La Colombie et le Maroc partagent la même vision d'une politique migratoire humanitaire, selon la diplomatie des deux pays    Casablanca / Fonds de solidarité des avocats : Le bâtonnier dévoile les prélèvements    Compteur coronavirus : 303 nouveaux cas en 24h, 1.32 millions troisièmes doses administrées    La Russie resserre ses relations économiques et politiques avec la Libye et l'Algérie    La Commission Islamique de Melilia : l'Espagne appelée à régulariser la situation des Marocains bloqués    Dette publique: Recul de 9,7% des souscriptions sur le MAVT à fin septembre    Equatorial Coca-Cola Bottling Company installe son siège à Casablanca    Sahara : l'Eswatini pointe la "prééminence" de l'initiative d'autonomie comme "seule solution"    Prolongation de l'état d'urgence au Maroc    La prison locale de Nador 2 dément le harcèlement d'un détenu pour son refus de se faire vacciner    Scolarisation des enfants en situation de handicap : Le taux de 55% dépassé, des efforts à soutenir    Maroc-Etats-Unis: La guerre de l'intégrité territoriale se poursuit toujours    Gazoduc GME : l'Algérie veut expédier vers l'Espagne plus de gaz par voie maritime, les observateurs dépaysés    Déficit de médecins urgentistes au Maroc: Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme    Lutte contre le cancer du sein au Maroc: Un combat qui est loin d'être gagné    Sondage du CESE sur légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques et industrielles    «Le Maroc jouit d'un important soutien international pour sa souveraineté sur le Sahara», estime un média espagnol    Une amazighité encore à accomplir    ayad lemhouer: "Dans le débat sur les langues d'enseignement, l'Etat devrait ignorer les courants idéologiques et se soucier de ce qui est dans l'intérêt des Marocains"    Fonction publique: En 10 ans, le salaire mensuel moyen grimpe de plus de 15%    Pékin «s'oppose fermement» aux contacts militaires entre Taïwan et les Etats-Unis    Botola Pro D1 / Fin de la 7ème journée : Ce jeudi, le classico FAR-WAC à partir de 18h15    Barça : Limogé, Koeman recevrait un chèque de 20 millions d'euros !    Tourisme au Maroc: les opérateurs au fond du gouffre    Thé au Maroc : 400 marques se partagent le marché local    BMCE Capital présente ses nouvelles prévisions 2021-2022    Jusqu'au 19 mars 2022 : La Galerie Banque Populaire expose les photographies de Marcelin Flandrain    France. Zemmour n'est qu'un symptôme [Par Jamal Berraoui ]    Gouvernance économique : Le financement du PLF assuré sans emprunt national    Conseil de la ville de Casablanca : les préparatifs de la session extraordinaire bouclés    L'Assemblée Générale du Raja : Anis Mahfoud, le secrétaire général démissionnaire, nouveau président    L'ONU alerte sur une crise humanitaire qui « s'aggrave » en Syrie    De plus en plus de prisonniers politiques dans la Russie de Poutine    L'investissement au cœur d'une réunion interministérielle    Palestine : Les USA critiquent « fermement » la colonisation en Cisjordanie occupée    Soudan : La pression internationale « libère » Hamdok    Botola Pro D1: le Raja tenu en échec à domicile par le FUS    L'horizon s'assombrit pour l'OCK, le RCOZ méritait mieux    African Lion 2022 : Le coup d'envoi de la 18e édition sera donné cette semaine    Essaouira / Grotte de Bizmoune : Découverte d'éléments de parure datant de 150.000 ans    Grand succès pour les talents marocains à l'AFRIMA Awards    Publication : «La tribu des Bni Touzin : Etude monographique»    Ouverture du 14ème Festival du Théâtre universitaire de Tanger    Belgique : 24 migrants secourus    Maroc-Rwanda: Une proximité qui ne se dément plus    «Théâtre et philosophie» : Mohammed El Kabbaj explore l'interaction entre l'idée et la scène    Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



IL Y A 76 ANS, LE MANIFESTE DE L'INDEPENDANCE...
