Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dirigeants d'entreprises marocaines entrevoient les perspectives économiques avec optimisme
Publié dans Les ECO le 29 - 10 - 2018

Même si les plus récents indicateurs démontrent un ralentissement économique au Maroc par rapport à l'année dernière, les dirigeants d'entreprise marocains demeurent optimistes quant aux perspectives d'avenir. C'est ce que révèlent les résultats de la dernière enquête réalisée par le cabinet d'intelligence économique Oxford Business Group (OBG). Selon le Business Barometer : Sondage auprès des P-DG du Maroc, près des trois-quarts déclarent avoir des attentes positives ou très positives quant aux conditions du marché local au cours des 12 prochains mois.
Plus de 3 P-DG sur 4 prévoient de faire un investissement important
La perception positive des chefs d'entreprise est corroborée par le nombre important d'entre eux qui indique une forte probabilité de faire des investissements dans le futur : 77% d'entre eux déclarent qu'il est probable ou très probable que leur société réalise un investissement important dans les 12 prochains mois.
Pour le directeur Editorial pour l'Afrique du Nord, Jaime Pérez-Seoane De Zunzunegui, le Maroc a d'importants défis à relever même si le portrait global semble assez stable. La Banque centrale s'attend à ce que le pays termine l'année 2018 avec une croissance de 3,5%, un chiffre considérable malgré un taux de 4,1% enregistré en 2017.
«Afin de consolider sa position en tant que puissance régionale, le Maroc pourrait améliorer son environnement fiscal. Avec un impôt sur le revenu des particuliers plafonné à 38% et un impôt maximal sur les sociétés de 31%, auquel s'ajoute un système fiscal local et national relativement complexe, le Maroc se classe au 109e rang des 137 pays du Global Competitiveness du Forum économique mondial, Index 2017-18, dans la catégorie relative à la compétitivité du taux d'imposition», mentionne-t-il.
À ce sujet, le sondage révèle que 55% des répondants estiment que l'environnement fiscal actuel (des entreprises et des particuliers) au Maroc est peu concurrentiel ou très peu concurrentiel à l'échelle mondiale. De plus, l'accès au financement reste difficile, notamment pour certaines entreprises. Si 40% des chefs d'entreprise jugent l'accès au financement comme étant facile ou très facile, 38% le trouvent difficile ou très difficile.
«Nous avons néanmoins constaté que de plus en plus d'efforts sont déployés pour faciliter l'accès au financement par des voies non traditionnelles. Par exemple, le pays est en train d'approuver un projet de loi définissant les règles du financement participatif pour les investisseurs et les entreprises, ce qui devrait fournir une nouvelle source de financement aux entrepreneurs, aux entreprises en démarrage et aux petites entreprises dont bon nombre lutte pour accéder aux méthodes de financement traditionnelles», ajoute Jaime Pérez-Seoane De Zunzunegui.
La production automobile pour consolider l'industrie
Malgré certains obstacles rencontrés par les entreprises locales, les dirigeants d'entreprise interrogés par OBG sont optimistes quant à la dynamique industrielle du pays. Ils sont 55% à désigner le secteur automobile comme étant le secteur le plus susceptible d'accélérer le développement industriel à court et moyen termes au Maroc. Selon les médias internationaux, le Maroc a dépassé l'Afrique du Sud en tant que leader continental pour la production de véhicules en 2017. L'aéronautique, le l'industrie pharmaceutique, les phosphates, le textile, le ciment et l'acier sont, par ordre d'importance, les autres secteurs prometteurs selon les répondants.
Enfin, l'absence de leadership est un troisième défi qui mérite d'être mentionné. Parmi les sondés du Business Barometer d'OBG au Maroc, 47% ont identifié le leadership comme étant la compétence la plus recherchée lors d'une embauche. «L'un des éléments qui revient de manière sempiternelle lors de mes rencontres avec les dirigeants au Maroc est la nécessité d'améliorer l'apprentissage des «soft skills» telles que la capacité à prendre des décisions, la maîtrise des langues, l'autonomie ou la ponctualité. Les compétences techniques ne manquent pas au Maroc, ce sont plutôt des aspects comportementaux qui peuvent faire défaut», précise Pérez-Seoane De Zunzunegui.
Les prévisions pour 2019 laissent entrevoir une croissance inférieure à celle de 2018, ce qui semble raisonnable, compte tenu de la performance récente du pays. Toutefois, la dynamique des secteurs porteurs tels que l'automobile, l'aéronautique, le tourisme ou l'agriculture devrait se poursuivre, tout comme le maintien de l'amélioration de la conjoncture des partenaires économiques majeurs du Maroc, et notamment de l'Union européenne. La confiance des chefs d'entreprise marocains demeure au rendez-vous les pistes d'améliorations du climat des affaires sont connues, ce qui constitue une première étape importante à court terme.
L'analyse complète des résultats de l'enquête par Jaime Pérez-Seoane De Zunzunegui est disponible sur le blog des éditeurs d'OBG intitulé «Next Frontier». Les quatre directeurs éditoriaux régionaux d'OBG utilisent la plateforme pour partager les résultats de leurs recherches et de leurs analyses au sujet des plus récents développements intervenant dans les secteurs des 30+ marchés à forte croissance couverts par l'entreprise.
Le Business Barometer : Sondage auprès des P-DG du Maroc figure dans le vaste portefeuille d'outils de recherche du groupe. Les résultats complets de l'enquête sur le Maroc sont disponibles en ligne et sur papier. Des études similaires sont également en cours dans les autres marchés où OBG est présent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.