Evolution du coronavirus au Maroc : 394 nouveaux cas, 485.147 au total, jeudi 4 mars 2021 à 18 heures    Covid-19: les Français vivant au Maroc ont bénéficié gratuitement des vaccins    Ziyech dans le viseur d'un club espagnol    Coup dur pour le FC Barcelone !    Fortes averses orageuses et chutes de neige au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Kamal Lahlou reconduit à la tête de la Fédération marocaine des médias    Djibouti : une vingtaine de migrants meurent noyés, sacrifiés par des passeurs    Driss Lachguar reçoit le président de la FRMHB, une délégation des présidents des communes d'El Kelaâ des Sraghna et le Pr. Allal Basraoui    Marché du travail : Egalité femmes-hommes, une équation qui reste encore à résoudre    ASFAR, Raja et HUSA toujours en course    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    50 candidats au poste d'entraîneur du RCOZ    Participation de l'USS Dwight D.Eisenhower à un exercice maritime USA-Maroc    Quelles pourraient être les causes d' une guerre entre les Etats-Unis et la Chine ?    La Grèce évalue les dégâts après un séisme de magnitude 6,3    Coronavirus : le Maroc parmi les 10 premiers pays qui ont réussi le défi de la vaccination, selon l'OMS    Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata en lice pour le Prix international du roman arabe    ElGrande Toto monte le son !    Légalisation de la production et de l'usage thérapeutique du cannabis : le gouvernement tergiverse encore    La Suède étend le vaccin AstraZeneca aux plus de 65 ans    Le Wydad retrouve le Horoya Conakry    Sofiane Diop, le nouveau dossier chaud de Vahid !    2ème édition du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle    Priorité au Plan de transformation numérique de la justice dans le Royaume    La Jordanie ouvre un consulat général à Laâyoune    Une coopération «exemplaire» entre la France et le Maroc    Blanchiment : des progrès à renforcer    Le Maroc réitère au Caire sa ferme solidarité avec le peuple palestinien    Grande exposition-hommage à Bert Flint    Le pape plaide «la réconciliation»    Cambodge : Sam Rainsy condamné à 25 ans de prison    Prolongation de l'état d'urgence sanitaire au 10 avril    Startup : l'incubateur IsraMaroc opérationnel dans les prochains jours    Brusque coup de froid sur les relations entre Rabat et Berlin : le funambulisme allemand qui déplaît au Maroc    Les cabinets de pression Américains s'activent contre la Marocanité du Sahara    Sahel : le Maroc considère les djihadistes comme un aimant pour les cellules locales    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    La BVC démarre en baisse    Le président du Conseil mondial de l'eau se félicite des réalisations accomplies par le Maroc    Assilah : avortement d'une opération de trafic international de drogue    Adoption en commission d'un projet de loi organique relatif à la chambre des représentants    Crise : 40 % des entreprises algériennes risquent de disparaître    Le Club des dirigeants Maroc prospecte les opportunités d'investissement dans la région de Dakhla-Oued Eddahab    Barça: les buts de la remontada face à Séville (VIDEO)    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    "Vision de la jeunesse pour le Maroc post-Covid-19 " , un ouvrage du gouvernement parallèle des jeunes    Promotion des droits reproductifs Le ministère de la santé et UNFPA s'unissent    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khalid Aït Taleb aurait-il pu mieux faire ?
Publié dans Les ECO le 28 - 09 - 2020

Khalid Aït Taleb aurait-il pu mieux faire dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire ? Le ministre de la Santé estime qu'il est facile de porter des jugements a posteriori, alors qu'il fallait gérer cette crise à chaud pour éviter des situations dramatiques. Le responsable gouvernemental se veut rassurant quant à la situation épidémiologique tout en appelant à ne pas baisser la garde. Le retour au confinement est écarté. La réforme du secteur s'impose pour redresser les dysfonctionnements structurels.
Jamais le ministère de la Santé n'aura été à ce point au centre des intérêts et n'aura suscité autant de critiques. Le département de Khalid Aït Taleb est vertement critiqué pour ses choix en matière de gestion de la crise sanitaire. Aurait-il pu mieux faire pour maîtriser la situation et éviter de bloquer la vie économique et sociale ? C'est en tout cas ce que pensent certains professionnels et parlementaires qui décochent leurs flèches acérées contre les choix adoptés. Dans un entretien qu'il nous a accordé, le chef du département de la Santé estime qu'il est facile de porter des jugements a posteriori, alors qu'il fallait gérer la crise à chaud pour éviter des situations dramatiques. Sur le plan des structures hospitalières, certaines failles ont été, certes, enregistrées, mais «aucun système n'est parfait», dit-il tout en précisant que le secteur de la santé publique a réussi avec brio la gestion de la crise, malgré les difficultés structurelles dans lesquelles il baigne depuis de longues années.
L'espoir repose sur le vaccin
Le système tiendra-t-il encore le coup ? Dans l'immédiat, il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Mais les citoyens sont appelés à rester vigilants car le Maroc n'est pas à l'abri d'une deuxième vague qui risque de peser lourdement sur le système de santé national qui est arrivé à maîtriser la situation jusque-là Mais une recrudescence des cas pourrait s'avérer fatale pour le royaume. Le vaccin reste le seul espoir pour tous les pays, dont le Maroc qui essaie, autant que faire se peut, de se positionner sur le marché international et de sceller des accords pour pouvoir disposer de doses suffisantes en temps opportun. Quid de l'éventuel retour au confinement que redoutent les Marocains ? Le ministre de la Santé est on ne peut plus clair sur la question. Ce scénario est écarté, car s'il permet momentanément de limiter la propagation du virus, après le déconfinement, c'est un retour à la case départ. Du point de vue scientifique, le confinement ne pourrait être décidé qu'en cas de flambée vertigineuse des cas, engendrant une saturation des services de réanimation, selon Ait Taleb. On en est encore loin au Maroc. Le nombre de cas graves reste en effet inférieur à celui des lits de réanimation dédiés à la Covid-19. Khalid Aït Taleb se veut rassurant, indiquant que la situation reste maîtrisée en dépit de l'évolution de la situation épidémiologique depuis mars dernier………………………………………..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.