Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja    Mercure est passée devant le soleil ce lundi    La DGAPR : Les mesures disciplinaires prises à l'encontre de détenus du hirak remplissent toutes les conditions juridiques    Casablanca: Commémoration du 101è anniversaire de la fin de la première guerre mondiale    Transport routier : le ministère poursuit ses consultations    Le Maroc continuera à soutenir le développement de la Libye, promet El Othmani    Tribune libre : Le marchand de bons mots    CEA : Peut-il y avoir une intégration africaine sans intégration maghrébine ?    L'agriculture bio au centre des débats à Marrakech    Paiement mobile: Comment protéger ses données ?    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    L'ex-numéro 2 de la FIFA contre-attaque devant la justice européenne    Ifrane, ville la plus froide pour demain mardi    Le Maroc à l'honneur du festival des villes anciennes à Chenguit    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    L'UE annonce la lutte contre la fraude à la TVA    Angleterre: Liverpool coule City et s'envole en tête    Experts de l'ONU : Les conditions de détention «brutales» auraient entraîné la mort de Morsi    Chili: Le gouvernement accepte de changer de Constitution    Pédocriminalité dans l'Eglise: Les évêques de France votent pour une indemnisation des victimes mineures    Raja : Patrice Carteron out !    Hong Kong paralysé par le mouvement pro-démocratie, un manifestant blessé à balle réelle    Comment le foncier public est mobilisé ?    Hyundai Heavy Industries perd son distributeur au Maroc    Botola: Première défaite de la saison pour le WAC    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : La FRMF obtient l'autorisation d'utiliser la VAR    Le Maroc se déplace à Clermont-Ferrand... et pas pour le football !    Le réalisateur Costa Gavras sera bientôt au Maroc...et vous pouvez le rencontrer !    Le zoo de Rabat se dote d'un vivarium    Bayt Dakira, la mémoire juive d'Essaouira    Radio SNRT de Dakhla, un joyau régional d'informations    Aya Nakamura : Ma fille ne connaît pas mon métier    S.A.R la Princesse Lalla Meryem préside un dîner offert par S.M le Roi en l'honneur d'Ivanka Trump    Premier League : Derrière Liverpool-City, des chocs à tous les étages    Ligue Europa : Manchester United et Séville qualifiés, la Lazio en danger    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Le régime trop sévère de Céline Dion    Leonardo DiCaprio : Greta Thunberg est un leader de notre temps    Menu copieux pour le 12ème Forum MEDays    L'initiative marocaine pour l'autonomie au cœur d'une réunion de la Chambre des représentants    Gestion du patrimoine culturel : Un atelier national à Rabat    La voie ferrée à Agadir, un bonheur!    Tajeddine El Husseini : "Le Maroc est passé d'une logique défensive à une stratégie offensive"    Discours de SM le Roi à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chaos théâtral
Publié dans Les ECO le 01 - 10 - 2010

vJ-5. Dans une salle à l'Institut Goethe de Rabat, Latefa Ahrrare répète dans différentes langues (arabe, français, amazigh, espagnol et hébreu) Kafr Naoum, sa nouvelle pièce de théâtre. Adaptée d'un recueil de poèmes de Yassine Adnane, (Kafr Naoum une ancienne ville cananéenne où régnait l'anarchie totale) retrace la vie d'une femme suspendue entre deux mondes : la vie et la mort. Une histoire au présent, mais dont les racines plongent loin dans le temps. Une histoire surtout qui explore, à travers des formes artistiques très diverses, les moyens de se raconter, de se faire sentir en tant que poésie sur une scène de théâtre. Un monodrame- Latefa sera seule sur scène- qui se base sur un récit ample et lyrique, et qui met au goût du jour les ravages intimes d'une femme qui fait face à un monde contradictoire en essayant de se réconcilier avec elle-même. « Lorsque j'ai lu le recueil de Yassine Adnane, je me suis posée la question suivante : comment représenter un tel texte si riche en émotions en une pièce de théâtre ? Vous savez, tout est jouable, même le silence. Le plus difficile, c'est la manière de l'adaptation », confie Latefa Ahrrare.
Tout en reconnaissant la difficulté de l'adaptation, Latefa Ahrrare a déjà eu à traiter d'un projet identique en adaptant des poèmes du grand Mahmoud Darwish. Un travail qui était loin d'être inintéressant pour l'œil et l'esprit.
Pour ce nouveau projet artistique de 45 minutes, Latefa Ahrrare - toujours en quête de changement - a fait appel à deux chorégraphes professionnels. Il s'agit du Marocain résidant en France, Khalid Bengharib et de l'Iranien installé au Canada, Sachar Zarif. Une nouvelle expérience marquée par une nouvelle méthode de travail, selon Latefa. En effet, la mise en scène de Kafr Naoum, sollicite une expression corporelle très dynamique. En quelque sorte, joindre le geste à la parole. «C'est très expérimental... Il y a beaucoup d'expressions corporelles qui émanent de mon quotidien, mais avec une touche moderne. Les deux chorégraphes avec qui j'ai collaboré ont apporté leur savoir-faire dans ce domaine. J'avoue que, grâce à cette pièce, je suis en train de vivre un virement dans ma vie d'artiste», confirme l'actrice.
Une tournée internationale
Parrainée, entre autres, par l'Institut Cervantès, Kafr Naoum sera représentée le 6 octobre au théâtre Dar Attakafa à Marrakech. Deux jours, le public de Rabat aura l'occasion d'apprécier ce nouveau travail à l'Institut Cervantès. La représentation officielle, elle, aura lieu le 28 octobre au Théâtre Mohammed V à Rabat. «Je peux dire que j'ai un programme assez chargé. Dès le début du mois de novembre, je serai en Jordanie pour présenter ma pièce. Puis, suivront la Belgique et la Pologne». Grâce à cette pièce, Latefa Ahrrare renoue avec son premier amour, le théâtre, et confirme ainsi sa qualité de dramaturge.
Ihssane Andaloussi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.