Décès d'Ahmed Snoussi, ancien diplomate, 92 ans    Pass vaccinal: un choix stratégique pour les Marocains    PLF-2022: Voici le nombre de postes budgétaires prévus    Comment le Maroc se prépare pour exploiter son "or vert"    Santé: Akdital se mobilise dans la lutte contre le cancer du sein    Abdulrazak Gurnah, prix nobel de littérature 2021    Prix du gaz butane et produits alimentaires: ce que prévoit le PLF 2022    Budget de l'Etat: le montant des dépenses d'investissement en 2022 (note de présentation)    Attentat à la bombe en Syrie: 13 morts à Damas    Botola Pro D1 / IRT-FAR (2-0) : Une victoire dopante des Militaires avant le décisif match « retour » de la Coupe de la CAF    LaLiga et le monde du football se préparent pour le premier ElClasico de la saison    CAN féminine 2022 : Ce mercredi, ouverture des qualifications    Latifa Akharbach: "La pandémie a rappelé la grande utilité sociale des médias"    L'ONU désigne Omar Hilale co-président d'un groupe sur les ODD    Le Maroc à l'expo 2020 dubai: Cap sur l'émergence    Urgent. Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni à compter de ce mercredi 20 Octobre    Le Maroc suspend les vols vers l'Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni    Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni    Chine. Quatre propositions pour assurer la protection de la biodiversité    Budget de l'Etat: ce que dit la note de présentation PLF 2022    Le FMI s'attend à un renforcement de la reprise post-Covid au Maroc    Le gouvernement néerlandais réagit aux attaques contre les consulats marocains    Afghanistan: une grenade vise un véhicule de police    Allemagne : deux ex-soldats interpellés, soupçonnés d'avoir voulu créer un commando terroriste    « La coopération migratoire avec le Maroc est très bonne », estime un ambassadeur suisse    Le nouvel ambassadeur d'Israël au Maroc accorde un entretien à la chaîne i24news [Vidéo]    Les vandales des Consulats du Maroc à Utrecht et Den Bosch condamnés par la Justice néerlandaise    Etablissements et entreprises publics : 92,1 MMDH de programmes d'investissement en 2022    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    Le détail du Projet de loi de finances 2022 [Document]    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 octobre 2021 à 16H00    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Projet de loi des Finances 2022 : 245 milliards d'investissement public, 3,2% de croissance anticipée    Examen des Orientations générales du PLF pour l'année budgétaire 2022    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Constat de l'OCDE sur les accidents de la circulation au Maroc : Un coût de 17,6 milliards de Dh par an pour le Maroc
Publié dans L'opinion le 14 - 10 - 2015

Avec 100 véhicules immatriculés pour 1 000 habitants, la motorisation parc automobile est à ses balbutiements au Maroc, note le rapport « Road Safety Annual Report 2015 » publié hier, 12 octobre, par l'Organisation économique et de développement en Europe, OCDE.
Alors que la motorisation doublé entre 2000 et 2013, la mortalité routière a augmenté just1,4% au cours de ces années, et a diminué de 8% en 2013 et de 8,7% en 2014. Les piétons et les utilisateurs de véhicules à deux roues restent groupe le plus touché, ce qui représente 53% des décès. Dans les zones urbaines, les piétons et les motocyclistes représentaient 78% des décès en 2013.
Au Maroc, un tué sur la route est toute personne qui décède immédiatement ou dans les 30 jours à la suite d'un accident de la route.
Une personne gravement blessée est toute personne blessée dans un accident de la route nécessitant une hospitalisation de six jours ou plus.
Une personne légèrement blessé est celle qui est blessée dans un accident de la route et qui nécessite un traitement médical ou une hospitalisation de moins de six jours.
Au Maroc, les données d'accidents sont recueillies sur les lieux de l'accident par la police nationale dans les zones urbaines et la gendarmerie dans les zones rurales.
Les policiers sont censés être présents à tous les accidents où il y a des blessés ou des morts. Seules les données relatives aux accidents avec dommages matériels ne sont pas enregistrés.
Les Informations sur les accidents sont consignés sur un formulaire similaire à celui utilisé en France. Ce formulaire contient des informations sur les circonstances de l'accident, l'emplacement, le nombre de victimes, etc. Il est prévu d'introduire progressivement le Global Système Information dans les rapports de police.
