L'offensive de Trump met en péril la survie de Huawei, selon des experts    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    Turkish Airlines lance une ligne Antalya-Casablanca    L'Espagne reste premier partenaire commercial du Maroc, selon Eurostat    Elections : Des dirigeants européens se mobilisent contre les populistes    Le Maroc réélu au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Préfecture de Marrakech : Quelque 1.031 projets réalisés durant la phase I et II de l'INDH pour un coût global de 1,7 MMDH    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amrote Abdella : «Pourquoi nous devons nous concentrer sur l'emploi, l'entreprenariat et l'innovation»
Publié dans Les ECO le 01 - 03 - 2018

Le monde entre rapidement dans sa quatrième révolution industrielle. Dans ce contexte, à travers l'Afrique, des pays mettent activement en place des programmes de réformes pour s'assurer d'être suffisamment préparés aux effets de la numérisation. En 2016, le Maroc a présenté son propre plan de réforme d'investissement, ce qui positionne le pays au rang de carrefour stratégique en Afrique du Nord, en bâtissant un environnement de premier ordre pour les IT-Business. Le Maroc a d'ores et déjà accompli un pas de géant dans son espace. Le pays s'est récemment hissé à la première place en Afrique dans le domaine des sciences, des technologies et de sa capacité d'innovation. En 2016, les startups technologiques locales ont attiré plus de 3,4 millions de dollars de financement et de placements. Toutefois, de même que pour le reste de l'Afrique, des obstacles, tels que le manque de connectivité à internet, le chômage des jeunes et un environnement commercial difficile pour les startups, doivent encore être surmontés. S'attaquer à ces obstacles a été au centre de l'attention de beaucoup d'organisations des secteurs publics et privés, incluant Microsoft. En 2013, la compagnie lançait son initiative 4Afrika pour accélérer la compétitivité globale de l'Afrique. 4Afrika s'est activement engagé à rendre plus abordable l'accès à internet, à investir dans l'innovation locale, et à développer les compétences modernes nécessaires à l'emploi et l'entreprenariat - à la fois au Maroc et à travers le continent. Notre vision est étroitement alignée sur la Stratégie Numérique 2020 du Maroc, qui a pour but d'améliorer la connectivité et les programmes d'alphabétisation numérique. Cela signifie qu'à présent, plus que jamais, nous travaillerons ensemble sur cet objectif commun, en donnant aux gens les moyens de développer et d'implémenter de nouvelles idées qui guideront le pays dans ses efforts de mutation numérique. Se concentrer sur l'emploi des jeunes, l'entreprenariat et l'innovation en est la clé.
Renforcer l'employabilité chez la jeunesse
Avec un diplômé marocain sur cinq luttant pour trouver un emploi, l'employabilité est dans tous les esprits. L'an passé, quand Microsoft s'est rengagé comme partenaire régional de la compétition Seedstars World, nous avons remarqué que cinq des 10 startups marocaines qui s'étaient présentées avaient mis en place des solutions pour soutenir les chercheurs d'emploi et les entrepreneurs. BestCarriere, par exemple, est un portail de recrutement en ligne, alors que Khdemti connecte des freelancers aux compétences variées avec des entreprises. Manageo offre des solutions de ventes en ligne et de facturation pour les petites entreprises, alors que Creasouk aide les petites entreprises à bâtir et intégrer leurs propres sites d'e-commerce. À travers toute l'Afrique, les jeunes représentent 40% de la population active, faisant d'eux notre ressource la plus précieuse. Ambitieux, innovants, adaptables et intéressés par les nouvelles technologies, ils ont tous les attributs requis pour assurer un avenir économique fort à nos pays. Ils détiennent les clés pour accélérer la transformation numérique, soit en apportant des compétences fraîches aux organisations existantes désireuses de se moderniser, ou en bouleversant les industries à travers leurs propres nouveaux modèles d'affaires. Cependant, pour améliorer leur employabilité, nous devons d'abord leur fournir les compétences commerciales et technologiques adéquates que recherchent les employeurs d'aujourd'hui. Nous devons concevoir des programmes de formation plus en phase avec les opportunités actuelles et futures du marché du travail, en veillant à la concordance entre la demande et l'offre pour les compétences du 21e siècle. Les programmes de stages et les académies d'apprentissage en ligne sont un moyen efficace pour y parvenir. Les stages offrent aux jeunes gens une expérience concrète et pratique, tout en donnant aux employeurs accès à davantage de talents dont ils ont besoin pour leur transformation numérique. Les classes virtuelles sont aisément accessibles et offrent, par voie numérique, un enseignement de connaissances numériques de haut niveau. Les programmes 4Afrika de stagiaires et d'académie virtuelle sont conçus spécifiquement à ces fins. À travers le continent, plus de 400 diplômés ont complété leurs stages dans 60 organisations, avec 90% de ces diplômés s'assurant un emploi à temps plein après avoir accompli leurs stages. À cela s'ajoutent plus de 775.000 personnes ayant acquis de nouvelles compétences à travers l'académie.
