La Colombie et le Maroc partagent la même vision d'une politique migratoire humanitaire, selon la diplomatie des deux pays    Casablanca / Fonds de solidarité des avocats : Le bâtonnier dévoile les prélèvements    Compteur coronavirus : 303 nouveaux cas en 24h, 1.32 millions troisièmes doses administrées    La Russie resserre ses relations économiques et politiques avec la Libye et l'Algérie    La Commission Islamique de Melilia : l'Espagne appelée à régulariser la situation des Marocains bloqués    Dette publique: Recul de 9,7% des souscriptions sur le MAVT à fin septembre    Equatorial Coca-Cola Bottling Company installe son siège à Casablanca    Sahara : l'Eswatini pointe la "prééminence" de l'initiative d'autonomie comme "seule solution"    Prolongation de l'état d'urgence au Maroc    La prison locale de Nador 2 dément le harcèlement d'un détenu pour son refus de se faire vacciner    Scolarisation des enfants en situation de handicap : Le taux de 55% dépassé, des efforts à soutenir    Maroc-Etats-Unis: La guerre de l'intégrité territoriale se poursuit toujours    Gazoduc GME : l'Algérie veut expédier vers l'Espagne plus de gaz par voie maritime, les observateurs dépaysés    Déficit de médecins urgentistes au Maroc: Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme    Lutte contre le cancer du sein au Maroc: Un combat qui est loin d'être gagné    Sondage du CESE sur légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques et industrielles    «Le Maroc jouit d'un important soutien international pour sa souveraineté sur le Sahara», estime un média espagnol    Une amazighité encore à accomplir    ayad lemhouer: "Dans le débat sur les langues d'enseignement, l'Etat devrait ignorer les courants idéologiques et se soucier de ce qui est dans l'intérêt des Marocains"    Fonction publique: En 10 ans, le salaire mensuel moyen grimpe de plus de 15%    Pékin «s'oppose fermement» aux contacts militaires entre Taïwan et les Etats-Unis    Botola Pro D1 / Fin de la 7ème journée : Ce jeudi, le classico FAR-WAC à partir de 18h15    Barça : Limogé, Koeman recevrait un chèque de 20 millions d'euros !    Tourisme au Maroc: les opérateurs au fond du gouffre    Thé au Maroc : 400 marques se partagent le marché local    BMCE Capital présente ses nouvelles prévisions 2021-2022    Jusqu'au 19 mars 2022 : La Galerie Banque Populaire expose les photographies de Marcelin Flandrain    France. Zemmour n'est qu'un symptôme [Par Jamal Berraoui ]    Gouvernance économique : Le financement du PLF assuré sans emprunt national    Conseil de la ville de Casablanca : les préparatifs de la session extraordinaire bouclés    L'Assemblée Générale du Raja : Anis Mahfoud, le secrétaire général démissionnaire, nouveau président    L'ONU alerte sur une crise humanitaire qui « s'aggrave » en Syrie    De plus en plus de prisonniers politiques dans la Russie de Poutine    L'investissement au cœur d'une réunion interministérielle    Palestine : Les USA critiquent « fermement » la colonisation en Cisjordanie occupée    Soudan : La pression internationale « libère » Hamdok    Botola Pro D1: le Raja tenu en échec à domicile par le FUS    L'horizon s'assombrit pour l'OCK, le RCOZ méritait mieux    African Lion 2022 : Le coup d'envoi de la 18e édition sera donné cette semaine    Essaouira / Grotte de Bizmoune : Découverte d'éléments de parure datant de 150.000 ans    Grand succès pour les talents marocains à l'AFRIMA Awards    Publication : «La tribu des Bni Touzin : Etude monographique»    Ouverture du 14ème Festival du Théâtre universitaire de Tanger    Belgique : 24 migrants secourus    Maroc-Rwanda: Une proximité qui ne se dément plus    «Théâtre et philosophie» : Mohammed El Kabbaj explore l'interaction entre l'idée et la scène    Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Permis de conduire: Faudrait-il imposer des tests d'aptitude psychologique?
Publié dans Les ECO le 20 - 01 - 2020

Faut-il commencer à sonder la stabilité psychologique des personnes soumissionnant à l'examen d'octroi du permis de conduire ? Faudrait-il instaurer des tests d'aptitude en la matière et en faire un passage obligé avant de décerner l'autorisation de conduite aux citoyens ? Face aux comportements irresponsables de certains conducteurs, qui d'entre-nous ne s'est jamais indigné de l'octroi de permis de conduire à des personnes qui ne font pas montre de maturité ou de responsabilité sur les routes ?
