World Policy Conference : L'urgence d'une nouvelle gouvernance mondiale    Outsourcia fait l'acquisition de la société française Simplify    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Samira Said à Muscat    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Programme Bades: Le démenti de la CGI/CDG    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Edito : Banques    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Bleus : Plan D comme Deschamps, monsieur bricolage    La quête d'un équilibre défensif    Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains    Ferme soutien au Plan d'autonomie au Sahara    La sensibilisation à la santé mentale au menu d'une rencontre à Rabat    Grave menace sur le passage frontalier d'El Guerguarat    Une délégation parlementaire marocaine participe à la 141ème Assemblée de l'UIP    Le village solaire d'Id Mjahdi se dote d'un Centre éducatif    La Banque africaine de développement soutient l'entrepreneuriat des jeunes et l'innovation au Maroc    Euro-2020 : L'Italie qualifiée, l'Espagne devra attendre    BMCE Bank of Africa organise une master class sur le "personal branding"    "Achoura" de Talal Selhami remporte un nouveau prix en Espagne    Le musée Farid Belkahia ouvre ses portes aux œuvres de Hassan Hajjaj    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tanger, Tétouan et Al Hoceima : Les trois perles du Nord
Publié dans Les ECO le 24 - 09 - 2016


Par : Sanae TALEB - Mohamed LOUAHY - Adil FATTOUMY
Baignée par l'Atlantique et la Méditerranée, la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima demeure l'éternelle couronne du royaume. Carrefour des grandes civilisations, la région regorge de trésors que Mère nature a déposés à ses pieds...Escale dans une région sublime.
Hébergement
Pour tous ceux qui veulent profiter des splendeurs du Nord, une infrastructure hôtelière et touristique variée est disponible dans la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Entre hôtels de différentes catégories, maisons, appartements et villas à louer, campings... on a que l'embarras du choix!
Tanger, ancestrale et moderne
La ville du détroit a toujours joué le rôle de carrefour des civilisations, un haut lieu de rencontres. Une capitale de la culture, une source d'inspiration pour les écrivains, penseurs, artistes et, depuis quelques temps, une destination prisée des hommes d'affaires et autres industriels qui viennent saisir les opportunités offertes par cette ville-carrefour entre l'Afrique et l'Europe, deuxième pôle économique du pays après Casablanca. Située sur le détroit de Gibraltar, à environ 15 km des côtes espagnoles, et à la périphérie du massif montagneux du Rif, Tanger est une ville stratégique. Depuis 2.500 ans, la ville séduit avec sa médina, sa kasbah, ses bazars, ses souks et ses plages... Si vous y êtes de passage, il est incontournable de visiter et savourer les espaces phares de la capitale du Nord. Entre la magie de l'histoire, la beauté du paysage et la blancheur des murailles, vous en sortirez enchantés.
Le grand Socco, le souk de la Médina
Une fois l'arcade de la kasbah de Tanger franchie, le grand Socco, le souk de la Médina, se dévoile via une vaste place regorgeant de cafés, de marchands, de femmes avec leurs habits multicolores et leurs grands chapeaux, de produits d'artisanats, le tout dans un mélange harmonieux de senteurs et de couleurs. La place est dominée par la grande mosquée avec son minaret blanc brodé de vert. À l'ombre des figuiers plantés à différents endroits de la médina, vous pourrez aller à la découverte de cette petite cité à l'intérieur de la cité. Très vite, vous constaterez que vous êtes en face de la médina la mieux entretenue du Maroc. Elle est entièrement entourée de remparts. Chaque ruelle, chaque passage, chaque porte est une découverte, un plaisir pour les sens.
Cap Spartel, rencontre entre la Méditerranée et l'Atlantique
Le Cap Spartel ou Ras Spartel, comme aime à le nommer les Tangérois, offre des panoramas impressionnants. Situé à environ 14 km à l'ouest de Tanger, sur la route qui mène aux grottes d'Hercule, ce phare date du 19e siècle. La magie de l'endroit vient du fait que c'est le point de croisement entre la Méditerranée et l'Atlantique. Il se passe toujours quelque chose au Cap Spartel, un endroit unique. Une fois sur l'une des terrasses des cafés qui donne sur le cap, vous pouvez également contempler, devant un verre de thé à la menthe, l'Atlantique.
