Jazouli fait le point sur la politique africaine du Maroc    Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre de soins de santé primaires à Casablanca    Startups africaines : Macron annonce une enveloppe de 65 millions d'euros    USA. Les dames en fer    L'ONCF supprime des trains sur l'axe Casablanca-Kénitra    Prix du poisson : Où sont les responsables communaux ?    Salé    6ème session ordinaire du Parlement panafricain    Édification d'un Centre de proximité pour la femme et l'enfant à Mers El Kheir    La fondation Hiba dévoile les lauréats de la World Music 2018    Projection «Nuba d'or et de lumières» à l'IMA de Paris    Le Maroc présent à la coupe d'Afrique de slam poésie en novembre 2018    Webhelp Maroc franchit la barre des 10.000 collaborateurs    En kiosque n° 1248 : Y EN A MARRE !    Régularisation des dossiers de contractuels    Préfecture de l'arrondissement de Hay Hassani : 816 projets INDH d'un investissement de plus de 301 MDH réalisés de 2005 à 2017    Le Burkina Faso rompt ses relations avec Taïwan    Transfert : Vissel Kobe déroule le tapis rouge à Andrès Iniesta, l'icône du Barça    La Mannschaft titille les autres sélections du monde    Sport scolaire : Le Maroc élu président continental de l'ISF    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc primé pour ses actions d'inclusion financière    La Corée du Nord a démantelé son site d'essais nucléaires avant un sommet avec Washington    Arrestations de l'ex-président du conseil provincial de Barcelone et de 21 autres personnes    Les Emirats Arabes Unis soutiennent la marocanité du sahara    Casablanca: La police retrouve la fillette de 4 ans portée disparue    Des espèces menacées de disparition sauvées    Italie : Giuseppe Conte, « avocat du peuple », s'attelle à la composition du gouvernement    Les défis du modèle de développement à venir!    De la diplomatie politique à la diplomatie économique    En finir avec la cigarette    Les réseaux sociaux sauvent Ghazal (vidéo)    Libre cours    Zoom : Allo, le 0537718888 ?    Morocco 2026 débarque en Croatie    La Palestine devient membre de deux nouvelles agences de l'ONU    Omari supervise le projet du nouveau siège du parti    L'italien Enel injecte 169 millions de DH dans ses projets marocains    Commerce extérieur : Les exportations algériennes vers le Maroc en hausse de 60%    Le gouvernement épinglé pour ses objectifs utopiques    Humour: Les Inqualifiables font leur show en grand    Le roman de Ramadan: «Ibn khaldoun. Une biographie romancée»    Voilà pourquoi cette hôtesse n'a pas serré la main à Benatia !    Le Comptoir des Mines Galerie expose « Be Your Heart » de Mo Baala    Le Rwanda s'offre les service d'Arsenal pour développer son tourisme    Unai Emery prend la succession d'Arsène Wenger à Arsenal    C1 – Le jeûne de Mo Salah inquiète Liverpool    KASMA visite le Maroc rural    Les «voix de femmes» à la 6e édition des «Nuits du Ramadan»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment arriver à une école de l'équité
Publié dans Les ECO le 23 - 01 - 2018

Le rapport présenté hier par le Conseil supérieur de l'éducation sur les métiers de l'éducation a mis l'accent sur le facteur humain pour un nouveau modèle économique. L'héritage social -la famille entre autres- participe à raison de 80% au niveau éducatif de l'élève contre 20% concernant l'impact de l'école, selon le conseil.
