Un bilan positif malgré les contraintes    Un programme de résidence pour artistes en Italie    Casablanca-Settat: Concours de photographie ouvert et gratuit    Tétouan abrite l'université d'été des jeunes MRE    Les Bleus champions du monde font un retour triomphal en France    Vers une réconciliation entre Moscou et Washington ?    Réouverture de l'ambassade d'Erythrée en Ethiopie    Benguerir : Quatre trafiquants de drogue condamnés à 5 ans de prison chacun    Le Roi Mohammed VI félicite le Président Macron après la victoire des Bleus    L'UE rejette la demande américaine d'isoler l'Iran    Natation: pépinière de champions    SM le Roi félicite Macron après la victoire de l'équipe de France au mondial 2018    Maroc-UE : Les tomates sahraouies sont bien marocaines, dixit Bruxelles    Vidéo-Enseignement: De quels acquis parle-t-on ?    BMCE Bank of Africa membre fondateur de l'Association bancaire Sino-Arabe    Le Maroc et le Thaïlande accordent leurs violons    Une correction boursière exagérée ?    Renault signe un premier semestre record    Nouvel ouvrage d'Amadou Ba: «L'empereur Peulh du Maaçina»    CDM 2018 : Modrić élu meilleur joueur du Mondial    Zakaria Rdif désigné gagnant de la catégorie Humour du concours Orange Talents    Convention de jumelage entre les villes d'Oujda et d'Al Qods    Tiznit, capitale de la joaillerie blanche!    «Ecrans Noirs» : La RAM transporteur officiel de l'édition 2018    Le Maroc présent au 1er Festival du cinéma international du Panama    Ould Abdel Aziz refait des siennes    Création du front national pour sauver la Samir    Italie : Les 450 migrants ont tous débarqué    Growth is returning but delays and blockages persist    Rapport de l'OCDE: Accélération de la transformation numérique de l'administration public    Confédération générale des entreprises du Maroc : Le nouveau bureau constitué    Euromoney Awards for Excellence 2018 : Attijariwafa bank doublement récompensé !    France : Lendemain de fête    Une médaille d'or et 2 de bronze pour le Maroc    Parlement : Les axes de la fin de la session    Amitié, confiance et ambition, l'alliage inaltérable de la relation entre la France et le Maroc    Festival du Raï d'Oujda: une pipinière pour les jeunes talents    Tanger Med : Saisie de plus de 1,34 MDH de marchandises de contrebande    OCDE évalue le système éducatif au Maroc    Migration : Le Pacte mondial signé en décembre à Marrakech    Chikaya.ma : Plus de 37.000 réclamations à ce jour !    Le RNI se concentre sur les priorités et ignore les escarmouches politiciennes    La RATP célèbre aussi la victoire des Bleus    Bilan satisfaisant de l'an I du Compact II    Rente sportive    Espagne : 330 migrants secourus au large des côtes andalouses    L'espace Schengen "commence à disparaître"    Tanger Med : La traque à la contrebande continue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Othmani: « Le gouvernement déterminé à aller de l'avant pour le développement des langues et des expressions culturelles nationales »
Publié dans Les ECO le 20 - 06 - 2018

Le gouvernement est déterminé à aller de l'avant pour mettre en œuvre ses engagements relatifs au développement des langues et des expressions culturelles nationales, en tant que partie intégrante des constantes fondamentales de l'identité nationale riche et diversifiée, a souligné, mardi à Rabat, le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani.
En réponse à une question centrale sur "la politique générale relative au développement des langues et des expressions culturelles nationales", présentée lors de la séance mensuelle de la Chambre des Conseillers consacrée à la politique générale, Saâd Eddine El Othmani a indiqué que la Constitution a accordé une attention particulière aux langues et aux différentes expressions culturelles nationales de l'identité nationale, forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie et la richesse de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen.
Il a également rappelé que le programme gouvernemental a accordé un intérêt particulier au développement des langues et des expressions culturelles nationales, à travers l'activation de l'Académie Mohammed VI de la langue arabe, la promotion de la langue arabe en tant que langue officielle du pays, la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe, l'adoption de la loi organique y afférente et l'accélération de sa mise en œuvre, selon une approche participative impliquant les différents acteurs en matière de promotion de la langue et la culture amazighes, outre la consolidation des acquis pour la promotion de la langue amazighe dans l'éducation et les médias, l'adoption de la loi organique relative au Conseil national des langues et de la culture marocaine et le lancement d'une politique linguistique intégrée basée sur le renforcement des langues nationales officielles arabe et amazighe.
