France : L'hypnose à la place de l'anesthésie pour une opération du cœur    SM le Roi félicite le Serviteur des deux Lieux Saints de l'Islam    Mode: Michael Kors rachète Versace    A partir de décembre, le ballon d'or se conjuguera au féminin    Dialogue social: Le CESE recommande une approche de consensus au-delà de la négociation    Conjoncture économique: aggravation du déficit commercial et budgétaire malgré la bonne dynamique sectorielle    Adhésion à la CEDEAO: Le Maroc est-il allé trop vite?    Les fondateurs d'Instagram démissionnent    Agadir africaine!    Coupes d'Afrique: Le Raja seul représentant du Maroc    Sommet de la paix Nelson Mandela: Mohammed VI rappelle l'esprit anti-séparatiste de Madiba    IRAN: La journée nationale des forces armées endeuillée…    Tanger : Première opération chirurgicale de valvulopathie mitrale et aortique    Taroudant : Une enquête sur l'incendie du poste ONEE    Les joies de la lettre inspirante    Maria Berasarte « Je suis dans une quête permanente de soi » (Interview)    Tanjazz 2018. Clap de fin ensoleillé !    BTP : Les détails du contrat programme    AWB, premier groupe bancaire africain hors Afrique du Sud    Justice constitutionnelle. La haute Cour et l'Académie du Maroc déclinent leur vision    Couverture sanitaire. Plus de 200.000 dossiers déposés pas les imams    L'ANRT ouvre la 3ème session de formation sur le protocole DNSSEC    Qui dit mieux… , Reports, encore et toujours    Championnat arabe des clubs : Match nul du WAC face à Al Ahli Tripoli (1-1)    Darija : Grand oral pour Amzazi    Casablanca : Des conducteurs de taxis transportent gracieusement des malades    Maroc-OMS : La santé mentale au menu des entretiens de M. Doukkali à New York    La lutte contre la toxicomanie s'organise à Tétouan    Engrais. OCP rachète 20% de Fertinagro Bieotech    RDC-Ebola : Déjà 100 morts !    ONU : Le Maroc défend ses positions et intensifie ses actions diplomatiques    Les 11è MEDays du 7au 10 novembre prochains à Tanger    Dialogue social : La recette du CESE    Les industriels confiants au 3e trimestre    Journée culturelle pour célébrer l'histoire en partage France-Maroc    Driss Lachguar préside la session du Conseil de l'Union arabe de la jeunesse socialiste    L'armée birmane hausse le ton contre l'ONU    L'Aquarius privé de pavillon    Lancement d'une nouvelle plateforme éducative arabophone    Operation Smile Morocco et l'OCP signent une mission humanitaire dentaire à El Jadida    Divers    L'OCK assure l'essentiel face au CRA    Concours officiel de saut d'obstacles    News    Le blogueur Mahmoud Zeidane jeté dans les geôles du Polisario    C'est parti pour la 12ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Participation marocaine au Festival international "Samae" d'inchad et de musique sacrée du Caire    Clôture à Rabat du premier atelier d'initiation au dessin de mode    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Othmani: « Le gouvernement déterminé à aller de l'avant pour le développement des langues et des expressions culturelles nationales »
Publié dans Les ECO le 20 - 06 - 2018

Le gouvernement est déterminé à aller de l'avant pour mettre en œuvre ses engagements relatifs au développement des langues et des expressions culturelles nationales, en tant que partie intégrante des constantes fondamentales de l'identité nationale riche et diversifiée, a souligné, mardi à Rabat, le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani.
En réponse à une question centrale sur "la politique générale relative au développement des langues et des expressions culturelles nationales", présentée lors de la séance mensuelle de la Chambre des Conseillers consacrée à la politique générale, Saâd Eddine El Othmani a indiqué que la Constitution a accordé une attention particulière aux langues et aux différentes expressions culturelles nationales de l'identité nationale, forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie et la richesse de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen.
Il a également rappelé que le programme gouvernemental a accordé un intérêt particulier au développement des langues et des expressions culturelles nationales, à travers l'activation de l'Académie Mohammed VI de la langue arabe, la promotion de la langue arabe en tant que langue officielle du pays, la mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe, l'adoption de la loi organique y afférente et l'accélération de sa mise en œuvre, selon une approche participative impliquant les différents acteurs en matière de promotion de la langue et la culture amazighes, outre la consolidation des acquis pour la promotion de la langue amazighe dans l'éducation et les médias, l'adoption de la loi organique relative au Conseil national des langues et de la culture marocaine et le lancement d'une politique linguistique intégrée basée sur le renforcement des langues nationales officielles arabe et amazighe.
