Coupe de la CAF: on connaît l'adversaire de Berkane en finale    Enseignant décapité en France: les derniers éléments de l'affaire    Vents poussiéreux et aveuglants s'abattent sur Settat (VIDEO)    Subvention des projets artistiques : El Ferdaous fait le point    Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de feu maître Ahmed Dghrni    Coronavirus : Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech…la situation dans chaque ville    Maroc. L'école, un enjeu vital    Quatre tonnes de résine de cannabis saisies près d'Al-Hoceima    Investissements publics. Ce que prévoit le gouvernement pour2021    Tennis : Lajovic, Rublev et Zverev, le tiercé gagnant    Présidentielle US : Insultes, attaques, tous les coups seraient-ils permis en campagne ?    Les Etats-Unis saluent le leadership de S.M le Roi dans les questions d'intérêt commun    L'ONMT donne un coup d' accélérateur à son plan de relance touristique national    La FIFA inaugure un programme exécutif de lutte contre le dopage    Diego Costa absent face au Bayern    Larbi Naji, fidèle combattant de Berkane    L'Alliance du Pacifique réitère son appui au Plan d'autonomie au Sahara    Installation de la Commission des droits de l'Homme de Fès-Meknès    Moscou prêt à un gel russo-américain du nombre de têtes nucléaires    Athènes demande à l'UE d'examiner la suspension de l' union douanière avec Ankara    Asha, la nouvelle révélation marocaine de la chanson espagnole    El Jadida : Une mineure dénonce son père incestueux    Sahara marocain : Le «Polisario» poursuit ses provocations sous le regard de la MINURSO    Scandale de l'arbitrage : le Raja se plaint auprès de la CAF    Covid-19, pas de vaccin avant 2021    Il existerait six types différents de coronavirus [Etude]    Projet de loi de finances : ce qui est prévu pour la Santé    Convention entre Rabat et Madrid pour lutter contre la criminalité    Atlantic Free Zone. MEDZ et DMA signent pour une extension    Marrakech: le musée Yves Saint Laurent rouvre ses portes    Institut français du Maroc : le post-Covid-19 sera digital !    Les mesures restrictives prolongées à Jerada    Le match Zamalek-Raja sera-t-il reporté ? Les explications d'un ancien membre de la CAF    JESA en mission pour la réalisation d'une Cité Olympique à Abidjan    Benabdallah: «le quotient électoral n'est pas du tout une obsession des Marocains»    Relance économique: des mesures fiscales pour contrecarrer les répercussions du covid    Tourisme: l'ONMT passe à la vitesse supérieure    Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    Le PLF-2021, un projet réaliste qui tient compte des «capacités objectives»    IDE : le Maroc s'accapare la 9ème place dans la région MENA en 2019 [Rapport]    Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    Boujemaâ Lakhdar, le maître    Le Maroc récupère 25.500 pièces archéologiques rares    Cinemed. Les films marocains cartonnent au festival de Montpellier    "La lecture, acte de résistance": «Un élan de solidarité citoyenne pour sauver le livre»    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khalid Aït Taleb aurait-il pu mieux faire ?
Publié dans Les ECO le 28 - 09 - 2020

Khalid Aït Taleb aurait-il pu mieux faire dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire ? Le ministre de la Santé estime qu'il est facile de porter des jugements a posteriori, alors qu'il fallait gérer cette crise à chaud pour éviter des situations dramatiques. Le responsable gouvernemental se veut rassurant quant à la situation épidémiologique tout en appelant à ne pas baisser la garde. Le retour au confinement est écarté. La réforme du secteur s'impose pour redresser les dysfonctionnements structurels.
Jamais le ministère de la Santé n'aura été à ce point au centre des intérêts et n'aura suscité autant de critiques. Le département de Khalid Aït Taleb est vertement critiqué pour ses choix en matière de gestion de la crise sanitaire. Aurait-il pu mieux faire pour maîtriser la situation et éviter de bloquer la vie économique et sociale ? C'est en tout cas ce que pensent certains professionnels et parlementaires qui décochent leurs flèches acérées contre les choix adoptés. Dans un entretien qu'il nous a accordé, le chef du département de la Santé estime qu'il est facile de porter des jugements a posteriori, alors qu'il fallait gérer la crise à chaud pour éviter des situations dramatiques. Sur le plan des structures hospitalières, certaines failles ont été, certes, enregistrées, mais «aucun système n'est parfait», dit-il tout en précisant que le secteur de la santé publique a réussi avec brio la gestion de la crise, malgré les difficultés structurelles dans lesquelles il baigne depuis de longues années.
L'espoir repose sur le vaccin
Le système tiendra-t-il encore le coup ? Dans l'immédiat, il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Mais les citoyens sont appelés à rester vigilants car le Maroc n'est pas à l'abri d'une deuxième vague qui risque de peser lourdement sur le système de santé national qui est arrivé à maîtriser la situation jusque-là Mais une recrudescence des cas pourrait s'avérer fatale pour le royaume. Le vaccin reste le seul espoir pour tous les pays, dont le Maroc qui essaie, autant que faire se peut, de se positionner sur le marché international et de sceller des accords pour pouvoir disposer de doses suffisantes en temps opportun. Quid de l'éventuel retour au confinement que redoutent les Marocains ? Le ministre de la Santé est on ne peut plus clair sur la question. Ce scénario est écarté, car s'il permet momentanément de limiter la propagation du virus, après le déconfinement, c'est un retour à la case départ. Du point de vue scientifique, le confinement ne pourrait être décidé qu'en cas de flambée vertigineuse des cas, engendrant une saturation des services de réanimation, selon Ait Taleb. On en est encore loin au Maroc. Le nombre de cas graves reste en effet inférieur à celui des lits de réanimation dédiés à la Covid-19. Khalid Aït Taleb se veut rassurant, indiquant que la situation reste maîtrisée en dépit de l'évolution de la situation épidémiologique depuis mars dernier………………………………………..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.