Le sujet a encore été remis sur le tapis avec la polémique suscitée par la vidéo postée récemment sur les réseaux sociaux et qui montrait un jeune homme conduisant sa véhicule en donnant du dos à la route, et faisant tourner le compter à des limites extrêmes de vitesse.
L'individu en question a certes été très vite appréhendé par les services de police pour « excès de vitesse » et «conduite mettant la vie d'autrui en danger», mais les cas de ce genre sont légion.
Ces démonstrations de force, filmées pour la postérité ou pas, alertent en effet sur les conditions d'octroi des permis de conduire. Connaître par cœur le Code de la route et les règles de base de la conduite est-il suffisant pour être considéré « apte » à manier un véhicule ?
Depuis l'an 2000, le nombre de décès annuels sur les routes a fluctué entre 3.000 et 4.200, sans tendance claire. Le nombre des morts sur les routes par 100.000 habitants au Maroc a certes diminué de 22% entre 2000 et 2018, mais la moyenne des décès par 100.000 habitants demeure encore conséquente. En 2018, 9,9 morts sur route par 100.000 habitants ont été enregistrées, contre 12,7 en 2000. À titre de comparaison, la moyenne de l'Union européenne compte 4,9 décès pour 100.000 habitants en 2018.
Si ces chiffres confirment un constat, c'est bien celui que l'aspect psychologique et mental est à prendre très au sérieux lorsqu'il s'agit d'évaluer la capacité d'un individu à conduire ou encore sa compétence en la matière. Troubles psychologiques, immaturité, insouciance, plusieurs facteurs font que plusieurs conducteurs font fi du Code de la route et de la sécurité des autres usagers.
L'avis de la psychologue clinicienne Khaoula Chergaoui abonde d'ailleurs dans ce sens. Réagissant au cas du jeune «Ould Lfchouch » qui a défrayé la chronique récemment, la spécialiste fait remonter la tendance à se vanter de ce genre de «prouesses », aux sociétés primitives, où les comportements de prises de risques faisaient partie des rites de passages accompagnant le changement de statut social des jeunes individus.
La réussite des épreuves difficiles, dangereuses était félicitée, encouragée, ajoute Dr Chergaoui. « Le sujet les traversant est un Héros, méritant le respect et la considération des membres de sa tribu, consolidant ainsi sa place dans le clan », souligne la clinicienne.
À cela, détaille Dr Chergaoui, s'ajouterait un autre élément déterminant, celui du regard de l'autre. « Que vaut un héros s'il n'est pas reconnu en tant que tel aux yeux de l'Autre ? Alors, aliéné par l'idéal héroïque, le sujet cherche à faire témoigner les autres de ses prises de risque à travers des mises en spectacle », explique la même source en faisant allusion à la diffusion par ces « kamikazes des routes » des photos et vidéos de leurs « performances ».
Respecter la loi, ajoute le Dr Cherqaoui, suppose la présence de fonctions paternelles opérantes et structurantes accompagnées d'une intégration du sens des interdits, des limites (les siennes et celles des autres). C'est dans ce sens que pour tenter de palier au fléau des excès de vitesse sur la route et des prises de risques auto et hétérodestructeurs de la part des conducteurs, il serait d'un grand apport de questionner tout d'abord le contexte social marocain dans son rapport aux limites de soi et d'autrui, au respect de l'autre dans son altérité dans le cadre socioéducatif actuel. Cela dans le but de tenter d'approcher le contexte où évoluent les citoyens de demain qui seront d'abord en mesure d'être formés pour un permis de conduite avant l'obtention du permis de conduire.
D'autre part, ajoute la psychologue, les responsables des mesures de la réglementation de l'obtention du permis de conduire gagneraient à recourir à l'expertise de différents professionnels de la santé mentale, en vue d'établir une évaluation précoce en intervention directe ou en formant les moniteurs à soulever certains traits de tendances à l'impulsivité et aux passages à l'acte. Les excès de vitesse et la conduite imprudente ne sont qu'une expression symptomatologique parmi tant d'autres de certains mal-êtres psychiques qui gagneraient à être repérés et pris en charge.
Repenser certaines modalités du rappel à l'ordre suite aux transgressions des règles du Code de la route en intégrant des évaluations psychotechniques après un nombre d'infractions commises, en évaluant certains processus cognitifs et des croyances propres au conducteur et relatives à ses performances, seraient d'un apport considérable, ajoute notre source.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.