Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire CGI/CDG. Un nouveau tournant
Publié dans Les ECO le 03 - 05 - 2019

Lors de la séance du mardi 30 avril, qui a duré plus de 3 heures, le juge principal a terminé les séances d'audition des témoins du procès de Madinat Badis d'Al Hoceïma et fixé la date des plaidoiries, des délibérations et d'annonce du jugement au mardi 25 juin.
L'affaire CGI/CDG de Madinat Badis d'Al Hoceïma vient de prendre un nouveau tournant. Lors de la dernière séance, qui s'est déroulée mardi dernier a la Cour d'appel de Fès, en présence de l'ex-DG de la CDG Anas Houir Alami, de l'ex-DG de la CGI Mohamed Ali Ghannam, et de 25 autres accusés, les deux témoins ont désigné l'ONEP comme origine de la plupart des problèmes ayant abouti aux réclamations qui ont fait éclater l'affaire. Considéré comme le témoin clé dans le procès, Abdellah Fikri, ingénieur et vice-directeur du bureau d'études LPEE à Casablanca, a expliqué au juge que «certaines installations du projet de Madinat Badis d'Al Hoceïma n'ont pas respecté les closes des cahiers des charges, à l'instar des installations sanitaires et des normes d'aération des salles. Néanmoins, on ne peut pas nier que c'est la forte pression d'eau conduite par les installations de l'ONEP qui a provoqué la détérioration des canaux de distribution d'eau des bâtiments, de la céramique, de la peinture et des équipements des salles de bain». Mise en contexte. Ce n'est qu'après constatation du retard accusé dans la réalisation du projet et du non-branchement des appartements à l'eau potable par l'ONEP que le wali de l'époque avait décidé, en concertation avec les responsables de la CGI et le délégué de la société Al Omrane, la construction de deux châteaux d'eau pour assurer temporairement l'accès en eau potable des appartements. Ceux-ci n'ayant pas été mis en place, la forte pression a provoqué l'explosion des conduites d'eau et, de facto, d'importants dommages aux équipements des bâtiments. Idem pour le deuxième témoin, technicien au service après-vente du projet de la CGI de Madinat Badis d'Al Hoceïma. Selon lui, «c'est la forte pression provoquée par le circuit de l'ONEP qui a endommagé les installations internes des bâtiments ».
Après ces déclarations, qui marquent un tournant important dans l'affaire, les avocats de la défense ont demandé au juge de lever la séance et, ainsi, de leur permettre de se préparer aux plaidoiries. Il faut noter que les responsables de la CDG ont essayé de dégager leur responsabilité de cette affaire.
En effet, la défense de la CDG présume qu'ils n'ont aucune relation avec le projet Madinat Badis d'Al Hoceïma, puisque les bureaux d'études, les laboratoires et les sociétés de construction ont été choisis par la CGI et non la CDG. Notons que ces bureaux d'études et laboratoires sont tous gérés par l'Etat. De plus, les avocats de la défense ont même essayé de ne pas faire prendre en compte le rapport établi par l'Inspection générale des finances (IGF) dans cette affaire. D'après eux, «ce dernier n'a pas un caractère légal puisqu'il n'est pas autorisé par la loi à contrôler la CDG et ses filiales».
En effet, dans la Loi n° 69-00 relative au contrôle financier de I‘Etat sur les entreprises publiques et autres organismes, article 23, sont exclues la CDG, ses filiales et Bank Al-Maghrib du contrôle de l'IGF. Celui concerne normalement les établissements publics, les sociétés d'Etat, les filiales publiques et les entreprises concessionnaires. Il faut rappeler que cette affaire a débuté en août 2014, lorsque le roi a reçu plusieurs requêtes de MRE de Belgique et des Pays-Bas qui se plaignaient de différences notables entre les promesses du projet immobilier Madinat Badis, à l'Est d'Al Hoceima, et ce qui leur a été livré. Depuis, une affaire de «dilapidation de biens publics et escroquerie, faux et usage de faux, constitution de bande criminelle » a été ouverte. Prévu sur 50 hectares, le projet devait être réalisé par la Compagnie générale immobilière (CGI), bras immobilier de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.