Averses orageuses fortes avec chute de grêle et rafales dans plusieurs provinces du royaume    World Policy Conference 2019 : Ce qu'a dit Mezouar sur l'Algérie…    Salaheddine Mezouar annonce son départ de la CGEM    CGEM : Mezouar annonce sa démission    Le chapitre Mezouar fermé, que se passera-t-il à la CGEM ?    Mezouar démissionne de la CGEM pour "contraintes personnelles majeures"    Zagora : clôture du 7ème Festival international du conte et des arts populaires    Arrivée au Maroc du président rwandais Paul Kagame    WPC 2019: Mezouar voit positivement les mutations que connaît le Maghreb    Emouvantes obsèques à Seddina «Tétouan» d'Abderrahmane Karkich    Agir pour un tourisme créatif!    Transport de marchandises : les professionnels suspendent leur sit-in    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Le groupe Renault se sépare de son Directeur général    Le PDG de Laprophan n'est plus !    Le président rwandais à Marrakech    Le thyphon Hagibis atteint les côtes du Japon    Les chants désespérés et pathétiques des supporters    Sahara: des pétitionnaires latino-américains mettent en avant l'initiative marocaine    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Falsification de billets de banque : Deux arrestations à Marrakech    Gouvernement : A la recherche de l'efficacité    «La culture est le meilleur moyen d'échange»    Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»    Faouzi Skali présente la culture soufie devant le Sénat français    L'édition 2020 du Symposium business et santé en Afrique (AHBS) aura lieu au Maroc !    Maroc – Libye : « Beaucoup de travail reste à faire », dixit Halilhodzic    Casablanca ne sera pas privé d'électricité le 20 octobre (ONEE)    Le secrétaire général des Nations unies épingle le Polisario    Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies    La Belgique première qualifiée à l'Euro 2020 : Les Pays-Bas se font peur    Le Sud-Africain Giniel De Villiers remporte le Rallye du Maroc 2019    Un ressortissant étranger arrêté in extremis en possession de 26 faucons vivants    Divers sportifs    La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance de l'économie marocaine    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements    Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel    Beyoncé de nouveau enceinte    Bentalha victime d'une escroquerie    Institut français du Maroc. Que la saison commence !    Maroc-Lybie : Tout ce qu'il faut savoir sur cette rencontre    Wydad et Raja dans des groupes plus ou moins difficiles    Vahid Halilhodžić n'a pas encore trouvé l'équipe type    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nostalgie sur les platines
Publié dans Les ECO le 06 - 07 - 2010

En pleine crise de l'industrie du disque et au moment où les transactions commerciales des fichiers MP3 ne font plus bonne figure, les ventes de vinyles redorent leur blason. Un phénomène qui, outre-atlantique, bénéficie aux labels indépendants. Les acteurs du marché et les majors sur la santé de l'industrie musicale ne trouvent de substitut, au Maroc, que passionnés et autres collectionneurs du disc vinyl. Pour les habitués de l'avenue de Paris, à Casablanca, la «galerie» de discs baptisée GAM fait partie du décor. Inaugurée en 1966, c'est une véritable cave aux trésors où se côtoient des milliers d'artistes. De Bob Dylan à Nass El Ghiwane, passant par Miles Davis et autres Santana et Jil Jilala. Tout ce beau monde siège chez cet imbattable messager du disc, qui affirme fièrement d'avoir édité pour Nizar Kabani, Souad Mohamed, Nass el Ghiwane et Naima Samih, des objets collectors qui ont fait le tour du monde autant que le propriétaire des lieux. De l'Inde au Pakistan, de l'Egypte en Russie, très souvent en Europe. Sa richesse se limite aujourd'hui à sa fidélité. Parce que même sans chalands, il se suffit aux fragrances des discs et cassettes-audio qu'il dorlote. Dans l'espoir de vendre à 150 DH le 45 tours et à 20 DH la cassette audio, le disquaire-éditeur ne manque pas de fustiger le piratage et de pester la ruine des artistes. Et partant, la ruine du disque noir !
Eternellement amateurs
Le doublement des ventes de disques vinyles aux Etats-Unis est une excellente nouvelle. Mais pas pour tous ! Amoureux de la musique, Nabyl et Karim recherchent les disques vinyles dans des caves ou des magasins d'occasion une fois arrivés dans le pays de l'oncle Sam. Ils font du troc avec d'autres amateurs et n'hésitent pas à prendre tout le temps qu'il leur faut dans des magasins spécialisés. Passionnés, les deux amis musiciens collectionnent tables d'écoute et bras de lecture qu'ils revigorent, et entretiennent jalousement. «Plusieurs personnes de demandent, ironiquement: mais pourquoi écoutez-vous encore des vinyles alors que vous avez cet album en CD ?», nous confie DJ Karim, 27 ans, tout en palpant ses platines. «La magie du son dans un vinyl tient au creux de l'oreille. J'irai jusqu'à parler de la nécessité de cultiver un art de l'écoute attentive, pour se forger une écologie sonore», rétorque Mohamed Adham, professionnel du son. «C'est tout simplement que ses galettes secrètent plus que du son. Elles offrent chaleur et couleurs», ajoute-t-il. Petit changement de décor, au plus près du monde de la nuit où les couleurs pêchues du disc noir sont très prisées des DJs en discothèque. «Seules les platines vinyles disposent d'une vitesse réglable, condition sine qua non pour enchaîner les morceaux dans un mix et dans un scratching», affirme DJ Karim. Toutes des raisons sincères pour s'éterniser amateur, mais encore maigres pour présager au disque noir un scénario similaire à celui d'antan. Sauf dans des cas isolés et rarissimes, où des initiatives privées incitent cahin-caha au regain d'estime de déférence pour le vinyl. Dernière en date ; celle du label Barclay ( Universal) qui vient de rééditer un album contenant les meilleurs titres de Vigon, chanteur soul marocain des sixties. The End Of Vigon, disponible en versions vinyle «Back to black» et CD Vintage où douze morceaux mythiques sont dépoussiérés dont les meilleures reprises de Bob & Earl, Ray charles et Bo Diddley.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.