Les données sont consolidées au niveau national par la Direction des transports routiers et de la sécurité routière, relevant du ministère de l'Equipement, des Transports et de la Logistique, et sont e dans une base de données gérée par la même entité depuis les années 1970.
Les policiers sont en contact avec les hôpitaux pour compléter leurs rapports en cas de blessures;
Cependant, il n'y a aucun détail sur le niveau spécifique de blessures tels les 10 systèmes retenus par la Classification internationale des maladies.
Le niveau de la sous-déclaration est inconnue. Dans son rapport de 2013, l'Organisation mondiale de la santé (OMS, 2014), estime qu'en 2010 le nombre total de victimes de la route est d'environ 5 700, tandis que le nombre déclaré était de 3 778. Cette estimation suggère que les rapports de police couvrent 70% des décès de la route .
En 2014, il y avait 3 381 morts sur les routes signalés, soit une baisse de 11,7% par rapport to 2013. Le nombre de blessés graves a diminué de 15%, tandis que le nombre d'accidents a augmenté de 0,3% et le nombre de blessés légers a augmenté de 0,7%.
En 2013, il y avait 3 832 morts sur les routes signalées, correspondant à une baisse de 8% par rapport à 2012.
La motorisation se développe rapidement au Maroc. Entre 2000 et 2013, le parc automobile a presque doublé. Cependant, avec 100 véhicules immatriculés pour 1 000 habitants, motorisation est à ses balbutiements, et l'on peut s'attendre à une forte augmentation de la flotte de véhicules dans les prochaines années. Cela nécessitera la mise en oeuvre d'un large éventail de mesures de sécurité routière pour éviter une explosion du nombre d'accidents de la circulation.
Le nombre des décès sur les routes déclarés dans les rapports de police a atteint un sommet en 2011, avec 4 222 personnes tuées.
Entre 1990 et 2013, le nombre de victimes de la route signalées a augmenté de 38%.
Après une tendance à la hausse, le nombre de tués sur les routes a enregistré un chiffre sensiblement inférieur en 1996 (2 807 décès), par rapport aux cinq années précédentes. Cela a été attribué à une forte mobilisation des différents services de la sécurité routière.
De 1996 jusqu'en 2004, quand une stratégie nationale de sécurité routière a été adoptée, le nombre de tués sur les routes a augmenté. Au cours de la mise en oeuvre de la stratégie nationale (2004-13), le nombre de décès a fluctué. Les mesures prises dans le cadre de la stratégie incluent :
- le contrôle de la vitesse de traitement des points noirs
- la mise en place de passages pour piétons et de pistes cyclables
- le lancement de campagnes de sensibilisation contre l'excès de vitesse, le port de ceinture de sécurité et du casque, contre la fatigue et la distraction, etc.
- la réforme de la visite techniquedu véhicule
- la réforme de l'examen du permis de conduire
- l'introduction d'un système de points de pénalité.
Les piétons et les utilisateurs de véhicules à deux roues restent le groupe le plus touché,
enregistrant plus de la moitié (53%) du total des décès, alors que les occupants de voitures de tourisme représentent 22% des accidents mortels. Dans les zones urbaines, 78% des victimes des victimes des accidents de la circulation sont des piétons et les conducteurs de deux-roues.
Les données sur les accidents montrent que 30% des décès sont enregistrés au cours de la période de vacances de Juillet, Août et Septembre.
En 2013, le taux de mortalité était de 11,6 décès pour 100 000 habitants; tandis que le risque de mortalité était de 11,7 pour 10 000 véhicules immatriculés. Ces taux sont élevés par rapport au pays de l'OECD.
Les usagers de la route vulnérables (piétons, cyclistes et motocyclistes) représentent plus de la moitié de décès. Les piétons sont les principales victimes des accidents de la circulation, ce qui représente 26% de toutes les victimes, suivis par les occupants de la voiture (22%) et les motocyclistes (21%).
Depuis 1990, la situation est détériorée pour tous les groupes d'utilisateurs, et en particulier pour motocyclistes, pour lesquels les décès ont plus que doublé malgré une légère amélioration en 2013. Cette augmentation spectaculaire est corrélative à une très forte augmentation de la flotte de la moto au Maroc au cours de la même période (+108%).
Entre 2000 et 2013, nombre de piétons tués a diminué de 11% et de cyclistes tués a baissé de 3,4%, tandis que la moto et de voitures particulières ont augmenté de décès de 96% et 22% respectivement.