Publié dans Les ECO le 11 - 01 - 2020

Le 11 janvier 1944, 67 nationalistes Marocains, représentant les principaux nationalistes et la société marocaine et de tous les milieux dont une femme, prennent le risque démesuré pour l'époque et entreprennent de signer un manifeste public réclamant l'indépendance et de le soumettre aux autorités coloniales. Depuis la signature du protectorat en 1912, c'était la première fois qu'un mouvement national réclame ouvertement l'indépendance.
Mais en vérité la lutte pour l'indépendance a toujours eu lieu depuis la signature du protectorat. La longue et couteuse « campagne du Maroc » a pris plus de 20 ans à l'armée française, pour vaincre et soumettre les tribus marocaines qui refusaient le joug colonial. A ce propos, le général Guillaume, qui fut résident général au Maroc, et qui a servi lors de la « pacification » a dit dans son livre " les berbères marocains et la pacification de l'Atlas central " (1946) au sujet des guerriers marocain des plaines ou des montagnes :
" Il sait sacrifier délibérément ses biens, sa famille et plus facilement encore sa vie. Aucune tribu n'est venue à nous dans un mouvement spontané. Aucune ne s'est soumise sans combattre, et certaines sans avoir épuisé, jusqu'au dernier de leurs moyens de résistance ".
La résistance armée prend fin en 1933, avec la bataille de Bougafer, et la chute du dernier bastion de résistance, un an après, en 1934. Le premier parti politique nationaliste marocain est fondé regroupant toutes les cellules de jeunes activistes des villes, est nommé « Comité d'action marocaine », vaincu par les armes, les marocains comptent bien poursuivre la lutte politiquement.
La création de ce parti nationaliste puis des différentes mouvances qui vont en sortir consolide les prises de position nationalistes issues du Manifeste contre le Dahir berbère du 28 août 1930.
Contexte
Le 8 novembre 1942, au Maroc, alors sous protectorat français, les Anglo-américains débarquent sur les plages casablancaises dans le cadre de l'opération Torch. La France libre reprend le contrôle d'une administration coloniale française largement pétainiste et collaborationniste. Cet événement suscite la satisfaction des nationalistes marocains.
En janvier 1943, le sultan Mohammed V, de fait prisonnier de l'administration coloniale, mais qui n'avait publiquement manifesté aucune sympathie pour l'Allemagne hitlérienne, et protégé les juifs marocains de tout antisémitisme, se voit confirmer le soutien de l'Amérique à l'indépendance du Maroc, une fois la guerre finie, par le président Roosevelt en marge de la conférence d'Anfa.
Le 18 décembre 1943, les anciens cadres encore en liberté du Parti National interdit en 1937 et dont les principaux dirigeants (Allal el Fassi, Mohamed Hassan el Ouazzani, etc.) sont encore en prison ou en exil organisent clandestinement à Rabat le congrès fondateur du Parti de l'Istiqlal.
Le Manifeste de l'Indépendance, dont Ahmed El Hamiani khatat et Ahmed Bahnini, avocats du parti, sont les rédacteurs de la version originale amendée par leurs compagnons, est en fait le programme du Parti qui mènera le Maroc à l'indépendance.
Le 11 janvier 1944, alors que l'issue incertaine de la Seconde Guerre mondiale semblait malgré tout évidente aux plus lucides, 66 marocains prennent le risque énorme à l'époque de signer un manifeste public revendiquant l'arrêt de la colonisation et l'indépendance du Maroc.
Les principaux dirigeants nationalistes toutes origines confondues se regroupent autour du manifeste pour l'indépendance, constituant une mouvance politique réelle, représentative de la société marocaine et de tous les milieux, urbains et ruraux. Ils décident ensemble et d'emblée de s'en remettre au sultan Mohammed V, auquel ils soumettaient ainsi leur revendication.
En réaction, le 28 janvier 1944, les autorités coloniales procèdent à l'arrestation du secrétaire général du Parti de l'Istiqlal, Ahmed Balafrej, et de son adjoint, Mohamed Lyazidi. De grandes manifestations de protestation se déclenchent à Rabat, Salé, Fès et dans d'autres villes du Royaume. Abderrahim Bouabid conduit la manifestation populaire de Salé. La manifestation est réprimé dans le sang et il est arrêté et transféré à la prison de Laâlou à Rabat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.