Entretien téléphonique entre Bourita et son homologue mauritanien    Maroc-Israël-USA : Un nouvel « Ordre régional » se dessine    Coupe du monde de futsal : Le Maroc et le Portugal se neutralisent (3-3)    LDC de la CAF : Le Raja face LPRC Oilers du Liberia, le WAC défiera les Ghanéens de Hearts of Oak    Rico refuse d'affronter Badr Hari « s'il continue de perdre ses matchs »    Mesures restrictives : Azeddine Ibrahimi plaide pour l'allègement    Bourse: Les comptes de Lydec retrouvent des couleurs au premier semestre 2021    Tarik Kadiri de l'Istiqlal prend la tête du conseil communal de Berrechid    Participation au gouvernement. Le Conseil National de l'Istiqlal donne son feu vert    OCP et l'Ethiopie signent un accord de 3,7 milliards de dollars pour une usine d'engrais    Le réseau EF&F lance un concours international de projets innovants    Hapag-Lloyd s'implante au Maroc    Naoufal El Heziti élu président    Les produits agricoles et halieutiques marocains à la conquête du marché américains    La production laitière, fer de lance du développement régional    Mohamed Benhammou désigné président de la Fédération africaine de cybersécurité    Mort d'Abdelaziz Bouteflika : l'ultime humiliation du pouvoir algérien au président défunt    Succès complet pour la première mission privée de SpaceX    Migration : Washington actionne les charters des expulsions    La CDG adhère au programme    La haine dans l'âme...que Dieu lui pardonne!    L'Opinion : L'Istiqlal, valeur sûre pour le prochain gouvernement    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Angleterre : Liverpool passe devant, Manchester City cale    La Jeunesse sportive Salmi continue sur sa lancée!    Casablanca : L'Eglise de Saint John fin prête pour accueillir les fidèles    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 septembre 2021 à 16H00    Etudes en Chine: Plus de 500 dossiers de bourses remis à des jeunes marocains (FUSAAA)    Qui sabote l'école publique à Essaouira?    Un acte scandaleux qui ne doit plus se répéter    Le « relooking » de l'Education nationale à l'ère du Covid    Kénitra : soupçonnés de corruption et d'extorsion, des policiers renvoyés devant le tribunal    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Afrique du Sud : le nouveau maire de Johannesburg mort dans un accident de la route    Nouvelle secousse de magnitude 3,9 ressentie à Driouch    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Apiculture: une niche au chevet des petits exploitants    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 septembre 2021 à 16H00    La Juventus annonce des pertes de 210 millions d'euros    Exposition: horticulteur attentionné    Décès de l'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika à l'âge de 84 ans    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Acheuléen, quand le Maroc fait parler les pierres de la préhistoire
Publié dans Les ECO le 31 - 07 - 2021

La multiplication des découvertes archéologiques édifiantes au Maroc, dont la dernière est le déterrement du plus ancien Acheuléen de l'Afrique du Nord à Casablanca, fait du Royaume une destination des plus prisées des chercheurs des trésors enfouis de l'Histoire, particulièrement ceux en quête d'une connaissance encore plus précise des origines des êtres humains.
La valeur de la préhistoire marocaine a pris un tournant majeur avec la découverte en 2017 des plus anciens Homo sapiens au monde sous le sol du Royaume. Maroc. Avec la trouvaille de l'Acheuléen, qui date de 1,3 million d'années d'après une équipe de recherche franco-italo-marocaine, c'est un nouveau pas géant vers la démystification de certains secrets jusque-là impénétrables, voire une ébauche pour la réécriture d'une partie de l'histoire de l'humanité.
Ces intéressantes découvertes replacent encore une fois la région de Casablanca, en particulier, et le Maroc, en général, en tête des études et recherches sur l'origine de l'Homme, l'évolution de ses techniques, de ses cultures, ses déplacements entre des différentes régions de l'Afrique puis vers l'Europe et l'Asie, a expliqué le chercheur en préhistoire Abderrahim Mohib.