La 13e session du Conseil supérieur de l'éducation, de la formation et de la recherche scientifique a été spéciale à plus d'un égard. Lors d'une conférence de presse tenue hier à Rabat, le secrétaire général du conseil a souligné que cette session a été l'occasion de confirmer la volonté d'amélioration du rendement de l'institution et le renforcement des partenariats avec les départements concernés. À cet égard, trois conventions ont été signées concernant l'échange des informations et des documents avec les partenaires. Plusieurs autres axes ont fait l'objet de débats durant cette session, à savoir le renforcement des prérogatives du conseil en liaison avec la réflexion nationale autour du modèle économique. Dans ce sens, l'angle retenu est celui d'une école basée sur l'équité et l'égalité des chances. Secundo, le rapport du Conseil sur les métiers de l'éducation en tant que vecteur de la réforme de l'école. Tertio, l'ouverture sur les activités d'évaluation internationales, principalement en sciences et en mathématiques, sur la base du rapport TIMSS de 2015. Quarto, mener une réflexion profonde sur les rôles du conseil, trois années après sa création.
Le rapport sur les métiers de l'éducation, présenté par Rahma Bourqia, directrice de l'Instance nationale d'évaluation relevant du conseil, s'appuie justement sur le principe d'une école pour la justice sociale dans le cadre de la réflexion globale sur le modèle économique du pays. Il s'agit de voir comment les inégalités sociales et d'accès à l'école peuvent impacter le modèle économique. Un constat s'impose d'emblée: les élèves ne sont pas égaux face à l'école, socialement parlant. Pour Bourqia, ces inégalités ne sont pas acceptables car elles altèrent le principe même d'égalité d'accès à l'enseignement, et partant d'égalité des chances. Certes, souligne la responsable, il y a eu des avancés démocratiques avérées surtout depuis l'adoption de la Constitution de 2011, mais l'école en constitue toujours une entorse.
À cause des inégalités éducatives, les pertes en développement sont de l'ordre de 45,8% selon un rapport du PNUD de 2015. Le modèle économique est tributaire de la manière dont on traitera ces inégalités. L'héritage social -la famille entre autres- participe à raison de 80% au niveau éducatif de l'élève contre 20% concernant l'impact de l'école, selon le conseil. L'on constate aussi un clivage entre le privé et le public en matière d'éducation, qui débouche sur une sorte de ségrégation sociale. Le système éducatif reste ainsi largement non inclusif, sans compter la faiblesse d'intégration des enfants à besoins spécifiques et le taux d'abandon qui reste élevé et coûte plus de 2 MMDH au budget de l'Etat. L'enseignement supérieur a aussi été rattrapé par ce clivage public-privé. Tous ces facteurs assènent un coup au principe de méritocratie, et sont assortis d'un coût social et économique incontestable.
Le conseil recommande de commencer par juguler les sources de l'analphabétisme et mieux cibler les programmes de soutien comme Tayssir, Un Million de cartables... via une approche préventive. L'on recommande aussi de parvenir à un enseignement obligatoire de 4 à 15 ans qui soit équitable et de qualité et, surtout, susciter la curiosité des élèves avec un bon socle commun de connaissances pour tous. Quant à la formation professionnelle, il faut qu'elle soit plus flexible pour changer d'orientation facilement, avec des troncs et des passerelles entre spécialités. Mais le plus important dans cette approche est de faire en sorte que tous s'approprient l'école, ce qui passe par une gouvernance de proximité et le renforcement du pouvoir de décision du directeur de l'école et du staff pédagogique. Tout cela pour dire que le capital humain est le seul à même de permettre un développement économique sur la base d'une constructions des capabilités, et à leur tête l'éducation. Il faut aussi donner de l'importance aux langues arabe et amazighe, sans oublier les langues étrangères. Toutes ces réformes versent dans l'ancrage d'une classe moyenne solide et large à même de renforcer le développement du pays. Enfin, il va falloir réfléchir aux changements dans les métiers que connaîtra le monde, sachant que 65% des élèves qui accèdent à l'école aujourd'hui exerceront des métiers non encore connus. C'est donc aujourd'hui qu'il faut se pencher sur les métiers de l'enseignement sur la base de la professionnalisation, de l'école l'indépendante et surtout d'une vraie culture de l'évaluation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.