Chakib Alj et Ahmed Mehdi Tazi officiellement élus à la tête de la CGEM    Vahid veut jouer contre les grandes sélections du continent Africain    Walid Regragui quitte le FUS pour rejoindre Al-Duhail    Délimitation des frontières maritimes du Maroc : Les textes passent au parlement, la presse ibérique panique    Tanger Med : solutions dématérialisées pour l'export agroalimentaire    Au tour du HCP d'être entendu par la CSMD    Politique foncière: Une remise à plat s'impose, recommande le CESE    Système statistique national: Le sujet de la réforme enfin sur la table    Le coronavirus de Wuhan : Panique sur toute la ligne    Le PPS rend hommage au militant et à l'intellectuel engagé    Naufrage de la «rasd» en Amérique latine    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Le Groupe dresse son bilan 2019 : Renault Maroc performe à nouveau avec près de 400.000 véhicules produits    Procès en destitution de Trump: Mardi glacial au Capitole    Botola Pro D1 : Le Wydad de Casablanca nouveau leader    CAN-2020 de futsal : Objectif, conserver le titre    L'opposition russe en désarroi après la réforme éclair de Poutine    La Grèce sur le point d'être présidée pour la première fois par une femme    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    "Mon corps, ma liberté", un mouvement sur les pas de "El Violador eres tu!    Italie: Les «sardines» défient Salvini…    La Caravane «Maroc-Innov» fait escale à Chichaoua au profit des jeunes porteurs de projets    Taroudant : Un couple soupçonné d'agression sur sa fille    Sommet UK-Afrique : Le Maroc en force à Londres    Perspectives prometteuses pour l'économie nationale : La DEPF table sur un taux de croissance de 3,7% en 2020    Burkina Faso : 48 heures de deuil national après une nouvelle attaque terroriste    Retraites : la CGT a mis à l'arrêt la plus grande usine hydro-électrique de France    L'enfant terrible de la mode Jean-Paul Gaultier raccroche au sommet de la gloire    Lamia Tazi nommée PDG du laboratoire pharmaceutique Sothema    Edito : Nouvelle victoire    Classement Rekrute: Qui sont les 25 employeurs les plus attractifs?    Arrestation à Meknès d'une vagabonde pour enlèvement présumé d'un nourrisson    Le sommeil contrecarre le larcin planifié par un Marocain dans un complexe commercial en Italie    Le directeur sportif du FC Séville”Monchi”: Youssef En Nesyri a un énorme potentiel    Didier Six,l'entraîneur de la Guinée: C'est vrai que le plus gros morceau, c'est le Maroc    Session de formation sur l'arbitrage en sports collectifs    Les drones pourraient bientôt voler comme des oiseaux    Insolite : Le chat fugueur    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Vers un deuxième acte de l'affaire Tiazi    Jean-Paul Carteron : Dakhla sera la future Floride du Maroc    Venezuela: Pompeo annonce plus d'actions contre la "tyrannie" de Maduro    Colloque sur le financement de l'économie nationale à la Chambre des représentants    La Chambre des conseillers s'ouvre aux ONG    Le caftan marocain brille de mille feux à Paris    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    Forum national des créations de l'enfant à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc
Publié dans Les ECO le 08 - 12 - 2019

Le Maroc a contribué activement à l'élaboration de trois rapports sur les conséquences du changement climatique par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), une organisation relevant de l'ONU et sous la tutelle de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et ONU Environnement, a souligné, samedi à Madrid, le Directeur de la Météorologie nationale, Omar Chafki.
A travers ses experts membres du GIEC et son représentant permanent au niveau de l'OMM, le Maroc a enrichi les conclusions de ces rapports, présentées lors de la COP25, et qui tirent la sonnette d'alarme sur les assauts du dérèglement climatique sur les zones les plus vulnérables et plusieurs secteurs d'activité, comme l'agriculture, a relevé dans une déclaration à la MAP, Chafki, qui prend part à plusieurs rencontres parallèles et débats organisés dans le cadre de cet évènement planétaire (2-13 décembre).
Le premier rapport concerne les conséquences du réchauffement planétaire de 1,5 °C dont l'objectif est de montrer, preuves à l'appui, qu'avec 1,5 °C on est déjà à la limite d'un « impact néfaste du changement climatique » sur l'Homme et la planète, a dit M. Chafki, élu en juin dernier membre du Conseil exécutif de l'OMM pour un mandat de quatre ans, ajoutant que ce rapport lance un appel pressant aux décideurs politiques pour qu'ils prennent des mesures urgentes contre le réchauffement climatique.
Le deuxième rapport, relatif aux terres émergées, à l'agriculture et à la sécurité alimentaire, souligne que les impacts négatifs du changement climatique sur le secteur agricole sont déjà tangibles, notamment avec l'augmentation accrue des émissions à effet de serre, a-t-il fait savoir, précisant que le document préconise une révision des pratiques et des modes utilisés dans le secteur agricole.
Selon le rapport, il est nécessaire de mettre en œuvre des politiques favorisant une gestion durable des terres en vue de garantir l'approvisionnement alimentaire des populations vulnérables, a expliqué Chafki.
Le troisième rapport du GIEC, ayant trait aux océans et à la cryosphère, fait état d'une augmentation du niveau de la mer à un rythme de plus en plus rapide et l'absorption croissante de CO2 dans l'océan qui a entraîné une acidification qui s'accélère, a rappelé Chafki, déplorant le fait que l'océan et la cryosphère sont bouleversés par le changement climatique avec notamment des impacts sur les récifs coralliens, les côtes basses et les îles, les écosystèmes de montagne, le pergélisol et les glaciers.
Ces trois rapports soulignent, sans nul doute, qu'une réduction accélérée des émissions à effet de serre n'est plus une option, mais une nécessité urgente pour garantir davantage de résilience face aux changements climatiques, a conclu le Directeur de la Météorologie nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.