La conscription concernera 15.000 appelés    Vers le renforcement de la coopération entre le Parlement marocain et l'UIP    Le Maroc et les Iles Fidji veulent booster leurs relations    De la nécessité d'investir dans la jeunesse    L'Indice des prix des actifs immobiliers demeure orienté à la baisse    Mise en service à Rabat des nouveaux autobus    Le Soudan se dote d'un nouveau pouvoir    Le régime syrien va permettre aux civils de sortir de la région d'Idleb    News    L'ultime défi de l'Imperatore Franck Ribéry à la Fiorentina    De l'or pour la taekwondiste marocaine Soukaina Sahib    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT gagne mais sa qualification reste compromise    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    Féminicide à Sidi Slimane    Divers    Faire souvent la sieste, un signe précoce d'Alzheimer ?    Abdelhamid Azzubair, un artiste éclectique qui exalte la calligraphie arabe    Dwayne Johnson récupère sa place d'acteur le mieux payé au monde    Le Festival international de Volubilis de musique mondiale traditionnelle de retour à Meknès    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Selon BAM, repli de 0,9% des prix des actifs immobiliers au T2-2019    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    La relance sur fond de responsabilité    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Quel temps fera-t-il ce jeudi ?    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    Edito : Révolution    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bassin du Congo : Vers un modèle de croissance durable
Publié dans Les ECO le 13 - 03 - 2018

La secrétaire d'Etat chargée du développement durable, Nezha El Ouafi, a plaidé, hier à Rabat, pour la mise en place d'un modèle de croissance durable pour les pays du Bassin du Congo.
Le Secrétariat d'Etat chargé du développement durable a organisé, hier, à Rabat, l'atelier de validation des termes de références (T.D.R.) de l'étude de préfiguration du Fonds bleu pour le Bassin du Congo. Nezha El Ouafi a, dans ce sens, fait savoir que l'élaboration d'un plan stratégique d'investissement pour le bassin du Congo contribuera à l'élaboration de la feuille de route de la politique de développement durable de ce bassin, dont le Fonds bleu sera le premier outil structuré et commun de financement. Dans ce cadre, la secrétaire d'Etat a rappelé que la feuille de route du Fonds bleu pour le Bassin du Congo a été adoptée lors de la conférence extraordinaire des ministres en charge de l'environnement et des finances des deux communautés régionales de l'Afrique centrale et de l'est, qui s'est tenue du 3 au 5 octobre dernier à Brazzaville.
Au terme de cette conférence, qui a été consacrée à l'étude de préfiguration du Fonds bleu pour le Bassin du Congo, avec l'appui du Centre de compétences en changement climatique (4C-Maroc), le Maroc a pu mobiliser les ressources nécessaires pour cette étude, a-t-elle relevé, précisant que le 4C Maroc a élaboré les termes de référence sur la base de la note de cadrage présentée lors de la Conférence de Brazzaville. Pour sa part, la ministre du Tourisme et de l'environnement de la République du Congo, et coordinatrice technique de la Commission climat du bassin du Congo, Arlette Soudan-Nonault, a salué le rôle du Royaume du Maroc dans l'accompagnement du processus d'opérationnalisation de la Commission climat du Bassin du Congo et de son principal instrument financier, le Fonds bleu pour le Bassin du Congo, notamment à travers sa structuration, ses mécanismes d'appui et de financement, l'articulation de ses procédures opérationnelles et de ces structures organisationnelles et de gestion. Le processus d'opérationnalisation se manifeste aussi à travers la définition de son système de gouvernance et l'identification des facteurs clé de succès et risques liés à cette ambition commune, a-t-elle poursuivi, mettant en garde contre les différences de niveaux dans l'engagement financier des bailleurs de fonds et dans l'engagement politique des Etats, outre l'absence d'études de faisabilité ou de préfiguration convenable.
À cette occasion, un mémorandum d'entente a été signé entre la secrétaire d'Etat chargée du développement durable et le ministère du Tourisme et de l'environnement de la République du Congo, portant sur l'étude de préfiguration du Fonds bleu pour le bassin du Congo visant à analyser les conditions institutionnelles, techniques, juridiques, fiscales et financières pour la mise en place dudit fonds et établir des recommandations en vue d'en assurer l'opérationnalisation conformément à un agenda et un cadre opérationnel optimum pour tous les acteurs concernés. Cette convention s'assigne également pour objectif de collecter, analyser et restituer les attentes, les contraintes des acteurs de l'ensemble des pays engagés par le mémorandum d'entente d'Oyo (signé le 9 mars 2017 entre les pays de la communauté économique des Etats de l'Afrique centrale, ceux de la communauté de l'Afrique de l'est et le Maroc), ainsi que les acteurs institutionnels, économiques, industriels et associatifs associés concernés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.