CHAN (Maroc-Ouganda) / Ammouta : « Le match sera décisif pour les deux sélections »    Berrechid-Settat: accident de plus de 30 véhicules (vidéo)    Evolution du coronavirus au Maroc : 337 nouveaux cas, 466.626 au total, lundi 25 janvier 2021 à 18 heures    Journée internationale de l'éducation : l'UNESCO soutient l'employabilité dans le Maghreb    OCDE : le Maroc ne figure pas parmi les gros émetteurs de carbone    Forum de Davos : Le redressement de l'économie post-Covid en débat (vidéo)    L'OFI plaide pour des listes électorales égalitaires    Musées : La FNM lance un concours pour la création et la réalisation graphiques destinées à la refonte de son identité visuelle    Le rock maghrébin en concert à Meknès    "Communication de crise. Crise de communication", nouvel ouvrage de Mustapha Elouizi    Le souffle révolutionnaire donne un nouvel élan au cinéma soudanais    La Ligue arabe salue les accords auxquels les parties libyennes sont parvenues à Bouznika    L'Opinion : La Maison tranche...    La souveraineté du Maroc sur ses terres, cette indéniable réalité qui enrage la junte et ses marionnettes    Zakaria Aboub: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium à la CAN U20    Youssef En-Nesyri, au sommet de la Liga    L'OCK accroché par Wydad Témara    Un décret Royal relatif au statut particulier des internes des hôpitaux au menu du Conseil de gouvernement    Rabat : Une convention entre la Faculté de droit et le Parlement    «ISRAE, ELLE...», nouveau roman de Mohamed Ouissaden    Covid-19: Mobilisation des moyens appropriés pour réussir la campagne de vaccination    Le dirham se déprécie de 0,67% face à l' euro    Smartphones : Attention au hacking malveillant !    La Chine accorde un grand attachement envers l'Afrique    Navalny marque des points dans un combat à hauts risques avec le Kremlin    Quand Victor Hugo guerroie contre l'anankè    Bientôt un prix spécial du nom de feu Noureddine Saïl    Le frère de Maître Gims s'installe à Marrakech    Neta ElKayam « La musique ancienne judéo-marocaine est la voix du futur »    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    La CGEM coopte la Fédération Marocaine de l'Externalisation des Services    Les Etats-Unis comptent s'appuyer sur les succès de la normalisation avec le Maroc dans les relations américano-israéliennes    Impôts: ce qui change pour les commerçants    Le trafic y afférent a grimpé de 20% en 2020: Tanger Med, 1er port à conteneurs de la Méditerranée    France : reprise des visas de regroupement familial    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emprunt à l'international. Vers la fin de la tendance baissière
Publié dans Les ECO le 25 - 11 - 2019

La sortie à l'international du royaume, qui a finalement réussi à lever un emprunt obligataire d'1 milliard d'euros va augmenter la charge de la dette sur le budget général.
La sortie du Maroc sur les marchés internationaux a obtenu les résultats escomptés par l'Exécutif. Le royaume a en effet émis le 21 novembre 2019 un emprunt obligataire sur le marché financier international d'un montant d'1 milliard d'euros, assorti d'une maturité de 12 ans et d'un spread de 139,7 pb, soit un taux d'intérêt de 1,5%. L'émission fait suite à un roadshow d'une semaine mené par le ministre de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration, Mohamed Benchaâboun, accompagné d'une délégation de la Direction du Trésor sur les principales places européennes. La délégation a ainsi visité Paris, Zurich, Londres, Francfort et Amsterdam/La Haye et a tenu une trentaine de réunions avec plus de soixante investisseurs dont des gestionnaires de fonds, des assureurs et des fonds de pension.
Au cours de ce roadshow, «les investisseurs ont apprécié en particulier la stabilité politique dont jouit le royaume, la résilience de son cadre macroéconomique confirmée par le maintien de la notation Investment Grade depuis plus d'une décennie ainsi que la portée des réformes menées sous la conduite éclairée de sa majesté le roi, qui augure d'un renforcement des perspectives économiques du Maroc», indique-t-on du côté du département concerné.
Cette levée qui a marqué le retour du Maroc sur le marché financier international après une absence de 5 ans a ainsi connu un «succès remarquable auprès des investisseurs internationaux», assure le ministère de l'Economie et des finances. «Outre le rendement qui constitue le niveau le plus bas jamais obtenu par le Maroc sur le marché international, cette émission a bénéficié du carnet d'ordre le plus important par sa taille pour une transaction en euros du Maroc : il a dépassé 5,3 milliards d'euros au cours de la transaction avec plus de 285 investisseurs impliqués. Ce succès confirme la confiance dont jouit le Maroc auprès des grandes institutions financières internationales et des agences de notation».
Une fausse-bonne nouvelle ?
Seulement, au-delà de la rhétorique satisfaite de l'Exécutif, cette sortie à l'international - guidée par des impératifs structurels puisque la Banque centrale refuse toute injection de monnaie dans l'économie – pourrait enclencher un cercle vicieux. En effet, depuis 2018, la dette extérieure du Maroc ne cesse de baisser et pour la première fois depuis 2004, l'encours de celle-ci a baissé de 6 milliards, soit 2% par rapport à 2017.
Selon le dernier bulletin de la Direction du Trésor et des finances extérieures, l'encours de 326,3 milliards de DH est emprunté par le Trésor à hauteur de 44,9% et par les entreprises et établissements publics à hauteur de 54,4%, le reste concerne le secteur bancaire et les collectivités territoriales. La dette a baissé chez l'ensemble des emprunteurs. Le PIB au Maroc s'établit à 1.106,8 milliards de DH en 2018, selon le HCP.
La dette extérieure représente donc 29,5% du PIB. Un niveau confortable mais qui doit malgré tout être surveillé de près car le service de la dette (remboursement du capital et des intérêts) se fait en devises étrangères et la balance des paiements au Maroc est structurellement déficitaire. Les réserves en devises ne représentent que l'équivalent de 5 mois d'importations de biens et services. Si de nouveaux emprunts internationaux vont les renforcer dans l'immédiat, ils occasionneront des sorties de devises annuelles supplémentaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.