Hajj 2021: nouvelle annonce du ministère des Habous    Équipe nationale : On tire la sonnette d'alarme !    Wydad: Benzarti exclut un joueur des entraînements    Euro 2021: la Belgique écrase la Russie (VIDEO)    Variant indien au Royaume-Uni: Boris Johnson avertit    Euro 2020 : Danemark-Finlande interrompu provisoirement suite au grave malaise du Danois Christian Eriksen    Le grand pèlerinage à la Mecque en format réduit, les Marocains dépités    Hajj 2021: les précisions du ministère des Habous et des Affaires islamiques    La Bourse de Casablanca en hausse    L'Istiqlal réaffirme la nécessaire récupération de Sebta et Melilia    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Algérie : la remueuse Kabylie dénonce une parodie d'élections et un régime réduit à la dernière extrémité    La date de l'Aïd Al Adha 2021 au Maroc    Le quartier Cheikh Jarrah, centre de gravité du conflit israélo-palestinien    La CSMD fait escale à Aït Bouguemez, le désenclavement des zones rurales au centre des débats    Algérie : les législatives anticipées servent à blanchir le régime (collectif)    Résolution européenne: les pays du Golfe solidaire avec le Maroc    Le Maroc peut produire des composants de la voiture électrique    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Transfert de Hakimi : Le PSG s'apprêterait à améliorer son offre    Euro 2021 : Programme et chaînes    Wikipedia en version Darija est désormais disponible    Tan-Tan : un multirécidiviste se suicide en garde à vue, une enquête ouverte    Covid-19 au Maroc : 455 nouveaux cas et 5 décès enregistrés en 24 heures    Le travail des enfants concerne 1,3% des ménages    Don de sang: le beau geste des ultras du Raja et du Wydad    Conférence de Berlin II: Bourita s'entretient avec l'envoyé spécial du SG de l'ONU pour la Libye    OCP : Succès d'une émission obligataire de 1,5 Milliard de Dollars à l'international    Roland-Garros: Djokovic fait tomber Nadal et file en finale (VIDEO)    Protection contre les catastrophes naturelles: un chèque de 100 millions de $ de la banque mondiale au Maroc    Entrée au Maroc: les voyageurs en provenance de la liste A ne sont plus obligés de passer le PCR    Covid-19: Les vaccins chinois par pulvérisation nasale en phase d'essais cliniques    Résolution européenne sur les migrants mineurs : réunion urgente du Parlement arabe le 26 juin    Rabat restera un indéfectible soutien de Tripoli, déclare Nasser Bourita    Royal air Maroc : les détails des vols pour cet été    Covid-19: Lancement du premier kit de test à domicile en Inde    Météo: le temps qu'il fera ce samedi 12 juin au Maroc    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Evolution du coronavirus au Maroc : 400 nouveaux cas, 523.165 au total, vendredi 11 juin 2021 à 16 heures    Crise migratoire Maroc/Espagne: réunion d'urgence du parlement arabe    La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    Victor Hugo, ses funérailles, ses dessins    Le goût de la vie orientale    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Eau potable : De l'eau dessalée pour Agadir et Casablanca
Publié dans Les ECO le 28 - 12 - 2018

Après la réalisation de plusieurs unités dans les provinces du sud, c'est dans le Grand Agadir que le premier projet d'envergure sera réalisé à hauteur de 3,8 MMDH pour l'approvisionnement de la région en eau potable dessalée. Casablanca-Settat envisage aussi le recours à cette technique.
