Le Maroc et la Mauritanie veulent renforcer leur partenariat    Le ministre palestinien des Affaires étrangères salue l'appui constant du Monarque à la question palestinienne    Affaire Leila S : Me Zahrach va porter plainte contre les avocats de l'accusation pour injures publiques    Annulations de festivités et d'événements en cascade à Marrakech    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Une nouvelle condamnation dans l'affaire « Hamza mon Bb »    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Janvier noir pour le marché automobile européen    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Le Sahara, toile de fond des entretiens entre Ould Errachid et des responsables chiliens et panaméens    Omar Balafrej : «Non, je ne suis pas athée»    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    Le tennis de table casablancais à l'honneur    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    Salfaous Band dévoile «Gher Nta»    Marrakech s'électrise !    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Le Sahara, future pierre angulaire de la coopération Sud-Sud    Secteurs régulés : qui s'occupe de la concurrence ?    Le paiement en ligne reste modeste malgré sa progression    Le président français annonce des mesures contre le «séparatisme islamiste», et la fin des imams détachés    Coronavirus: Des passagers du paquebot débarquent au Japon, plus de 2.000 morts en Chine    Haro sur Bloomberg: Le milliardaire attendu au tournant pour son premier débat démocrate    Jeff Bezos crée un fonds « pour la Terre » doté de 10 milliards de dollars    ENYAQ: le prochain SUV 100% électrique de Skoda    Véhicules électriques: Volkswagen et E.ON développent la charge ultrarapide    15 longs métrages, dont Adam, en lice    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    Foot : La Bundesliga dépasse les 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires    La Commission européenne salue les efforts du Maroc en matière de réformes fiscales    Le Chili porte un coup dur aux séparatistes    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Divers Economie    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    La question du jour : Mattéo Guendouzi peut-il être sélectionné en équipe nationale ?    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mutisme du gouvernement... Les médecins en deuil le 28 novembre
Publié dans Les ECO le 05 - 11 - 2018

Rien ne s'arrange dans le secteur de la Santé publique au Maroc. La colère des médecins ne fait que grandir face au silence continu du gouvernement, et d'autres formes de protestations seront bientôt envisageables par le Syndicat indépendant des médecins du secteur public (SISMP) dans le but de "provoquer" une réaction.
La bataille qui perdure depuis un an et demi, alliant grèves nationales, demande de démissions collectives, et quelques réunions avec le ministère de la Santé n'a pas porté ses fruits. Selon le secrétaire général du Syndicat indépendant des médecins de secteur public, "le résultat a beaucoup tardé parce que le gouvernement ne communique pas sur sa position. Nous nous sommes mis d'accord sur les points à améliorer en urgence, mais les parties prenantes de cette problématique n'agissent pas."
Ces parties prenantes impliquent notamment le ministère de la Santé, le ministère de l'Economie et des finances, mais principalement le chef de gouvernement à qui reviendra le mot de la fin pour une amélioration rapide et efficace.
"Le gouvernement rechigne à prendre les mesures nécessaires même quand le ministère de tutelle a admis la légitimité de nos revendications. Personne ne s'engage à trouver des solutions applicables au plus vite, chaque côté en responsabilise un autre, et le secteur subit les conséquences de cet atermoiement", déclare le secrétaire général du SIMSP.
De nouvelles dates de grève ont été annoncées le 4 novembre, dans un communiqué émis par la SIMSP. Une grève de 24 heures sera donc entamée le lundi 19 novembre, et une autre de 48 heures du 22 au 23 novembre. Selon ledit communiqué, les services d'urgence ne seront pas concernés. D'éventuelles listes de demande de démissions seront remises au ministère de la Santé également, et les médecins s'habilleront tous en noir le 28 novembre, pour transmettre leur désespoir.
"Notre fierté en dépend !" Les médecins du secteur public "refusent de jouer l'intermédiaire entre le citoyen et le secteur privé". L'absence du matériel nécessaire pour les examens, ou les soins, bloquent l'avancement du processus du traitement et "le patient lie ce retard à l'incompétence des médecins publics".
"Nous sommes plusieurs médecins du secteur public opérant dans différentes régions à avoir décidé de déposer une démission collective. C'est à mon sens la preuve infaillible que nous sommes en particulier affectés par ce dysfonctionnement tout autant que les citoyens", explique Dr. Alaoui Almontadar dans une déclaration faite aux ECO.ma, en réponse à tous ceux qui s'attaquent aux médecins pour remettre en question les vraies raisons de leur lutte.
Le ministère de la Santé lance un concours pour 133 postes. Un pas qui est loin de régler le problème de grande pénurie des ressources humaines que connaît le secteur public depuis 2014. Un manque qui risque d'être à son comble si les médecins continuent de déposer leurs démissions. "Il n'y a pas d'abandon de poste. Mais travailler, devient synonyme de torture morale pour tous les médecins qui luttent de façon permanente sans résultat", déplore le secrétaire du SIMSP
Le boycott de la campagne de santé scolaire, et de toutes les activités administratives non-médicales sera également envisagé par les médecins. D'une autre part, une étude de terrain sera publiée pour mettre l'accent sur les causes de l'immigration massive des professionnels de la santé afin de démontrer les difficultés que rencontrent ces derniers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.