Un “Etat voisin” invite les autres pays à boycotter le Crans Montana, selon Bourita    Coronavirus : une «nouvelle étape est franchie» en Coronavirus    Les violations des droits de l'homme dans les camps de Tindouf, inquiètent les militants des droits de l'Homme    Industries : L'indice des prix à la production en très légère hausse    Ligue des Champions (1/4 finale aller): Le Raja de Casablanca domine Mazembe (2-0)    Boxe : le Marocain Abelhaq Nadir qualifié aux JO de Tokyo    Signature à Laâyoune de plusieurs accords de coopération entre le Maroc et les Etats insulaires du Pacifique    La République de Djibouti ouvre un consulat général à Dakhla    Béni Mellal: plusieurs enseignantes agressées par la mère d'un élève    Coronavirus: après l'Egypte et l'Algérie, un autre pays africain touché    Wydad-Etoile: à quelle heure et sur quelles chaînes ? (Ligue des champions)    Le FUS a pris une décision concernant son entraîneur    Vidéo: le tifo exceptionnel du Raja contre le TP Mazembe    Le Conseil de la concurrence recommande le plafonnement des honoraires des notaires    ADM : la restructuration de la dette obligataire sur les bons rails    EEP: les délais de paiement moyens déclarés reculent    BAM: le Dirham s'est déprécié face à l'Euro    Météo Maroc: les températures prévues ce samedi    Voici le temps qu'il fera ce samedi    Réforme des retraites/France: La bataille des amendements    Tunisie: Le gouvernement se fait toujours attendre    Fadila Benmoussa absente du petit écran ce Ramadan    Ligue des champions : Le WAC cherche sa petite revanche face à l'ESS    Divers sportifs    Le Maroc et le Panama déterminés à consolider leurs relations bilatérales    Rabat et Mexico déterminés à bâtir un partenariat stratégique    La filière du cuir, un secteur à fort potentiel à l'export    Hausse du RNPG du groupe Attijariwafa Bank    Divers Economie    Driss Lachguar appelle à la révision de l'article 47 de la Constitution    L'Agence nationale de la sécurité routière tient son premier conseil d'administration    Divers    Mohsin Attaf, le judo dans l'âme, le Maroc dans le cœur    Kate Winslet raconte la vérité sur la fin de Titanic    The Weekend : Je travaille pour oublier la solitude    "Feel me", le nouveau titre de Selena Gomez    Le 3ème Forum Maroc-Etats insulaires du Pacifique se conclut par la « Déclaration de Laâyoune »    La République du Burundi ouvre un consulat général à Laâyoune    Brexit : Londres songe à se retirer des négociations dès juin    Mais où est Obama ? Le grand absent omniprésent face à l'ascension de Sanders    Il y a 60 ans, Agadir: Penser la catastrophe    Création à Kinshasa d'une Chambre de commerce RDC-Maroc    L'armée syrienne tue plus de trente soldats turcs dans la région d'Idlib    Bouillon de culture    Un don de Patrice de Mazières au profit des Archives du Maroc    Jeudis cinéma droits humains : Projection du film « Khartoum Offside»    «Trio Sophia Charaï» à l'Institut Cervantès de Casablanca    Taza à l'heure du 2e forum provincial pour la culture et le travail associatif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les schémas de guerre
Publié dans Les ECO le 18 - 06 - 2019

Un baril à 100 dollars, c'est possible dans les prochaines semaines, contre à peine 60 dollars prévus par notre loi de Finances. Que faire alors face aux nouvelles donnes de la géostratégie ? Donald Trump menace matin et soir l'Iran d'une guerre pour défendre ses protégés du Golfe arabe, ce qui fait surchauffer les prix et les a déjà fait grimper de 10 à 15 dollars par baril sur les six derniers mois. Cette courbe ascendante des cours sur le marché du Brent persiste en dépit d'une pression américaine sur les principaux producteurs, sans laquelle les cours atteindraient des niveaux hallucinants.
Avec une tension continue sur le Venezuela, imaginez un instant ce qui se passerait si une guerre se déclenchait en Iran avec toutes les conséquences que cela suppose. Maintenant, les Etats-Unis a ses propres intérêts et a énormément appris de l'expérience en Irak. Une aventure guerrière serait économiquement un suicide avec un baril atteignant les 200 dollars, et politiquement coûteuse puisqu'il faudrait pas moins de 500.000 hommes pour envahir un pays comme l'Iran, dont des milliers de morts américains, ce que ne pourrait se hasarder à faire Trump pour les beaux yeux de ses «alliés», mais dans cette ambiance de tensions et d'incertitudes, les barils continueraient à fluctuer dans une marge de 20 à 25 dollars le baril.
Le Budget marocain pourrait subir de plein fouet cette conjoncture internationale défavorable. Il faut rappeler que chaque dollar, dans la structure du prix du pétrole, coûte 60 millions de dollars, soit un surcoût de 600 millions de dollars pour un renchérissement de seulement 10$ dans le cours du baril sur les marchés internationaux. Et afi n de mieux illustrer ce désastreux impact sur l'économie marocaine, ce que le Maroc perd dans cette fluctuation moyenne sur l'année de 10$ est équivalent à l'enveloppe encaissée par l'Etat en cédant 6% de ses parts de Maroc Telecom. Pas évident d'être ministre des Finances au Maroc !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.