Libertés individuelles: Le CNDH défend l'expérience marocaine    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Un dialogue politique inter-libyen à Genève    Pourquoi Oujda néglige le sport    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi au Maroc    Fès: L'Université Euromed entre de plain-pied dans le numérique    Préscolaire: Fahs Anjra vise l'excellence    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Rabat: le général Louarak reçoit un haut gradé pakistanais    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret relatif au régime de sécurité sociale    Inwi fait la paix avec Maroc Telecom    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le volume des transactions immobilières s'inscrit en baisse en 2019    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadeur de Cuba exprime la volonté de son pays de renforcer ses relations avec le Maroc    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    La DG du FMI salue le partenariat avec le Maroc    Le BTP poursuit ses bonnes performances    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Errachidia: ce qu'a saisi la police à bord d'une voiture    Un Mexicain arrêté aux Etats-Unis pour espionnage au profit de la Russie    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Tournoi féminin UNAF : Victoire du Maroc face à la Tanzanie    Basket-ball : La sélection nationale s'incline en amical face à l'Algérie    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    CMA CGM s'engage dans l'accompagnement des start-ups    Dortmund de Haaland et Hakimi s'offre le PSG de Neymar    Elections régionales allemandes: Alliance Droite-Extrême droite    Allemagne : deux attaques visant des bars font neuf morts près de Francfort    6 chômeurs sur 10 sont à la recherche de leur premier emploi    Coronavirus: le point sur la situation en Chine    Bloomberg sous le feu de ses rivaux lors d'un débat démocrate tendu    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jobi.ma révolutionne l'e-recrutement
Publié dans Les ECO le 02 - 02 - 2017

Le secteur du recrutement en ligne accueille un nouvel entrant du nom de Jobi.ma. Initié par une jeune startup marocaine, ce nouveau concept ambitionne de devenir un outil incontournable du recrutement online au Maroc, grâce à une stratégie basée sur un retour marché et des exigences concrètes.
Révolutionner le secteur du recrutement en ligne, voilà un objectif stratégique ambitieux que se fixe le dernier né du recrutement online au Maroc : Jobi.ma. La jeune startup marocaine qui a levé le voile sur son offre la semaine dernière décline une vision ambitieuse qui vise à la positionner comme «un des acteurs majeurs du recrutement au Maroc», affirme Hafed Aziz, président-directeur général de Jobi.ma. Au commencement de l'histoire, ce projet visait initialement à répondre à un besoin du marché clairement exprimé. C'est ce qu'explique Hafed Aziz : «L'idée de Jobi.ma est partie de plusieurs constats effectués à partir des réalités du marché du recrutement au Maroc.
Nous avons noté que les entreprises publiaient généralement des offres d'emplois qui devaient attendre le retour de postulants, ce qui en soi était un processus trop long». Dans ce sens est née l'idée d'instaurer un mode de recrutement avec «zéro délai» en matchant instantanément l'offre et la demande du marché grâce à des algorithmes. Plus concrètement, au moment même où le recruteur adresse son offre en ligne, une sélection automatique de candidats se fait. «Nous nous concentrons principalement sur l'expérience du candidat et ses compétences pour matcher son profil avec l'offre adéquate», précise Hafed Aziz. Dans son déploiement, ce projet est issu de deux années de travail durant lesquelles une équipe de scientifiques des données a mis en place un système spécialement conçu. Ce travail de conception permet aujourd'hui à la nouvelle plateforme de présenter un concept innovant qui devrait lui permettre d'atteindre des objectifs clairement tracés. L'innovation de ce projet consiste à mettre la compétence au cœur du processus de sélection des profils recherchés. «Nous considérons une offre d'emploi comme étant un besoin en compétences exprimé par l'entreprise qui détaille sur notre plateforme ses besoins en compétences auxquels nous répondons par des algorithmes». Les ambitions de Jobi.ma, son management les a pensées de manière à devenir in fine un acteur incontournable du recrutement en ligne dans le royaume.
À fin 2017, le management vise en effet à atteindre le million d'inscrits dans la base de données de Jobi.ma. Un bout de chemin a d'ores et déjà été parcouru à ce jour puisqu'après trois mois d'activité, la plateforme enregistre 115.000 inscrits. Mais qui dit objectifs et ambitions dit également moyens déployés et stratégie employée. Sur ce créneau, Jobi.ma semble avoir balisé le terrain avec une levée de fonds réalisée auprès de différents partenaires qui a permis jusque-là de travailler sur les aspects marketing et communication en ligne, soit deux incontournables dans la stratégie de la startup. Outre cette levée de fonds, ladite startup s'est garanti également l'appui de la Banque européenne de développement (BERD) bénéficiant par là d'un accompagnement et d'un consulting. Ces éléments réunis laissent entendre une vision clairement tracée pour une jeune entreprise qui annonce déjà un objectif très ambitieux à moyen et long termes : celui de devenir une des premières plateformes du recrutement en ligne au Maroc, au Moyen-Orient et en Afrique.
Une innovation «technique»
Pour «révolutionner le secteur du recrutement en ligne au Maroc», la plateforme technologique se base sur l'analyse Big Data et les algorithmes de matching et de profiling et donc une infrastructure technologique robuste capable de calculer, d'interpréter et de stocker des données très variées telles que les compétences, les métiers, les souhaits et les expériences. La plateforme assure également une optimisation qui vise à permettre des temps de traitements de l'ordre du centième de seconde afin de répondre à l'exigence des internautes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.