Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    CGEM: Et maintenant, au travail!    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine réagit    LDC Afrique: Le Raja est qualifié pour les quarts de finale    CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    Botola: Le programme de la14 e journée    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Le Maroc instaure le contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    4ème Congrès du PAM : des pamistes toujours en quête d'un candidat rassembleur, proposent Mekki Zizi    Les enseignants contractuels reviennent à la charge    ONEE-TAQA : Prorogation du Contrat d'achat et de fourniture d'électricité de la centrale de Jorf Lasfar    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    CGEM: Passation des pouvoirs entre Mohamed Bachiri et Chakib Alj    L'ambassade du Maroc en Chine met en place une cellule de crise    Le nouvel Ambassadeur du Maroc au Liberia remet ses lettres de créance au Président Weah    Voici le temps qu'il fera ce samedi    Le portugais Pestana Hotel Group renforce son offre    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    Le surfeur Boukhiam fier de représenter le Maroc, le monde arabe et l'Afrique aux JO 2020    La Bundesliga veut abaisser à 16 ans l'âge minimum pour jouer en pro    Rajoy, d'ex-chef du gouvernement à président de la fédération espagnole de football ?    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    Insolite : Brève cavale    Des failles de sécurité constatées sur le navigateur web Safari    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tanger. Au nom de la loi, les automobilistes boycottent sabots et horodateurs
Publié dans Les ECO le 05 - 07 - 2019

Non aux sabots de Denver et horodateurs… les Tangérois persistent et signent ! Installés depuis fin 2017 dans de la cité du détroit, les zones bleues de stationnement et horodateurs ne semblent toujours pas gagner leur place dans le quotidien des habitants de Tanger. Solidaires pour mettre fin à la pose de sabots sur leurs véhicules, les automobilistes agissent pour sensibiliser les citoyens sur l'aspect "illégal" de cette pratique.
Anti-sabots, les Tangérois avertis et solidaires
Une ville sans sabots, les riverains ne comptent pas baisser les bras, ils souhaitent à travers la pression sociale supprimer définitivement cette méthode de leur ville. Ils sont juristes, médecins, commerçants, enseignants… à communiquer sur un groupe Facebook qui compte aujourd'hui près de 38.000 Tangérois, organisés pour donner sens à un boycott "légitime".
Les membres choisissent d'acter, et s'organisent pour faire sauter les pinces qui accrochent les sabots aux roues. À travers différentes publications, les citoyens restructurent les dispositions de cette pratique, et retrace un circuit juridique pour exprimer leur ras-le-bol. "Nous sommes regroupés avant tout pour avertir et s'avertir. Il n'y a aucune loi qui autorise cette société ou d'autres à poser un sabot et immobiliser nos voitures, ce qui rend la pratique illégale. Les méthodes appliquées par Somagec sont inadmissibles, ces groupes sur les réseaux sociaux sont créés pour nous éviter les problèmes et les frictions causés à chaque fois qu'un automobiliste refuse de céder à cette aberration. À travers une entraide efficace, nous tentons d'obtenir nos droits, et nous insistons pour rappeler à cette entreprise que chaque marocain paie annuellement une vignette qui lui accorde le droit d'usage de toutes les routes du royaume. Cette privation est donc injustifiée", déclare un membre du groupe "Boycott sabot Tanger".
La pose d'un sabot sur une voiture est illégale. En tout cas, c'est ce qui a été déclaré par la Cour des comptes qui a souligné l'illégalité des montants versés par les automobilistes, en guise d'amendes, pour le retrait du sabot posé sur une voiture. Selon la décision de Cour des comptes, publiée en août dernier, cette amende n'est mentionnée ni dans le Code de la route, ni dans le Code pénal, rien ne permet donc à ces sociétés de restreindre la mobilité d'un citoyen pour non-paiement d'un stationnement.
Le Tribunal administratif tranche
Les Tangérois ont déjà obtenu gain de cause contre la pose de sabot. Le Tribunal administratif de Rabat a décrété le 5 mars dernier, l'interdiction des sabots pour les véhicules suite à une procédure entamée par l'Association de l'industrie hôtelière de Tanger.
Ce jugement s'est appuyé sur le principe de liberté de mouvement. La loi marocaine interdit quiconque de restreindre la mobilité d'un citoyen, un argument sur lequel se basent les riverains pour faire cesser cet "abus".
"Des citoyens ont été poursuivis pour "possession et usage d'objets tranchants", et "dégradation des biens publics" parce qu'ils ont pris l'initiative de retirer les sabots de leurs voitures. Heureusement, la justice a ordonné l'indemnisation des parties civiles à hauteur de 20.000 dirhams. Une décision qui n'a pas freiné les agissements de Sogamec qui continue de s'en prendre à nos voitures illégalement", exprime Farah.
"Conflit culturel"
Joint par LesECO, Mohamed Amahjour, vice-président de la commune de Tanger évoque un problème culturel au niveau de la ville. Il confirme par ailleurs la complexité de la situation, qui selon lui, fait du bruit dans différentes villes du royaume à cause des méthodes archaïques employées par ces entreprises "qui rendent difficile leur acceptation par le citoyen".
"Ce n'est aucunement l'obligation de payer le parking dans les zones bleues réservées par la société gestionnaire du stationnement qui pose problème. Les citoyens refusent la pose de sabot qui handicape parfois leurs activités. Un système plus informatisé qui permettra aux citoyens de payer leurs infractions autrement, serait plus acceptable et moins problématique, comme par exemple envoyer les amendes aux domiciles au lieu d'immobiliser les voitures", explique Mohamed Amahjour.
Où vont les amendes ?
Seulement 0,5% des recettes de l'entreprise atterrissent dans la caisse de la commune. Unique constructeur des parkings de la ville, Somagec a le droit d'exploitation des parkings pendant 30 ans, nous affirme une source proche.
Ceci-dit la société est tenue de rendre publique une synthèse annuelle, permettant de contrôler la gestion et le remboursement de ces constructions. Une mesure non respectée par l'entreprise, qui n'a encore publié aucun bilan.
600 millions de dirhams ont été investis pour améliorer le stationnement dans la cité du détroit, un investissement de taille qui fait face à plusieurs dysfonctionnements empêchant ainsi les riverains et la ville de mener une vie plus tranquille. À l'instar de Rabat et Marrakech, Tanger se débarrassera-t-elle des sabots de Denver ? En tout cas, les Tangérois ne comptent pas se laisser faire, ils tablent sur la loi pour faire cesser cette pratique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.