« Ces découvertes contribuent certainement à la résolution, sinon à apporter des éléments nouveaux en ce qui concerne toutes ces questions », a souligné Mohib dans un entretien à la MAP.
Ainsi, la découverte récente au site L de la carrière Thomas I Ouest de Casablanca, « n'est pas un effet du hasard », mais c'est le fruit d'un cursus très long de recherches qui se passe dans le cadre d'un programme maroco-français lancé depuis 1978, a tenu à préciser l'archéologue marocain qui a codirigé les travaux de recherches dans le site précité.
Le site de la découverte en question a été identifié en 1985 dont la première fouille a été effectuée en 1988 et depuis, jusqu'à aujourd'hui les recherches se poursuivent (fouilles, études, échantillonnage..), a-t-il fait savoir, ajoutant que c'est tout un processus très long pour mettre en valeur ce niveau (L) archéologique de la carrière Thomas I.
Par ailleurs, après avoir défini l'Acheuléen en tant qu'une culture matérielle qui caractérise le Paléolithique ancien, l'expert marocain a passé en revue les vestiges archéologiques qui ont été découverts, notamment les bifaces (triédriques, hachereaux...) ainsi que d'autres objets taillés qui entrent dans l'outillage ou l'industrie lithique de ces Acheuléens.
Mohib a, par la suite, énuméré les étapes par lesquelles les archéologues supervisent les opérations des fouilles passant par l'enregistrement de « la pièce », (carte d'identité) jusqu'à sa conservation soit dans les laboratoires ou dans les institutions concernées en l'occurrence l'INSAP.
« Lors des fouilles, on a aussi découvert les restes fossiles d'animaux notamment de l'hippopotame, d'éléphants, de la gazelle, du zèbre, et une certaine espèce de cochon, ainsi que d'autre types d'animaux comme les rongeurs », grâce à l'association de plusieurs chercheurs (Maroc, France et d'Italie) et l'utilisation d'autres disciplines scientifiques magnétostratigraphiques et géochimiques.
D'autres recherches en perspective
Selon le chercheur marocain, il y a des recherches en perspective, notamment le programme de recherche préhistoire de Casablanca, et qui ne concerne pas seulement le site de la carrière Thomas 1, mais des sites limitrophes comme la grotte d'hominidés (600.000 et 700.000 années) où on a découvert des fossiles humains qui sont les plus anciens au Maroc. En plus, il y a la grotte des Rhoniséros située à la carrière Oulad Hamida, qui est aussi un site acheuléen daté de 700.000 ans.
Il existe aussi un autre site à l'Est de Casablanca, en l'occurrence Ahl Loghlam qui est un site paléontologique regorgeant des restes de fossiles animaux et qui sont datés de 2,5 millions ans, a-t-il relevé, précisant qu'il y a le fameux gisement de Sidi Abderrahamne qui a livré des restes humains en 1955 et classé patrimoine national 1951.
Bientôt un parc de préhistoire à Casablanca
A part l'intérêt scientifique, poursuit Mohib, cette découverte place le Maroc en tant qu'une zone de l'Afrique du Nord incontournable pour la connaissance et l'étude de ces premiers peuplements et de leurs origines et de leurs évolutions et leurs migrations.
« En termes de valorisation des découvertes récentes, le ministère de tutelle est en train de réaliser un projet de valorisation sur deux sites très importants, à savoir le parc de préhistoire de Sidi Abderrahmane Nord et le Centre d'interprétation du gisement de la carrière Thomas », a-t-il affirmé.
D'après le spécialiste, le parc de préhistoire de Sidi Abderrahmane à Casablanca sera le premier parc de préhistoire en Afrique du Nord où il sera question de raconter toute cette histoire de la préhistoire de Casablanca et de montrer la richesse du territoire national aux citoyens marocains, aux touristes étrangers et aux scientifiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.