La lune et le doigt    Casablanca/transport par bus: Faut-il revenir à la gestion directe?    Managem renforce son engagement RSE    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    Ecole publique: Sortir de l'idéologie de l'échec    Enfin un lycée français international à Oujda    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Qui va remporter la CAN ?    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Communiqué du Bureau politique du PPS    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    La syphilis regagne du terrain    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les schémas de guerre
Publié dans Les ECO le 18 - 06 - 2019

Un baril à 100 dollars, c'est possible dans les prochaines semaines, contre à peine 60 dollars prévus par notre loi de Finances. Que faire alors face aux nouvelles donnes de la géostratégie ? Donald Trump menace matin et soir l'Iran d'une guerre pour défendre ses protégés du Golfe arabe, ce qui fait surchauffer les prix et les a déjà fait grimper de 10 à 15 dollars par baril sur les six derniers mois. Cette courbe ascendante des cours sur le marché du Brent persiste en dépit d'une pression américaine sur les principaux producteurs, sans laquelle les cours atteindraient des niveaux hallucinants.
Avec une tension continue sur le Venezuela, imaginez un instant ce qui se passerait si une guerre se déclenchait en Iran avec toutes les conséquences que cela suppose. Maintenant, les Etats-Unis a ses propres intérêts et a énormément appris de l'expérience en Irak. Une aventure guerrière serait économiquement un suicide avec un baril atteignant les 200 dollars, et politiquement coûteuse puisqu'il faudrait pas moins de 500.000 hommes pour envahir un pays comme l'Iran, dont des milliers de morts américains, ce que ne pourrait se hasarder à faire Trump pour les beaux yeux de ses «alliés», mais dans cette ambiance de tensions et d'incertitudes, les barils continueraient à fluctuer dans une marge de 20 à 25 dollars le baril.
Le Budget marocain pourrait subir de plein fouet cette conjoncture internationale défavorable. Il faut rappeler que chaque dollar, dans la structure du prix du pétrole, coûte 60 millions de dollars, soit un surcoût de 600 millions de dollars pour un renchérissement de seulement 10$ dans le cours du baril sur les marchés internationaux. Et afi n de mieux illustrer ce désastreux impact sur l'économie marocaine, ce que le Maroc perd dans cette fluctuation moyenne sur l'année de 10$ est équivalent à l'enveloppe encaissée par l'Etat en cédant 6% de ses parts de Maroc Telecom. Pas évident d'être ministre des Finances au Maroc !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.