En 2013, la réduction du nombre de décès a bénéficié tous les groupes d'âge, mais la plus forte réduction a concerné les enfants âgŽs de 6 à17 ans, dont les décès ont diminué de plus de 28%, passant de 400 en 2012 pour 286 en 2013.
Plus de deux tiers des accidents se produisent dans les zones bâties, mais les accidents les plus graves se produisent sur les routes rurales, où ont lieu les deux tiers des accidents mortels. Les accidents hors zones urbaines sont souvent liés à l'excès de vitesse ayant des conséquences plus graves.
En 1990, la longueur totale des autoroutes était de moins de 100 km et comptait 2% des décès. En 2013, la longueur totale des autoroutes s'est élevée à 1 400 km et compte 7% des accidents mortels. En 2013, dans les zones urbaines, les piétons et les motocyclistes représentaient 78% des décès.
Accidents de la circulation représentent des coûts importants pour la société marocaine. En 2013, il a été estimé que les accidents coûtent 1,6 milliard d'euros. Selon les estimations de la Banque mondiale, les accidents représentent 2% du produit intérieur brut du Maroc.
Depuis Octobre 2010, le Code de la route marocain a fixé le maximum admissible d'alcool dans le sang à 0,2 g / l, mesurée par échantillon de sang et de 0,1 mg/l, quantité mesurée par des tests d'alcoométrie.
En 2013, la consommation d'alcool a été citée comme un facteur contribuant à 2,3% de tous les accidents.
Selon le Code de la route, il est interdit de conduire sous l'influence de drogues illicites. Cette mesure n'a pas encore été appliquée.
Distraction
L'utilisation des téléphones portables pendant la conduite est interdite. L'utilisation d'appareils mains libres pendant la conduite est autorisée. En 2011, il a été estimé que 12% des conducteurs utilisaient un téléphone mobile pendant la conduite.
En 2013, il a été estimé que près de 1,2% des accidents sont dus à la fatigue.
Utilisation de la ceinture est obligatoire pour les sièges avant dans les zones rurales depuis 1977, et depuis 2005 pour les sièges avant dans les zones urbaines et les sièges arrière dans les zones rurales. Selon une étude d'observation menée en 2011, le taux de port est de 49% pour les conducteurs et 46% pour les passagers des sièges avant
Depuis 1976, tous les coureurs de deux-roues motorisés sont tenus de porter un casque. En 2011, le taux de port du casque était de 43% pour les conducteurs et 8% pour les passagers.
L'agence responsable de la gestion de la sécurité routière est la Direction des transports routiers et de la sécurité routière du ministère des Transports, de l'Infrastructure et de la logistique.
En 2006, plusieurs comités dédiés à la sécurité routière ont été créés: le Comité interministériel de la sécurité routière présidé par le chef du gouvernement; du Comité permanent pour la sécurité routière, présidé par le ministre des Transports, de l'Infrastructure et de la logistique; et les comités régionaux pour la sécurité routière. Le Comité interministériel est chargé de la validation des stratégies de routes nationales, la coordination, le suivi de la mise en oeuvre de plans et de l'évaluation action. Le Comité permanent pour la sécurité routière a le rôle de Secrétariat technique du Comité interministériel. Parmi les membres de ce comité sont: le ministère de l'Intérieur, ministère de la Justice, le ministère de la Santé, Ministère de l'Education Nationale, le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique, la police, la gendarmerie et le Comité national pour la prévention des accidents de la circulation .
Il ya un projet de transformer le Comité national pour la prévention des accidents de la circulation dans un organisme chef de file de la sécurité routière.
Stratégie de sécurité routière pour la période 2011-2020
La Stratégie de sécurité routière nationale précédente portait sur la période 2004-13. La Banque mondiale apporte une assistance dans la préparation d'une nouvelle stratégie de sécurité routière qui couvrira la période 2016-25. Les orientations stratégiques pour la période intérimaire 2014-15 sont basées sur les mêmes neuf piliers que l'ancienne stratégie:
- haut niveau de coordination
- législation
-surveillance et le contrôle véhicule
- formation des conducteurs et des moniteurs
- infrastructure
- Services d'urgence et de sauvetage
- communication et de sensibilisation
- éducation
- recherche et développement.
Objectifs de sécurité routière
La première stratégie n'a pas fixé d'objectifs quantifiés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.