le Maroc    Niamey : Les ministres des AE de l'OCI saluent les efforts du Souverain pour la protection d'Al Qods    Message du roi Mohammed VI au président mauritanien    Tour Préliminaire Coupe de la CAF: Le TAS (Ittihad Bidaoui) fait ses premiers pas en Gambie !    FC Barcelone: accord pour une baisse de salaire de 122 M EUR    Guergarate : La Croatie salue l'engagement du Maroc en faveur du cessez-le-feu    Classement mondial FIFA : Le Maroc 35ème mondial et 4ème africain    Une finale Ligue des Champions de haut niveau : El Ahly vainqueur d'un beau match !    Candidats aux concours de la DGSN, ceci vous concerne    Rencontre    Les leaders des partis politiques en visite à El Guerguarat    L'Australie limoge 13 soldats après un rapport sur des crimes de guerre en Afghanistan    La seule école et troupe de cirque du Gabon lutte pour sa survie    Taylor Swift rafle la mise aux American Music Awards    George Clooney atteint d' une maladie rare    Mais que fait l'actrice marocaine Sarah Perles avec la star de «La Casa De Papel» ? (PHOTO)    Etude d'impact patrimonial à Rabat : L'orientation de SAR Lalla Hasna comme soubassement    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les nouveaux défis du secteur financier
Publié dans Les ECO le 21 - 06 - 2016

OCTO Technology, cabinet de conseil en IT, et Kea & Partners, cabinet de conseil en stratégie et management, ont tenu une journée dédiée aux exécutifs autour du thème «Secteur financier : la disruption est en marche», début juin. Le débat s'est focalisé sur les FinTech et les moyens à mettre en place pour que les banques traditionnelles ne soient pas dépassées.
En début de ce mois en cours, OCTO Technology cabinet de conseil en IT, et Kea & Partners, cabinet de conseil en stratégie et management, ont tenu une journée dédiée aux exécutifs autour du thème «Secteur financier: la disruption est en marche». Pour les deux partenaires, qui ont l'habitude d'organiser des événements similaires dans d'autres pays, l'étape Maroc est une première. Il intervient dans un contexte marqué par l'émergence de nouveaux concurrents pour les services financiers, d'un tout autre genre.
Il s'agit en l'occurrence des télécoms, de la Fintech, du GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) tout en faisant face à plusieurs évolutions d'ordre sociétal, technologique, réglementaire et économique. Dans un tel contexte, «tous les acteurs font face à la nécessité et à l'urgence de se transformer», explique Soraya Sebbani, managing partner à Kea & Partners Maroc. L'événement répond ainsi à un besoin, qui se fait de plus en plus ressentir chez les décideurs marocains, d'un espace d'échange et d'idéation.
D'ailleurs, l'évolution du marché bancaire réside non seulement dans l'amélioration continue du niveau de la bancarisation mais surtout au niveau de l'utilisation des services financiers, qui demeure faible. Pour Sebbani, «c'est au niveau de l'équipement et de l'usage que réside, à notre sens, le plus fort potentiel de développement. Ceci passera par l'éducation financière, mais également par des offres de produits et services plus adaptés aux attentes des clients».
Des technologies qui chamboulent tout
La disruption, qui implique la remise en question des «conventions» généralement pratiquées sur un marché pour accoucher d'une «vision» créatrice de produits et de services radicalement innovants, ou encore l'essor d'une innovation de rupture -par opposition à l'innovation incrémentale- qui se contente d'optimiser l'existant, s'avère aujourd'hui être plus qu'une nécessité. Les FinTech, qui ont vocation à utiliser la technologie pour lancer des services bancaires et financiers innovants, répondent à cette définition de la disruption et bouleversent le schéma classique de la finance et de la banque. D'après Nabil Sargeane, CEO d'OCTO Technology Maroc, «les FinTech se glissent dans les interstices du marché en répondant à des attentes de clients peu satisfaites par les banques traditionnelles.
Loin de se limiter au paiement, les acteurs sont nombreux, et s'attaquent à tous les métiers de la banque, du prêt à l'affacturage en passant par la gestion de portefeuille et même l'infrastructure bancaire. Une question cruciale se pose alors pour les banques traditionnelles: que restera-t-il de leur business dans quelques années, quand toutes les fonctionnalités à forte valeur ajoutée auront été disruptées et accaparées par des FinTech?». Cependant, le professionnel précise que cette logique d'affrontement est à nuancer. «Les deux types d'acteurs s'envient mutuellement un certain nombre d'atouts», souligne-t-il. En effet, les banques disposent d'une solide base clients, d'une forte expertise métier et d'une certaine reconnaissance du public et du législateur, explique Sargeane.
Rapprochement FinTech et banques
Les FinTech, elles, apportent un regard neuf sur le métier, innovent facilement et possèdent nativement une culture digitale, à la fois dans les outils et les façons de travailler. Une collaboration sous diverses formes (rachat avec ou sans intégration de l'acteur traditionnel, investissement, partenariat, ouverture de plateformes) pourrait donc bénéficier à tous. «Certains acteurs l'ont bien compris, comme la banque espagnole BBVA, qui a multiplié les efforts pour s'intégrer au monde FinTech.
Ce rapprochement ne pourra cependant se faire sans douleur, tant les ADN et cultures sont de part et d'autre différents», se désole le professionnel. Pour lui, les banques auront le devoir de s'adapter, et d'adopter certains principes clés des FinTech tels que la transparence et l'ouverture du système d'information. Cette mutation n'est pas impossible: certains acteurs bancaires, comme la Commonwealth Bank, possèdent déjà les atouts d'une FinTech. «D'ailleurs, dans cette atmosphère de disruption, les banques auraient tort de se réfugier derrière un fragile bouclier réglementaire, au moment où le législateur s'active pour favoriser l'arrivée de nouveaux entrants. Au contraire, c'est en s'associant à l'effervescence du monde de la FinTech et en se transformant de l'intérieur qu'elles pourront éviter la cannibalisation», termine le spécialiste.
Tags: Finances OCTO Technology Maroc


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.