Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Hydroxychloroquine: 3 des auteurs de l'étude du Lancet se rétractent    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emprunt à l'international. Vers la fin de la tendance baissière
Publié dans Les ECO le 25 - 11 - 2019

La sortie à l'international du royaume, qui a finalement réussi à lever un emprunt obligataire d'1 milliard d'euros va augmenter la charge de la dette sur le budget général.
La sortie du Maroc sur les marchés internationaux a obtenu les résultats escomptés par l'Exécutif. Le royaume a en effet émis le 21 novembre 2019 un emprunt obligataire sur le marché financier international d'un montant d'1 milliard d'euros, assorti d'une maturité de 12 ans et d'un spread de 139,7 pb, soit un taux d'intérêt de 1,5%. L'émission fait suite à un roadshow d'une semaine mené par le ministre de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration, Mohamed Benchaâboun, accompagné d'une délégation de la Direction du Trésor sur les principales places européennes. La délégation a ainsi visité Paris, Zurich, Londres, Francfort et Amsterdam/La Haye et a tenu une trentaine de réunions avec plus de soixante investisseurs dont des gestionnaires de fonds, des assureurs et des fonds de pension.
Au cours de ce roadshow, «les investisseurs ont apprécié en particulier la stabilité politique dont jouit le royaume, la résilience de son cadre macroéconomique confirmée par le maintien de la notation Investment Grade depuis plus d'une décennie ainsi que la portée des réformes menées sous la conduite éclairée de sa majesté le roi, qui augure d'un renforcement des perspectives économiques du Maroc», indique-t-on du côté du département concerné.
Cette levée qui a marqué le retour du Maroc sur le marché financier international après une absence de 5 ans a ainsi connu un «succès remarquable auprès des investisseurs internationaux», assure le ministère de l'Economie et des finances. «Outre le rendement qui constitue le niveau le plus bas jamais obtenu par le Maroc sur le marché international, cette émission a bénéficié du carnet d'ordre le plus important par sa taille pour une transaction en euros du Maroc : il a dépassé 5,3 milliards d'euros au cours de la transaction avec plus de 285 investisseurs impliqués. Ce succès confirme la confiance dont jouit le Maroc auprès des grandes institutions financières internationales et des agences de notation».
Une fausse-bonne nouvelle ?
Seulement, au-delà de la rhétorique satisfaite de l'Exécutif, cette sortie à l'international - guidée par des impératifs structurels puisque la Banque centrale refuse toute injection de monnaie dans l'économie – pourrait enclencher un cercle vicieux. En effet, depuis 2018, la dette extérieure du Maroc ne cesse de baisser et pour la première fois depuis 2004, l'encours de celle-ci a baissé de 6 milliards, soit 2% par rapport à 2017.
Selon le dernier bulletin de la Direction du Trésor et des finances extérieures, l'encours de 326,3 milliards de DH est emprunté par le Trésor à hauteur de 44,9% et par les entreprises et établissements publics à hauteur de 54,4%, le reste concerne le secteur bancaire et les collectivités territoriales. La dette a baissé chez l'ensemble des emprunteurs. Le PIB au Maroc s'établit à 1.106,8 milliards de DH en 2018, selon le HCP.
La dette extérieure représente donc 29,5% du PIB. Un niveau confortable mais qui doit malgré tout être surveillé de près car le service de la dette (remboursement du capital et des intérêts) se fait en devises étrangères et la balance des paiements au Maroc est structurellement déficitaire. Les réserves en devises ne représentent que l'équivalent de 5 mois d'importations de biens et services. Si de nouveaux emprunts internationaux vont les renforcer dans l'immédiat, ils occasionneront des sorties de devises annuelles supplémentaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.