Conscient de la nécessité de sécuriser l'approvisionnement en eau potable, le Maroc a recouru au dessalement de l'eau de mer pour trouver une alternative aux ressources en eau conventionnelle. À l'évidence, le recours à cette technique malgré son coût élevé a été essentiellement exigé par la problématique du déficit hydrique mais aussi par la pénurie d'eau qui caractérise certaines régions littorales avec leur transition démographique. Et après la réalisation de plusieurs unités, essentiellement dans les provinces du sud, c'est le Grand Agadir où le premier projet d'envergure basé sur le partenariat public privé sera réalisé pour l'approvisionnement en eau potable dessalée de cette région. D'un montant d'investissement de l'ordre de 3,8 MMDH, l'unité mutualisée de dessalement de l'eau de mer est destinée à l'approvisionnement en eau potable du Grand Agadir en eau potable mais aussi à l'irrigation agricole. La première composante mobilisera 1,8 MMDH alors que la seconde nécessitera 1,9 MMDH. C'est dans la localité de Douira relevant de la commune rurale d'Inchaden que le projet a été lancé sur 20 hectares par le ministère de l'Agriculture et l'ONEE avec leur partenaire, le groupe espagnol Abengao avec ses deux filiales : Aman El Baraka pour l'eau d'irrigation et la Société d'eau dessalée d'Agadir (SEDA) pour l'eau potable. Deux sous-traitants se chargent sur le site, déjà assaini, de la réalisation des travaux de terrassement généraux pour le compte d'Abdengao, concessionnaire et délégataire de l'unité de dessalement de l'eau de mer pour une durée de 30 années. Il s'agit en l'occurrence de la Société de travaux agricoles marocains (STAM) et de la société des grands travaux routiers (GTR). La première entreprise s'occupe de la réalisation de la conduite d'amenée d'eau salée et de l'ouvrage de rejet de saumure. Quant à la seconde société, elle effectue, pour sa part, les travaux de la station de traitement proprement dit où l'eau sera pré-traitée avant d'être traitée. Dans le détail, l'unité mutualisée sera séparée en deux, une partie pour l'eau potable et une partie pour l'eau d'irrigation qui seront alimentées par des énergies renouvelables. C'est pourquoi après la mise en service de la station prévue en 2020, deux sorties d'eau dessalée seront réalisées, l'une pour l'irrigation dans le cadre du contrat de concession entre le ministère de l'Agriculture et la société Aman El Baraka et la convention de gestion déléguée entre l'ORMVA-SM avec la même société alors que l'autre sortie sera destinée à l'eau potable. Celle-ci sera gérée dans le cadre de la convention de gestion déléguée d'eau potable entre l'ONEE-branche eau et la SEDA, son concessionnaire privé. La station de dessalement utilisera la technologie d'osmose inverse alors que la capacité de production initiale est de 275.000 m3/j à raison d'un débit 150.000 m3/j pour satisfaire les besoins en eau potable et d'un débit 125.000 m3/j pour satisfaire les besoins en eau d'irrigation. S'agissant de l'ouvrage, il est construit avec des installations pour une capacité de 400.000 m3/j, équipé pour délivrer une capacité de 275.000 m3/j. Il va sans dire que concernant la rémunération des partenaires privés, Aman El Baraka sera rémunéré par une redevance d'irrigation recouvrée auprès des agriculteurs sur la base des quantités d'eau qu'ils consomment à un tarif fixé par l'Etat valant 5 DH/HT et 5,4 DH TTC/M3. Ce tarif est indexé sur l'évolution du niveau général des prix dans le pays. Quant à la société SEDA, elle sera rémunérée pour sa part par une redevance d'eau potable recouvrée auprès de l'ONEE à la sortie de l'unité de dessalement. À l'instar du Grand Agadir, la région de Casablanca-Settat envisage également le recours au dessalement de l'eau de mer puisque les deux principaux bassins hydrauliques, notamment Oum Er Rbia et Bouregreg-Chaouia n'arrivent plus à sécuriser l'approvisionnement en eau potable et en eau d'irrigation de cette région. C'est la raison pour laquelle un appel d'offre relatif à la réalisation d'une étude de mise en place d'un projet de dessalement de l'eau de mer dans la région Casablanca-Settat a été lancé. C'est cette étude qui devrait déterminer les zones alimentées ainsi que la capacité de production de la station de dessalement. La réalisation de cette unité sera axée sur un partenariat public-privé (PPP) alors que le mode de gestion y compris les contrats et concessions PPP mis en œuvre suivront la forme d'un BOT (Build Operate and Transfer) ou BOOT (Build, Own, Operate and Transfer) entre l'Etat marocain et le sponsor via une société de projet (SPV). Le recours au dessalement de l'eau de mer à Casablanca est en droite ligne avec la stratégie nationale inscrite dans les Plans directeurs d'aménagement intégré des ressources en eau (PDAIRE).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.