La grotte d'Hercule, 5000 ans d'histoire
Symbole de la ville de Tanger, porte de l'Afrique, la grotte d'Hercule raconte la légende du héros éponyme. Il s'agit d'une caverne naturelle creusée par les vagues de l'Atlantique. La grotte d'Hercule fait partie intégrante d'une série de grottes, à l'instar de la grotte d'Achakar. Celles-ci se situent sur une falaise au sud de Cap Spartel. Les vestiges découverts dans la grotte remontent à 50.000 ans avant J.C et témoignent de la présence d'une civilisation néolithique importante. Certains de ces vestiges sont exposés au musée de la kasbah à Tanger.
Asilah, charme paisible
Celle qui se réclame comme la cité de l'art et de la culture, Asilah, est une ville propre, calme, paisible et séduisante...Tranquille toute l'année, elle est envahie l'été par les amoureux de l'Atlantique. La fibre artistique des habitants de cette cité balnéaire confère davantage de charme à Asilah. Il suffit de sillonner les petites ruelles ou de se promener aux côtés des remparts historiques encerclant la vieille ville, pour admirer le contraste complice de la blancheur des maisons avec l'azur de l'Atlantique. À Asilah, c'est également l'hospitalité garantie, les Zaïlachis, habitants de la villes, étant réputés pour leur courtoisie.
chefchaouen, farniente en montagne
À l'écart des grands centres touristiques, la ville de Chefchaouen trône à 600 m d'altitude aux pieds des monts de Kelaa et de Meggou qui forment le Jbel Chaouen. Chefchaouen, avec son influence maroco-andalouse, est l'une des plus belles villes du Maroc. Ses nombreuses ruelles forment un labyrinthe où vous ne risquez jamais de vous perdre. Car, en effet, toutes les ruelles mènent à la Plaza Uta el-Hammam et sa kasbah. Pour les amoureux de la nature, la ville et sa région demeurent un paradis. De vastes forêts avec une faune et une flore très variées entourent la ville. Vous pouvez aussi aller à la découverte de la source de Ras El Ma à 3 km de Chefchaouen ou admirer les cascades, visiter la mosquée de Cherafat, flâner dans la forêt de Talassemtane, la grotte de Toughoubit, sans oublier le Pont d'Allah à Akchour.
Tétouan, ville blanche
Tétouan ou Titawin, premier refuge des musulmans chassés d'Andalousie, a jalousement gardé l'architecture, l'art et le mode de vie hérités du brassage des civilisations arabe et andalouse. Elle se dresse, teintée de la blancheur de ses habitations, face à Gibraltar.
Elle a l'une des plus petites médinas marocaines, mais sans aucun doute la plus complète, la majorité des bâtiments étant restés préservés des influences extérieures. La médina de Tétouan est entourée d'une muraille de 5 km et l'accès s'effectue depuis sept portes. Elle est dotée d'un tissu urbain original qui se caractérise par la répartition des espaces résidentiels, commerciaux et artisanaux suivant un schéma bien déterminé. Le patrimoine immobilier de la ville dans son ensemble, composé de zaouïas, fontaines, hammams, fours, etc. a gardé son authenticité.
Al Hoceima, majestueuse cité
Al Hoceima est l'une des plus grandes stations balnéaires du Maroc voire de l'Afrique du Nord. Elle est entourée de nombreux îlots rocheux qui charment les visiteurs. Dans un guide international des plus belles cités balnéaires, Al Hoceïma figure à la septième place. En témoignent la beauté de ses paysages naturels et plages d'une beauté sans égale. Parmi les plus belles plages à visiter une fois à Al Hoceïma, on peut citer la plage de Quemado, au pied de la falaise éponyme. La baie de Cala Iris est un autre bijou d'Al Hoceima. Cala Iris est à environ 60 km à l'ouest de la ville d'Al Hoceïma. Entre Cala Bonita, Asfiha, Souani, Armoud ou encore la plage de Bades à Al Hoceima, vous serez ébloui par la splendeur des paysages teintés de vert émeraude et de bleu ciel.
Festival des arts jabalis et mauresques de Tanger
Ce rendez-vous culturel, à l'initiative de l'Association Ajras pour le développement, la culture et les arts populaires, se tient début août. Cette manifestation vise à enrichir la scène culturelle et artistique au niveau de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, et à mettre en avant les particularités de la taktouka jabalia et de ses arts apparentés, en tant qu'un des arts les plus importants à l'échelle nationale. Le festival ambitionne ainsi de faire connaître la richesse du patrimoine artistique jabali, et de perpétuer cet art ancestral en particulier auprès des générations montantes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.