Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'AMPL dément la grève...et recadre le débat
Publié dans Les ECO le 23 - 07 - 2018

L'Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL) recadre le débat sur les revendications des pilotes de ligne de la RAM et rejette catégoriquement les propos selon lesquels une grève a été entamée par les pilotes de ligne.
«Nous travaillons au-delà de nos capacités et au-delà des heures autorisées par les réglementations aussi bien nationales qu'internationales», s'indignent des membres de l'AMPL lors d'un point-presse, ce lundi 23 juillet au siège de l'association. Il a été question d'éclaircir, outre le malentendu lié à la grève des pilotes de ligne de la RAM, des questions en rapport avec les revendications réels de ces derniers. Après avoir démenti la grève dont «il n'en est rien», le président de l'AMPL, Amine Mkinsi, n'est pas allé par quatre chemins pour décliner ce qui fait depuis longtemps défaut. Mkinsi n'a dans un premier lieu pas tardé à souligner que la source du problème entre la RAM et ses pilotes de ligne est le sous-effectif. «L'élément nodal actuellement, c'est le sous-effectif dû non seulement à la fermeture de l'Ecole nationale des pilotes de ligne (ENPL) depuis l'an 2000, mais à l'échec du transfert de l'ENPL à partir de la RAM vers l'Office nationale des aéroports (ONDA)» et ce, dans le cadre de la restructuration de 2011». Depuis 2011, les frais de formation, quoique très élevés, sont à la seule charge des élèves ; sachant bien qu'«il n'y a pas de garantie d'embauche mais une priorité qui équivaut à une semi-garantie d'embauche». L'AMPL aspire donc à ce que la formule adoptée pour la nouvelle école engage un paiement tripartite proportionnel où contribueront l'étudiant, la RAM et l'Etat. Ainsi l'ENPL pourra recevoir - comme au bon vieux temps - une soixantaine d'élèves annuellement, offrant au marché de l'aérien entre 160 et 180 pilotes après trois années d'études. Pour favoriser ce volet de la formation, l'AMPL appelle à ce que les frais de scolarité soit pris en charge de manière tripartite de sorte à y impliquer aussi bien les étudiants que la RAM et naturellement l'Etat. Pour Mkinsi, cette démarche est indispensable vu l'avenir du secteur aérien au Maroc. «Le secteur aérien est en pleine évolution. Il y a des commandes d'avions, des ouvertures de lignes, des expansions de compagnies ; on est en train de surfer sur une vague qui est très intéressante sur les dix années à venir». Et d'ajouter : «On ne doit pas rater ce rendez-vous».
Revalorisation salariale...cela fait déjà 14 ans
L'AMPL tient à ce que soit opérée une revalorisation salariale. «On y tient parce que cela fait plus d'une décennie que nous n'avons pas été augmentés», avance le président des pilotes de ligne . Dans cette trame, ce dernier relève que si, en effet, les salaires des pilotes de ligne de la RAM ont augmenté, c'est que «la productivité a explosé». «En 2011, la compagnie était au bord du gouffre et il y avait un effort des pilotes dans le contexte de la restructuration. Un effort chiffré aux alentours de 200 MDH. C'est-à-dire qu'on a accepté que les nouveaux élèves-pilotes paient une partie de leur formation, que les anciens ont cédé une partie de leurs congés, sans parler d'aménagements en termes de repas et de facilités...». Est soulevée alors la problématique du contrat-programme où l'Etat demandait à ce que soient assurées 64 heures de vols bruts/mois. «Nous avons porté ce chiffre à 74 heures en moyenne absolue sur tous les pilotes», précise le président. Une situation qui a poussé les pilotes de ligne à être au taquet. Sans évoquer l'aspect pécuniaire, les pilotes de ligne n'arrivent pas à comprendre le refus d'amélioration de leurs conditions de travail qui résident dans «l'aménagement des programmes et des journées Off, tout en maintenant la cadence de la productivité» suscitée. Les membres de l'AMPL font savoir que les salaires des pilotes n'ont pas été révisé depuis maintenant quatorze (14) ans.
Des pilotes étrangers en CDD...pour combler le sous-effectif
«C'est grâce à la coopération des pilotes qu'on a pu masquer le sous-effectif chronique qui existe. En respectant le programme des vols, le sous-effectif est mis à nu», avance un pilote en ligne et membre de l'AMPL. Le sous-effectif dont souffrent les pilotes de ligne est aussi explicable par l'incapacité de la RAM à affréter les 15 avions qu'elle se permettait en 2017 ; passant ainsi à 5 avions seulement en 2018. Une preuve tangible de ce sous-effectif, expliquent les pilotes de ligne. Pour pallier ce problème, la RAM – qui estime que la formation des pilotes relève de l'Etat – a procédé en 2017 au recrutement en CDD de 26 pilotes étrangers seulement, alors que la compagnie nationale prévoyait le recrutement de 86 pilotes ! Encore une fois, et selon les intervenants, le marché ne permettait pas d'accueillir un tel nombre.
Un dialogue social stérile
L'AMPL déplore la non-tenue des quatre sessions du dialogue social qui devait démarrer en septembre 2017, après avoir été reporté à maintes reprises avant ladite date ! «Les quatre réunions programmées en septembre n'ont pas eu lieu», se désole Mkinsi. Les tergiversations ont suscité le recours aux protestations après l'Assemblée générale de l'AMPL, suite à laquelle «il a été décrété qu'il fallait penser à des actions de protestations». De janvier à juin, les actions de protestations ont été mis entre parenthèses et nous n'avons mené aucune protestation», assure le numéro un de l'AMPL.
Une réunion entre l'AMPL et la RAM devait se tenir, cet après-midi, afin de trouver une solution à ce qui pourrait rendre la situation plus délicate pour la compagnie aérienne ; sans que pour autant provoquer une grève. Ce qui n'a pas été opéré jusqu'à présent, «et ne le sera pas dans l'avenir», a assuré le président de l'AMPL.
L'AMPL formule également la requête de mettre en exergue son statut d'association professionnelle - et non de syndicat – en se positionnant à l'étranger pour ramener son expertise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.