Bâtir un écosystème favorable aux startups
Plus de la moitié des «millenials» au Moyen-Orient et en Afrique du Nord affirme que l'écosystème des startups et l'entreprenariat sont les principaux facteurs contribuant à l'émancipation de la jeunesse. Les jeunes sont de plus en plus attirés par ce milieu. En 2015, il y avait cinq fois plus de startups au Maroc qu'en 2012. En assurant un environnement favorable aux entreprises, nous pouvons encourager davantage de jeunes à devenir entrepreneurs dans les TIC. Ceci inclut un cadre juridique fort, un accès aux financements et technologies, des avantages fiscaux, un encadrement et des partenariats commerciaux qui offrent un soutien intégral. Des pas dans la bonne direction ont déjà été faits. Le gouvernement a récemment lancé le fonds Innov Invest qui vise à fournir financement et soutien aux PME et aux entreprises en phase de levée de fonds. À 4Afrika, nous collaborons avec un nombre d'écosystèmes d'accélérateurs et d'incubateurs pour apporter un soutien commercial et technologique. En 2017, le Technopark a collaboré avec Microsoft pour offrir gratuitement, à une sélection de startups, un logiciel de cloud, des services et un support technologique. À travers notre programme de volontariat d'employés MySkills4Afrika, plus de 80 entreprises sociales dirigées par des femmes et étudiants universitaires ont reçu un soutien dans l'élaboration et le lancement de stratégies sociales pour accroître efficacement leurs activités.
Possibilités d'innovation
Une autre façon d'attirer la jeunesse vers l'entreprenariat est de communiquer davantage sur les possibilités qui leur sont offertes et d'améliorer la capacité d'innovation. Le Maroc possède un haut potentiel pour l'innovation, avec une abondance d'opportunités dans diverses industries, incluant :
L'Energie : Le gouvernement marocain s'est fixé comme objectif d'atteindre les 42 pour cent de ses besoins énergétiques par l'emploi de ressources renouvelables d'ici 2020. À ce jour, au Maroc, plus de 128.000 maisons sont alimentées par des installations de panneaux solaires à domicile. Armées de ces technologies, comme le cloud et l'internet des objets, les startups peuvent impulser la transformation numérique dans cet espace, gérant à distance des systèmes d'installations solaires ou permettant aux usagers de contrôler et optimiser leur consommation énergétique.
L'Agriculture : En conjonction avec le secteur forestier et de la pêche, l'agriculture a créé 47.000 emplois au Maroc en 2017. La technologie peut attirer encore plus de jeunes dans cette branche, provoquant la mutation d'un secteur à vocation traditionnelle vers celui de l'agrobusiness, où ils peuvent automatiser des chaînes de distribution, connecter les petits exploitants aux services de prêts et assurances, et promouvoir une agriculture de précision orientée des données.
Les Services gouvernementaux : Les startups peuvent accélérer la Stratégie Maroc Numérique 2020, qui entend promouvoir les services de l'e-gouvernement. Des programmes, tel que Microsoft 4Afrika's Innovate4Gov, lancent régulièrement de vastes appels d'offres à l'attention des startups pour transformer les services publics et les opérations intragouvernementales à travers des solutions technologiques. Les startups qui innovent dans ces domaines permettront à plus de personnes de se connecter pour la première fois à des services clés et aux moyens de subsistance de s'améliorer. Pour les communautés rurales, où la connectivité est un défi, il existe des technologies passant par les fréquences inutilisées par la TV, et peuvent offrir un accès internet à haut débit pour moins de cinq pour cent du revenu moyen. Actuellement, 4Afrika dirige 15 de ces projets dans six pays à travers l'Afrique - et nous espérons en lancer davantage.
Vers une mutation numérique
Que le Maroc continue d'investir dans l'accès, l'innovation et les compétences, et il pourra concrétiser sa Stratégie Numérique 2020. Microsoft reste un partenaire fortement engagé dans cet effort. Cette année, alors que nous lançons deux centres de données locaux en Afrique du Sud, de plus en plus de startups, de consommateurs, de partenaires et d'ONG à travers le continent seront en mesure d'utiliser le cloud pour alimenter l'innovation et les opportunités - pour l'Afrique et le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.