En interaction avec les dispositions constitutionnelles, l'exécutif a élaboré deux projets de loi organiques, à savoir le projet de loi n° 26-16 définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l'Amazighe ainsi que les modalités de son intégration dans l'enseignement et dans les domaines prioritaires de la vie publique, et le projet de loi organique n° 04-16 relatif au Conseil national des langues et de la culture marocaine (CNLCM), a-t-il ajouté.
Dans ce cadre, le gouvernement a pris une série de mesures procédurales, portant notamment sur le développement des langues et de la culture marocaine, à la lumière de la stratégie adoptée dans l'enseignement des langues, a-t-il dit, notant que conformément à la Vision stratégique pour la réforme de l'éducation, de la formation (2015-2030), le plan d'action pour la période 2017-2021 dans le domaine de l'enseignement des langues met l'accent sur l'expression orale, l'enseignement de trois langues dans l'enseignement primaire (arabe, amazighe comme langues officielles, et le français comme langue d'ouverture), auxquelles s'ajoute la langue anglaise à partir de la quatrième année du primaire, à moyen terme, outre une autre langue étrangère de choix à partir de la première année du secondaire qualifiant.
Dans la perspective de la généralisation progressive de la langue amazighe, en tant que langue obligatoire dans l'enseignement primaire, selon la loi organique définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l'Amazigh dans le système éducatif, le Chef du gouvernement a souligné que des mesures portant sur l'élaboration du programme scolaire de la langue amazighe, avec ses composantes linguistique et lexicale, seront également prises, en partenariat avec l'Institut Royal de la culture amazighe (IRCAM), tout en veillant à mettre à disposition un nombre suffisant d'enseignants pour remédier au manque d'effectif dans ce domaine.
De même, le chef du gouvernement a passé en revue les réalisations enregistrées au niveau de l'enseignement de la langue amazighe dans le système éducatif national depuis le début de son intégration en 2003, jusqu'à l'année scolaire en cours, un enseignement présent dans plus de 4.200 établissements scolaires où cette langue est enseignée totalement ou partiellement au profit de plus de 500 mille élèves, encadrés par quelque 5.000 enseignants, dont 414 professeurs spécialisés, lauréats des centres régionaux des métiers de l'éducation et de la formation, outre 150 enseignants en formation et 21 inspecteurs en la matière.
Parallèlement à l'élaboration des deux projets de loi définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l'Amazighe, et celui relatif au CNLCM, une réflexion est portée sur le lancement de certaines mesures procédurales pour la mise en œuvre du caractère officiel de l'Amazigh, a-t-il noté, précisant que dans ce cadre une circulaire du Chef du gouvernement portant numéro 05/2017, sur l'enseignement de la langue amazighe dans certains instituts supérieurs a été émise, stipulant l'introduction de programmes de formation en langue amazighe, en étroite coordination avec l'IRCAM.
Il s'agit de l'Institut supérieur de l'information et de la communication, de l'Institut des métiers de l'audiovisuel et du cinéma et de l'Ecole nationale supérieure de l'administration, a-t-il poursuivi, précisant qu'il sera procédé progressivement à l'enseignement de la langue amazighe à l'Institut supérieur des arts du théâtre et d'animation culturelle, l'Institut des sciences archéologiques et du patrimoine et l'Institut supérieur de la magistrature.
Concernant le renforcement de la position des langues et de la culture marocaine dans le domaine audiovisuel, Saâd Eddine El Othmani a fait observer que durant l'élaboration des cahiers de charge relatifs à l'audiovisuel, l'accent a été mis sur la consolidation des constantes de l'identité nationale, le rayonnement de la culture et la civilisation marocaine, la protection et le renforcement des deux langues nationales officielles arabe et amazighe, ainsi que le dialecte hassani et diverses expressions culturelles et linguistiques marocaines, et ce dans le cadre de la préservation de l'unité et la complémentarité, de manière à garantir la diversité et le pluralisme et la préservation de la souveraineté, permettant ainsi l'ouverture sur les langues et cultures étrangères et favorisant la promotion de la communication et la convergence des civilisations.
De même, il a passé en revue certaines autres mesures prises pour le développement des langues et des expressions culturelles nationales, à savoir l'élargissement des catégories du Prix du Maroc du Livre pour couvrir la créativité amazighe et l'appui de la culture marocaine, dans ses divers affluents, notamment en matière du soutien de la culture amazighe et de développement de la culture hassanie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.