Benzarti: La victoire en SuperCoupe, un tremplin vers d'autres titres    Un centre régional des métiers d'éducation et de formation voit le jour à Dakhla    Le Maroc adopte le protocole FACTA    Les controverses des «villes sans bidonvilles»!    Le Maroc et le Tchad renforcent leur coopération    Fêtant ses 20 ans, ADMR lance un appel pour la construction de 100 nouveaux ponts    Dakhla et ses potentialités au centre d'un voyage de presse    Même gracié, Alberto Fujimori rattrapé par la justice    Akhannouch expose le projet du RNI à Agadir    L'apport des juifs amazighones à la mosaïque culturelle marocaine    Conférence-débat organisée par le Collectif Démocratie et Liberté    Tanger : Du haschich dans le frigo camion et les couches pour bébés    Le Centre d'Etudes et de recherches Abraham Zagouri sur le droit hébraïque ouvre ses portes à Essaouira    Dialogue interreligieux    Youssef El Arabi :mon sort est entre les mains d'Hervé Renard    Rabat : Un SDF pyromane s'en prend aux guichets bancaires    Taoufik Bouachrine fait l'objet de plaintes pour « agressions sexuelles »    Synonyme de raffinement, le caftan marocain sous les projecteurs à Abu Dhabi    Quand un livre court contre le temps pour sauver sa peau!    Entretien avec Ataa Allah Fadoua, Directrice du CEISIC    Nabil Abouzaid: "le marché digital est en plein essor"    Réaction de Yassine Bounou après la défaite contre le Barça    Justice – Des plaintes pour agressions sexuelles à l'origine de l'interpellation de Taoufik Bouachrine    Le Wydad au sommet de l'Afrique    African Digital Summit : les moments forts de la deuxième journée    38 morts dans un double attentat à Mogadiscio    Touafik Bouachrine sujet d'une enquête judiciaire    La SNRT remporte le premier prix de la meilleure innovation digitale    Le Maroc au Salon international de l'agriculture à Paris    Baccalauréat : « Aucune matière n'a été remplacée ou supprimée »    Deux morts dans une fusillade en plein centre de Zurich    Quatre morts et six blessés dans un accident sur l'autoroute Casablanca-Rabat    Brèves Internationales    Eco-Trail du Lac Lalla Takerkoust: Un nouveau souffle pour l'écotourisme sportif    «Nouvelle aventure» pour Vallaud-Belkacem avec Ipsos    Le musée YSL Marrakech expose les Robes Sculptures de Noureddine Amir    Mehdi Qotbi reçu à l'Elysée par Mme Brigitte Macron    Face au TP Mazembe en Supercoupe d'Afrique : Le Wydad a rendez-vous avec l'histoire    UE: Un sommet à 27 pour débattre du budget post-Brexit    3e Résidence francophone d'écriture pour le film d'animation à Meknès !    Le cerveau des attaques du 13 novembre est mort    Le président Trump veut armer « certains » enseignants pour faire face aux fusillades scolaires    Le DHJ et la RSB valident leur qualification    Arrestation à Fès de 3 individus impliqués dans l'enlèvement d'un enfant    Indice de perception de la corruption 2017 : Le Maroc gagne 9 places    Hiba Rec annonce ses gagnants de la session Rock    Sérieux outsider    Le gouvernement n'a pris aucune décision sur la suppression de certaines matières du cycle du baccalauréat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fin de l'Acte 1
Publié dans Les ECO le 22 - 01 - 2018

Le procès de Casablanca des détenus du Hirak a clôturé sa première partie réservée à la forme. Les Inspirations ECO revient sur les moments forts de ce début du procès.
Nous sommes le vendredi 19 janvier, il est 21h00, la Cour d'appel de Casablanca a fermé ses portes. Seul un procès continue à se dérouler même après la fin de la semaine de travail, c'est le procès du Hirak. À la salle n°7, se tiennent les travaux de la Chambre criminelle, où comparaissant les 54 détenus de ce procès. Me Aghnaj est le dernier représentant de la défense à donner la réplique au représentant du ministère public au sujet des remarques sur la forme. À cette 20e audience, l'ensemble des parties de ce procès avait hâte de clore cette partie. Une première étape qui s'est révélée, comme attendue, laborieuse et éreintante.
