Amical : Pas de Messi à Tanger    Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Cour des comptes pointe l'inefficacité de la hausse budgétaire de l'éducation
Publié dans Les ECO le 12 - 12 - 2018

La Cour des comptes vient de rendre public un rapport portant sur l'évaluation du programme d'urgence du ministère de l'éducation nationale. Les magistrats financiers ont procédé à l'appréciation du processus d'élaboration du programme d'urgence (P.U), l'analyse de la planification et de la programmation, l'examen de la gestion des moyens mobilisés pour sa mise en œuvre, le système de suivi et de pilotage ainsi que l'évaluation des réalisations par rapport aux objectifs attendus.
S'agissant des ressources financières mobilisées en faveur du P.U, le calcul du coût réel du P.U demeure estimatif. Il a été appréhendé à partir des crédits de paiement ouverts par les lois de finances et les budgets des AREFs, pour les années 2009 – 2012, totalisant une enveloppe globale, hors masse salariale, de 43,12 milliards de DH sur laquelle les engagements ont été de 35,05 milliards de DH et les paiements effectifs n'ont été que de 25,15 milliards de DH, soit un taux de paiement de 58%, largement inférieur au taux d'exécution des budgets sectoriels constatés au niveau du Budget Général de l'Etat durant la même période. Le volume des crédits, qui traduit l'effort budgétaire consenti par l'Etat en faveur du secteur de l'éducation durant la période du P.U, a enregistré une augmentation de 230% par rapport aux crédits ouverts au cours des quatre années précédentes. Toutefois, les faibles performances, au niveau de l'engagement et du paiement, sont dues, en grande partie, à des capacités de gestion insuffisantes au cours du cycle de la conception, de la programmation et de la mise en œuvre des projets ainsi qu'au niveau de la gestion financière et comptable.
Concernant les progrès réalisés en matière de généralisation de la scolarité et d'amélioration de ses conditions, le système éducatif a connu, sur le plan quantitatif, une progression significative. Les effectifs des élèves sont passés de 5.666.429 en 2009 à 6.039.641 en 2017, pendant que le nombre des établissements scolaires a augmenté de 9.397 à 10.756. Toutefois, le système éducatif souffre de plusieurs dysfonctionnements liés, notamment, à : - L'insuffisance de la capacité d'accueil dans la mesure où les réalisations relatives à l'extension de l'offre scolaire demeurent insuffisantes. Ainsi, sur un objectif de 1164 établissements scolaires prévus par le PU, les réalisations n'ont été que de 286 établissements, soit 24,6%. Quant à l'objectif de l'extension des établissements existants prévu pour 7052 nouvelles salles, les réalisations n'ont pas dépassé 4062 salles, soit 57,6%.
Néanmoins, concernant les progrès réalisés en matière de généralisation de la scolarité et d'amélioration de ses conditions, la Cour considère que le système éducatif a connu, sur le plan quantitatif, une progression significative. Les effectifs des élèves sont passés de 5.666.429 en 2009 à 6.039.641 en 2017, pendant que le nombre des établissements scolaires a augmenté de 9.397 à 10.756. Toutefois, le système éducatif souffre de plusieurs dysfonctionnements liés, notamment, à : - L'insuffisance de la capacité d'accueil dans la mesure où les réalisations relatives à l'extension de l'offre scolaire demeurent insuffisantes. Ainsi, sur un objectif de 1164 établissements scolaires prévus par le PU, les réalisations n'ont été que de 286 établissements, soit 24,6%. Quant à l'objectif de l'extension des établissements existants prévu pour 7052 nouvelles salles, les réalisations n'ont pas dépassé 4062 salles, soit 57,6%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.