Le gouvernement mauritanien condamne les propos de Raissouni    Nador : 13 migrants condamnés à deux ans et demi de prison ferme    Jerusalem-Ankara. Une normalisation très avancée    M'diq: l'incendie de forêt presque entièrement maîtrisé    Le Maroc persévère dans sa lutte contre la traite des humains    Vague de chaleur de vendredi à dimanche dans plusieurs régions    Le Mali demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur les «actes d'agression» français    Le président tunisien Kais Saied entérine la nouvelle Constitution    Plan d'aide de Séoul pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne    Jeux de la solidarité islamique, karaté : deux médailles d'or pour le Maroc    Brésil-Argentine annulé    Espagne : Sanchez veut un gazoduc connecté à l'Europe centrale    Fête nationale gabonaise: activités sportives et culturelles à Laâyoune    La forteresse « Casa del Mar »    Un Tremplin rythmé et électrique au stade du R.U.C. à Casablanca    Ciné Plage de Harhoura n'aura pas lieu    L'acteur marocain Mohamed Zyat est hospitalisé (VIDEO)    Agadir: Présentation des opportunités d'investissement aux Marocains du monde    Google : Les robots appelés à prendre des décisions    France : Les étudiants universitaires marocains connaîtront une nouvelle augmentation de frais de rentrée    Marrakech : Célébration du 69ème anniversaire de la Manifestation du Mechouar    فيروس كورونا : 109 إصابات جديدة دون وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Beach-soccer: le Maroc qualifié pour la CAN 2022    Dogmatisme aveuglant !    Casablanca : «Al Majdoubia » de Saâdallah brille lors du Festival Al Fida    Tragédie de Khouribga: les dernières précisions d'un responsable (VIDEO)    Mercato : le Marocain Benjamin Bouchouari rejoint l'AS Saint-Étienne (PHOTO)    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 Aout 2022    Dakhla : Une touriste française succombe à ses blessures causées par des chiens errants    Maroc : 1 819 agents d'autorité concernés par un mouvement de mutation    Ronaldo promet la "vérité" en réponse aux "mensonges" des médias    Serie A: ouverture d'une enquête après les cris racistes contre Osimhen    Compétitions africaines interclubs : La participation des Raja, Wydad (LDC) ,AS FAR et RSB officiellement validée par la CAF    Le Radisson Hotel Group s'implante à Saïdia    L'ambassadeur chinois à Washington met en garde les Etats-Unis contre les conséquences de son soutien à Taïwan    Myanmar : Les Rohingyas exigent un environnement favorable à leur rapatriement    Le roi Mohammed VI félicite les présidents indonésien et gabonais    Le Nord plébiscité par les touristes    L'Ukraine annonce le départ du 1er navire de céréales pour l'Afrique    «Vaste manifestation marocaine vers Tindouf»: séisme en Algérie après les propos d'Ahmed Raïssouni    Penser l'amour : Dans le jardin amoureux de Fatéma Mernissi    Culture et conflits : Une crise de mutation pour sauver le monde    Essaouira : La tribu Oulad Tidrarine Alansar fête son 46è moussem culturel et religieux    Trafic de drogues et de psychotropes : Arrestation de 26 individus à Fès    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mbarka Bouaida, Députée RNI: «La montagne a accouché d'une souris»
Publié dans Les ECO le 19 - 03 - 2012


Mbarka Bouaida, Députée RNI
Les Echos quotidien : Quelle lecture fait le RNI de la loi de finances 2012 ?
Mbarka Bouaida : C'est la montagne qui accouche d'une souris. Le projet de loi de finances 2012 nous semble totalement déconnecté de la déclaration gouvernementale. La profondeur stratégique nécessaire à un tel projet, censée refléter une vision politique propre au nouveau gouvernement est quasi inexistante. Après une longue période d'attente incompréhensible, la nouvelle équipe présente l'ancien projet de LF2012 préparé par ses prédécesseurs avec quelques retouches artificielles. Le citoyen attendait plus que ça. En accordant une partie de ses voix au PJD, le citoyen a voté pour une rupture, pour un changement considérable. À la lecture du projet de LF2012, il n'y a aucune perception de ce changement. Plusieurs mois donc, pour quelques amendements et certaines mesures d'ordre populistes. L'exemple parfait étant l'exonération de la taxe sur l'audiovisuel. Il s'agit d'une économie de 7 MDH sur un budget global de 189 MMDH... faites le calcul !
Certains disent que dans l'ensemble, cette loi est l'oeuvre du ministre sortant des finances, Mezouar. Qu'en pensez vous ?
Oui, il est vrai que Salaheddine Mezouar avait préparé cette loi, seulement elle était inscrite dans une vision politique différente, propre à l'ancienne équipe avec des défis et des engagements visant à maintenir un rythme de croissance conséquent. Le nouveau gouvernement a repris la même version avec des hypothèses plus pessimistes. Non seulement le nouveau gouvernement a choisi de s'inscrire dans la continuité, mais il semble manquer de courage en allant vers une prudence exagérée. Le décalage entre le discours et les faits est conséquent !
Que retenez vous de cette loi de finances ?
Plusieurs incohérences, à commencer par le taux de croissance, celui annoncé durant la campagne électorale était de 7%. Il est passé à 5,8% dans la déclaration gouvernementale, ensuite à 4,8% pour atterrir à 4,2%, dans le projet présenté jeudi dernier.
Le prix du baril de 100$ est très différent de la réalité du marché qui le situe aujourd'hui autour de 107$, avec des prévisions à tendance haussière compte tenu du contexte géopolitique et économique mondial. L'attitude du PJD sur ce point est incompréhensible, hier il rejetait ces hypothèses au nom de l'opposition, aujourd'hui il les adopte et les défend.
Ce projet de loi de finances a une forte dimension sociale, pensez vous que le gouvernement a les moyens de ses ambitions sociales ?
Tant que le nouveau gouvernement n'attaque pas les réformes de fond comme la refonte de la caisse de compensation, la réforme fiscale, la problématique de l'emploi public et privé... il ne pourra pas tenir ses engagements sociaux. En l'absence de ces réformes, le déficit commercial va dépasser les 200 MMDH ; la croissance ne dépassera pas les 3%, les réserves de changes sont ramenées à 4 mois d'importation tant qu'il n'y a pas de mesures de relance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.