Ghalta, une erreur très cher payée... Dimanche à 22h45 (Bande-annonce)    Compteur coronavirus :112 nouveaux cas, 6.171.437 personnes vaccinées    LDC: ce qu'a dit l'entraîneur du WAC sur le but refusé d'El Karti    Le beau message de Saad Lamjarred à Khadija Assad (VIDEO)    Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Israël détruit l'immeuble des médias à Gaza    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Une sûreté sur tous les fronts: La DGSN fête son 65 anniversaire    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Exploration de l'espace : la Chine réussit à poser un robot sur la planète Mars    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casamouja : Le Casa Festival laisse des traces à sa ville
Publié dans Les ECO le 21 - 07 - 2017

Pendant le Casa Festival qui s'est déroulé du 6 au 15 juillet, Casamouja a envoûté avec des fresques murales de toute beauté. Un travail que le festival laisse à la ville....
Trois nouvelles fresques viennent embellir le parcours street art de la métropole. Casamouja «urban art wave» est une opération street art qui propose aux bidaouis une explosion de couleurs et cherche à embellir leur quotidien. Un véritable bouquet de formes et de motifs harmonieux ; des fresques monumentales réalisées grâce aux talents des artistes marocains. Des street artistes qui ont partagé leur art avec les Casablancais et qui ont montré que le street art au Maroc n'est pas une mode, mais une école qui progresse doucement pour trouver sa place à l'échelle internationale. Décloisonner la culture en amenant l'art dans les quartiers, c'est l'un des objectifs poursuivis par le programme Casamouja-Urban Art Wave, qui fait partie intégrante de la démarche d'attractivité WeCasablanca. Pour la première édition du Casa festival qui s'est tenue du 6 au 15 juillet derniers, Casamouja propose une deuxième vague street art en confiant ses murs à des artistes de renom. Pour rappel, la première vague Casamouja a eu lieu en mars/avril derniers et a permis à de nombreux artistes casablancais et étrangers de s'exprimer en toute légalité sur les murs de la capitale. L'effervescence artistique CasaWe donne aujourd'hui naissance à de nouvelles fresques murales au charisme surprenant. Petit tour d'horizon des street artistes qui donnent du «peps» à la métropole casablancaise et des trois nouvelles fresques qui viennent enrichir sa collection.
Le Collectif Moukaouama : Machima/Ed Oner/Basec : «Casablanca, ville fraîche qui attise !»
Nommé «Créatif de l'année» par Maroc Web Awards, Mehdi Annassi aka Machima est un Digital Artist casablancais autodidacte. 2016 marque le début de sa carrière dans le street art par la participation à plusieurs festivals tels que «Street Art Caravane, Jidar et Sbagha Bagha» et à présent Casamouja vagues 1 & 2. Natif de Casablanca, Ed Oner pratique le dessin et la peinture dès son enfance. Titulaire d'un baccalauréat en arts appliqués et graphiste de profession, son style mêle portraits, lettres et formes géométriques. Basec, lui, est basé à Berrechid, il a découvert le graffiti à travers internet, ses œuvres sont principalement dédiées aux lettres et à la tipographie, inspirés par les plus grandes écoles et crew de grafitti en Europe et aux Etats-Unis. Ayoub explore toujours de nouvelles expériences graphiques et approche plusieurs techniques picturales en proposant un style qui lui est propre. Loin de se contenter d'un esthétisme parfait, ces artistes nous invitent à travers les couleurs fraîches et les illustrations réalistes géométriques à plonger dans une atmosphère naturelle, loin de l'environnement urbain du quartier. On y voit un groupe de jeunes qui s'approchent avec curiosité de Casablanca, une jolie façon d'inviter les Casaouis à la réflexion et au partage.
Mur El Hank : Normal : marqué à vie
Graphiste et illustrateur de formation et de profession, Abid Ayoub alias Normal est un graffeur marocain d'Agadir. Diplômé de l'école Artcom en 2011, il passe trois ans dans le milieu professionnel où il travaille pour des compagnies privées avant de décider de se consacrer aux disciplines qui lui tiennent à cœur, entre autres la bande dessinée, le street art, la calligraphie et l'art arabo-islamique. Membre du fanzine marocain «Skefkef» et créateur du projet «Boras», Normal est également le co-fondateur de l'association «Ligature» pour le développement culturel. À travers cette réalisation, Normal nous invite à contempler le mur pour un moment de sérénité et d'introspection. Paix Zen-Attitude et bienveillance sont les mots d'ordre pour cette deuxième réalisation, empreinte laissée par Casa Festival sur le mur d'Al Hank.
Quand Poze donne un nouveau visage à Roudani
Yann Chatelin alias Poze est un artiste peintre, calligraphe urbain spécialisé dans la réalisation d'œuvres de grandes dimensions aux formats composés, qui vit aujourd'hui à Casablanca. Ce spécialiste de la calligraphie arabe utilise des courbes, des accentuations et autant de traits qu'il a plaisir à explorer en pleins ou déliés. Le lettrage se retrouve otage de son dessin qui joue de leurs formes sans considérer leur sens ; il en fait un parfait vecteur d'expression. Réelle virtuosité artistique, cette nouvelle réalisation de Yann Chatelin rafraîchit la scène street art de Casablanca. Les couleurs vives omniprésentes du portrait souriant fusionnent parfaitement avec l'environnement urbain, apportant ainsi une touche de bonne humeur au quartier. Grâce à ces fresques devenues nombreuses, Casablanca dispose d'un véritable parcours street art, pour découvrir voire redécouvrir la ville autrement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.