En interaction avec les dispositions constitutionnelles, l'exécutif a élaboré deux projets de loi organiques, à savoir le projet de loi n° 26-16 définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l'Amazighe ainsi que les modalités de son intégration dans l'enseignement et dans les domaines prioritaires de la vie publique, et le projet de loi organique n° 04-16 relatif au Conseil national des langues et de la culture marocaine (CNLCM), a-t-il ajouté.
Dans ce cadre, le gouvernement a pris une série de mesures procédurales, portant notamment sur le développement des langues et de la culture marocaine, à la lumière de la stratégie adoptée dans l'enseignement des langues, a-t-il dit, notant que conformément à la Vision stratégique pour la réforme de l'éducation, de la formation (2015-2030), le plan d'action pour la période 2017-2021 dans le domaine de l'enseignement des langues met l'accent sur l'expression orale, l'enseignement de trois langues dans l'enseignement primaire (arabe, amazighe comme langues officielles, et le français comme langue d'ouverture), auxquelles s'ajoute la langue anglaise à partir de la quatrième année du primaire, à moyen terme, outre une autre langue étrangère de choix à partir de la première année du secondaire qualifiant.
Dans la perspective de la généralisation progressive de la langue amazighe, en tant que langue obligatoire dans l'enseignement primaire, selon la loi organique définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l'Amazigh dans le système éducatif, le Chef du gouvernement a souligné que des mesures portant sur l'élaboration du programme scolaire de la langue amazighe, avec ses composantes linguistique et lexicale, seront également prises, en partenariat avec l'Institut Royal de la culture amazighe (IRCAM), tout en veillant à mettre à disposition un nombre suffisant d'enseignants pour remédier au manque d'effectif dans ce domaine.
De même, le chef du gouvernement a passé en revue les réalisations enregistrées au niveau de l'enseignement de la langue amazighe dans le système éducatif national depuis le début de son intégration en 2003, jusqu'à l'année scolaire en cours, un enseignement présent dans plus de 4.200 établissements scolaires où cette langue est enseignée totalement ou partiellement au profit de plus de 500 mille élèves, encadrés par quelque 5.000 enseignants, dont 414 professeurs spécialisés, lauréats des centres régionaux des métiers de l'éducation et de la formation, outre 150 enseignants en formation et 21 inspecteurs en la matière.
Parallèlement à l'élaboration des deux projets de loi définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l'Amazighe, et celui relatif au CNLCM, une réflexion est portée sur le lancement de certaines mesures procédurales pour la mise en œuvre du caractère officiel de l'Amazigh, a-t-il noté, précisant que dans ce cadre une circulaire du Chef du gouvernement portant numéro 05/2017, sur l'enseignement de la langue amazighe dans certains instituts supérieurs a été émise, stipulant l'introduction de programmes de formation en langue amazighe, en étroite coordination avec l'IRCAM.
Il s'agit de l'Institut supérieur de l'information et de la communication, de l'Institut des métiers de l'audiovisuel et du cinéma et de l'Ecole nationale supérieure de l'administration, a-t-il poursuivi, précisant qu'il sera procédé progressivement à l'enseignement de la langue amazighe à l'Institut supérieur des arts du théâtre et d'animation culturelle, l'Institut des sciences archéologiques et du patrimoine et l'Institut supérieur de la magistrature.
Concernant le renforcement de la position des langues et de la culture marocaine dans le domaine audiovisuel, Saâd Eddine El Othmani a fait observer que durant l'élaboration des cahiers de charge relatifs à l'audiovisuel, l'accent a été mis sur la consolidation des constantes de l'identité nationale, le rayonnement de la culture et la civilisation marocaine, la protection et le renforcement des deux langues nationales officielles arabe et amazighe, ainsi que le dialecte hassani et diverses expressions culturelles et linguistiques marocaines, et ce dans le cadre de la préservation de l'unité et la complémentarité, de manière à garantir la diversité et le pluralisme et la préservation de la souveraineté, permettant ainsi l'ouverture sur les langues et cultures étrangères et favorisant la promotion de la communication et la convergence des civilisations.
De même, il a passé en revue certaines autres mesures prises pour le développement des langues et des expressions culturelles nationales, à savoir l'élargissement des catégories du Prix du Maroc du Livre pour couvrir la créativité amazighe et l'appui de la culture marocaine, dans ses divers affluents, notamment en matière du soutien de la culture amazighe et de développement de la culture hassanie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.