Malgré des imperfections, les OPCI restent attractifs    Orage    CFCIM: Les enjeux d'une élection atypique    Brèves Internationales    Réforme des retraites en France: Le bras de fer continue    Algérie: Des élections sous haute tension    Généralisation du préscolaire: Comment éviter le scénario du simple «gardiennage» d'enfants?    Brèves    L'Espagne salue la position du Maroc dans la lutte contre le terrorisme    La prison Moul El Bergui fait une mise au point et dément les rumeurs de viols    Mohamed Amkraz appelle à une réglementation permettant d'encadrer les nouveaux modèles d'emploi    Energie électrique : La BAD accorde un financement de 245 M€ au Maroc    Mango revient en force au Maroc    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Paris accueille le 4e Forum parlementaire franco-marocain    Qui sont les cinq candidats à la présidentielle en Algérie ?    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Rien ne va plus pour l'ovalie nationale    Energie: Le modèle marocain expliqué à Madrid    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Le Lesotho suspend toutes les décisions et déclarations antérieures relatives au Sahara et à la pseudo-RASD    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Le rêve s'éveille par le pinceau d'Abdellah Elatrach    Journées théâtrales de Carthage : «Un autre ciel» en lice pour le Tanit d'Or    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Camp payant de l'Espayonl Barcelone pour enfants au Maroc    OCK-WAC et Raja-MAT ce mercredi    Benmoussa dévoile sa méthodologie et son agenda    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Agadir: Une cérémonie voluptueuse!    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    Euro-2020 : La Suisse et l'Allemagne en match préparatoire en mai    Finlande: Sanna Marin, 34 ans, nouvelle cheffe du gouvernement…    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    Impeachment, quel impeachment? Trump retrouve des couleurs    Johnson brandit le risque de « paralysie » du Brexit en cas de défaite jeudi    Le Lesotho fait évoluer sa position sur le Sahara    Congrès international de l'arganier : De nouvelles orientations prometteuses pour l'arganier    Le ministre Bill Barr, bouclier de Trump et fer de lance conservateur    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Que se passe-t-il en Tunisie ?
Publié dans Les ECO le 10 - 01 - 2018

La Tunisie est entrée dans une phase de turbulences sociales depuis la fin du week-end dernier. Dans plusieurs villes du pays et dans certains quartiers de la capitale, Tunis. En effet, des heurts ont opposé manifestants et forces de l'ordre pour la deuxième journée consécutive. Un homme a été tué lundi à Tebourba, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale, en marge d'un rassemblement contre la vie chère, alors que grandit une grogne générale contre le budget d'austérité adopté fin 2017. Les manifestations, émaillées dans certains cas de scènes de pillage de magasins, surviennent dans un contexte social dégradé, où le rebond de l'inflation (6,4% en glissement annuel) ajoute aux effets délétères d'un taux de chômage de 15% (30% pour la catégorie des jeunes diplômés de l'enseignement supérieur).
Sept ans après la révolution de 2011, qui avait renversé la dictature de Zine El-Abidine Ben Ali, la stagnation socio-économique est l'envers du décor d'une transition démocratique qui avait valu à la Tunisie un certain prestige à l'étranger. L'agitation sociale, notamment dans les régions de l'intérieur défavorisées par rapport au littoral, est récurrente, comme l'avaient illustré les poussées de fièvre de janvier 2016 ou du printemps 2017. La rapidité de la contagion de ces derniers jours présente toutefois un caractère nouveau. Les troubles ont touché quasiment simultanément des quartiers de Tunis et des localités proches de la capitale ainsi que des gouvernorats de l'intérieur (Kasserine, Sidi Bouzid, Gafsa) et même des villes du littoral (Gabès, Nabeul). La police a procédé à plusieurs dizaines d'arrestations. Ainsi, près de 200 personnes ont été arrêtées dans la nuit de mardi à mercredi.
Ces secousses mettent rudement sous pression le gouvernement de Youssef Chahed, nommé en août 2016, dont la marge de manœuvre s'avère limitée. Sur le plan politique, le premier ministre n'est que mollement soutenu par son parti (Nidaa Tounes), la formation «moderniste» alliée aux islamistes d'Ennahda dans la coalition gouvernementale. Chahed, placé à la tête du gouvernement par le chef de l'Etat, Béji Caïd Essebsi, a irrité nombre de ses amis en raison des ambitions présidentielles qui lui sont prêtées. En quête de nouveaux soutiens, le chef du gouvernement a noué une relation de travail privilégiée avec l'Union générale du travail tunisien (UGTT), le principal syndicat du pays. Ce lien ne lui est toutefois guère utile pour apaiser l'actuelle tension sociale, car nombre de protestataires ne sont affiliés à aucune organisation syndicale ni partisane. La perspective des élections municipales prévues en mai, premier scrutin local depuis 2011, devrait ajouter à la volatilité du paysage politique en attisant de nouvelles concurrences, y compris au sein de la coalition gouvernementale.
En dehors des raisons politiques, c'est sur le terrain économique et social que le chef du gouvernement est attendu car les indicateurs financiers sont dans le rouge. Alors que dérivent le déficit budgétaire (6,1% du PIB) et la dette publique, qui frôle les 70% du PIB, le gouvernement s'est résolu à aggraver la ponction fiscale, en particulier en relevant la TVA. Ajouté à l'inflation nourrie par la dépréciation du dinar, qui a perdu le quart de sa valeur par rapport à l'Euro en deux ans, ce relèvement de la fiscalité indirecte s'est révélé socialement périlleux en pesant lourdement sur le pouvoir d'achat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.