Vidéo – But spectaculaire de Boufal face à Yassine Bounou    Casablanca : La réouverture du Complexe Sportif Mohammed V annoncée pour fin mai    Examen des moyens de coopération agricole entre le Maroc et la RDC    Le ministère de la Santé organise la Semaine nationale de vaccination    L'artiste-peintre Abdellah El Haitout expose à Tanger    Les Instances représentatives des communautés israélites marocaines réanimées    ONCF: 2 millions de voyageurs durant les dernières vacances scolaires    SIGPA souligne l'importance de l'agriculture au sein de sa stratégie commerciale    Réouverture du Complexe Sportif Mohammed V    Siam 2019 : Soufiane Alaoui, DG de Soulara    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Constitution: Référendum en Egypte    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    La terre a tremblé à Taroudant    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bassin du Congo : Vers un modèle de croissance durable
Publié dans Les ECO le 13 - 03 - 2018

La secrétaire d'Etat chargée du développement durable, Nezha El Ouafi, a plaidé, hier à Rabat, pour la mise en place d'un modèle de croissance durable pour les pays du Bassin du Congo.
Le Secrétariat d'Etat chargé du développement durable a organisé, hier, à Rabat, l'atelier de validation des termes de références (T.D.R.) de l'étude de préfiguration du Fonds bleu pour le Bassin du Congo. Nezha El Ouafi a, dans ce sens, fait savoir que l'élaboration d'un plan stratégique d'investissement pour le bassin du Congo contribuera à l'élaboration de la feuille de route de la politique de développement durable de ce bassin, dont le Fonds bleu sera le premier outil structuré et commun de financement. Dans ce cadre, la secrétaire d'Etat a rappelé que la feuille de route du Fonds bleu pour le Bassin du Congo a été adoptée lors de la conférence extraordinaire des ministres en charge de l'environnement et des finances des deux communautés régionales de l'Afrique centrale et de l'est, qui s'est tenue du 3 au 5 octobre dernier à Brazzaville.
Au terme de cette conférence, qui a été consacrée à l'étude de préfiguration du Fonds bleu pour le Bassin du Congo, avec l'appui du Centre de compétences en changement climatique (4C-Maroc), le Maroc a pu mobiliser les ressources nécessaires pour cette étude, a-t-elle relevé, précisant que le 4C Maroc a élaboré les termes de référence sur la base de la note de cadrage présentée lors de la Conférence de Brazzaville. Pour sa part, la ministre du Tourisme et de l'environnement de la République du Congo, et coordinatrice technique de la Commission climat du bassin du Congo, Arlette Soudan-Nonault, a salué le rôle du Royaume du Maroc dans l'accompagnement du processus d'opérationnalisation de la Commission climat du Bassin du Congo et de son principal instrument financier, le Fonds bleu pour le Bassin du Congo, notamment à travers sa structuration, ses mécanismes d'appui et de financement, l'articulation de ses procédures opérationnelles et de ces structures organisationnelles et de gestion. Le processus d'opérationnalisation se manifeste aussi à travers la définition de son système de gouvernance et l'identification des facteurs clé de succès et risques liés à cette ambition commune, a-t-elle poursuivi, mettant en garde contre les différences de niveaux dans l'engagement financier des bailleurs de fonds et dans l'engagement politique des Etats, outre l'absence d'études de faisabilité ou de préfiguration convenable.
À cette occasion, un mémorandum d'entente a été signé entre la secrétaire d'Etat chargée du développement durable et le ministère du Tourisme et de l'environnement de la République du Congo, portant sur l'étude de préfiguration du Fonds bleu pour le bassin du Congo visant à analyser les conditions institutionnelles, techniques, juridiques, fiscales et financières pour la mise en place dudit fonds et établir des recommandations en vue d'en assurer l'opérationnalisation conformément à un agenda et un cadre opérationnel optimum pour tous les acteurs concernés. Cette convention s'assigne également pour objectif de collecter, analyser et restituer les attentes, les contraintes des acteurs de l'ensemble des pays engagés par le mémorandum d'entente d'Oyo (signé le 9 mars 2017 entre les pays de la communauté économique des Etats de l'Afrique centrale, ceux de la communauté de l'Afrique de l'est et le Maroc), ainsi que les acteurs institutionnels, économiques, industriels et associatifs associés concernés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.