«La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Fondation Attijariwafa bank: Intelligence Artificielle, les algorithmes ont-ils toujours raison ?    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Les Etats-Unis suspendus à la publication du rapport final de l'enquête russe    En Libye, les combats font rage aussi sur les réseaux sociaux    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Couverture santé Universelle: Un défi que le Maroc relèvera    L'allaitement maternel, «un premier pas pour la prévention de l'obésité»    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    Notre-Dame : Cinq choses à savoir sur la numérisation des monuments    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    SIAM2019. Le GCAM et l'AFD actent une ligne de crédit axée sur l'agriculture durable    SIAM 2019, une édition bilan de 10 années de révolution agricole    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    L'identité plurielle assumée    SIAM 2019, opportunité en or pour la coopération agricole intra-Afrique    Dur des portugaises!    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    Ambiances Soul et Disco-Funk à la 14e édition de Jazzablanca    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Rude épreuve soussie pour le Wydad    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Le Pays basque, locomotive industrielle d'une Espagne fragile    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Ligue des champions. Eliminée, la Juventus Turin chute de plus de 20% en Bourse    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Des scientifiques implantent à des singes un gène du cerveau humain    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Séisme politico- économique
Publié dans Les ECO le 22 - 03 - 2019

Le jugement prononcé par le tribunal de Fès à l'encontre du président de la région de l'Oriental et du maire d'Oujda a fait l'effet d'une bombe. Le Maroc n'étant pas habitué à ce genre de verdicts, les poursuites judiciaires précitées n'ont même pas été suivies par les médias, croyant que l'issue de l'affaire était connue d'avance. Maintenant que le juge a rendu son verdict public, l'on peut nommer les concernés, à savoir le puissant homme d'affaire affilié au PAM, Abdenbi Bioui, et l'influent politicien du Parti de l'Istiqlal, Omar Hjira. Poursuivis pour détournements de fonds par la Cour des crimes financiers, ils ont les deux été condamnés à de la prison ferme. Ils ont droit au recours en appel, l'affaire n'est donc pas close.
Par ailleurs, ce jugement doit être perçu comme un message clair à destination de deux communautés, celles des affaires et de la politique. Et c'est aussi l'un des signaux les plus important quant à l'application du principe de reddition des comptes. Un exercice dans lequel le Maroc est toujours novice, mais celui-ci gagnerait à le faire étape par étape. Mais au delà du prononcé de jugement, c'est la portée du message qui est à disséquer. Car d'aucuns -des deux bords, le business et la politique- ont tendance à oublier les prérequis d'un Etat de droit. Je ne citerai point d'exemple car ce n'est pas l'objectif, mais je ne peux dissimuler mon enthousiasme quant à l'audace du juge. Oui, il faut de l'audace même dans l'application de la loi. Ce jugement, aux allures de séisme politico-économique, va secouer le microcosme économique et surtout les sphères politiques. Il est temps de conférer aux deniers publics un caractère sacré, comme en Chine où la peine peut aller jusqu'à la condamnation à mort. Car il en va du sort de dizaines de millions de Marocains qui voient la richesse du pays dilapidée par certains alors que la pauvreté les entoure, et la misère les guette.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.