Douleur et enlisement
Le 12 septembre démarrait ce procès, où plutôt la première version de ce marathon. Au départ, cette affaire se composait de deux dossiers distincts, le groupe d'Ahamjik, composé de 21 accusés et le groupe de Zefzafi, qui compte 32 accusés. Après plusieurs séances, le juge Ali Torchi décide finalement de rassembler les deux dossiers à la demande du parquet général et de la défense. Mais ce procès n'était pas prêt pour commencer encore. Les poursuites à l'encontre du journaliste Hamid El Mahdaoui, en lien avec ce dossier, feront que ce dernier sera également intégré à ce procès. Le groupe de Casablanca est enfin constitué. Le dossier est-il enfin prêt ? «Pas si vite», réplique la défense. Ces avocats avaient contesté avec véhémence l'enregistrement vidéo des audiences, «sans l'autorisation préalable des détenus». Le juge Torchi tranche finalement sur ce point et autorise les caméras de la SNRT. Cette première partie a été marquée par l'hospitalisation de plusieurs accusés suite à la dégradation de leur état de santé à cause des grèves de la faim qu'ils avaient entamés.
Défense et fracas
Ils sont au nombre 1.000 avocats à défendre les accusés du mouvement protestataire d'Al Hoceima. Le nombre de présents parmi les avocats de la défense s'est réduit au fil des audiences. Ils étaient une vingtaine à la dernière audience. Deux avocats tonitruants manquaient à l'appel, Me Isaac Charia et Mohamed Ziane. Ils se sont retirés dès novembre de la défense, à la demande écrite des accusés. Ce retrait fait suite à la déclaration sur le supposé «complotisme d'Ilyass El Omari contre le roi et l'Etat», lançait par Me Charia. Une affirmation hasardeuse qui conduira le procureur général à ouvrir une enquête. La relation entre le juge et la défense demeure tendue, comme le confirme le retrait des avocats le 29 décembre dernier.
Jeunesse et endurance
Hakim El Ouardi, substitut du procureur, s'illustrera par la précision de ces remarques sur la forme, le caractère offensif de ces propos et une endurance à toute épreuve. El Ouardi a consacré trois audiences à répondre aux remarques sur la forme, présentées par la défense, soit 33 heures d'audience. Le représentant du ministère public a rassemblé l'ensemble de ces plaidoiries dans un recueil de 200 pages, qu'il a remis à la défense.
Pertes et profits
L'Etat s'est constitué partie civile dans ce dossier. «C'est une première dans l'histoire de la justice au Maroc», rappelle un avocat de la défense. L'Etat déjà représenté par le ministère public est aujourd'hui représenté comme «victime» à travers les avocats de l'Intérieur (Me Rachidi et Tabih) et la DGSN (Me Karrout). Ce trio s'est illustré par des plaidoiries fleuves, exposant les motifs de la constitution de leur client (l'Etat) comme partie civile. «Plus de 900 éléments de la force de l'ordre ont été blessés lors des manifestations», affirme Me Karrout. Les dommages subis s'élèveraient à 20 MDH, à titre de dédommagement des fonctionnaires de ces administrations.
Accusés et «victorieux»
Ils sont les acteurs rendus «invisibles» dans ce dossier. Le box des accusés a été peint en blanc pour isoler les accusés. À chaque fin d'audience, ils scandent leurs slogans, le point levé, tout en s'adressant à leurs familles éreintées par des déplacements hebdomadaires Al Hoceima-Casablanca. Remuants et se permettant de provoquer le juge, ils s'offrent lors de ce procès une tribune pour exprimer leurs opinions, au risque de se faire expulser de la salle d'audience manu militari. Zefzafi et El Mahadoui ont excellé dans cet exercice.
Chiffre clés
20
audiences
54
personnes poursuivies
1 dirham
symbolique exigé par l'Etat
PV, torture, écoutes téléphoniques...
Le juge Torchi devrait statuer cette semaine sur les remarques de forme présentées par la défense et la partie civile. La défense tente d'invalider les PV car, selon elle, «ils auraient étaient signés sous la torture». Les écoutes téléphoniques lancées dès décembre 2016 «n'ont pas respecté la procédure judiciaire». Si une première demande a été déposée et validée en ce sens pour une durée de 4 mois, la défense conteste l'absence de renouvellement de cette demande pour une nouvelle période. La défense a également demandé d'appeler à la barre un nombre de témoins, comme le DG de l'ANRT, le PDG de Maroc Télécom, l'historiographe du royaume et le wali et le président de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Des demandes qui seront étudiées par la cour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.