Le pass vaccinal, une condition d'accès aux aéroports marocains    PLF 2022 : Hausse des subventions du gaz butane et des produits alimentaires    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Sahara : José Manuel Albares rectifie les duperies du Polisario    Equipement : Baraka annonce un grand chantier d'infrastructures    Déclarations de l'Algérien Mohamed Antar Daoud : la France enjoint au «respect» de sa souveraineté    Un homme retrouvé décapité et éviscéré dans le sud-est de la France, le suspect en fuite    Kénitra : trois interpellations dans une affaire d'escroquerie    Le prix Sakharov 2021 décerné à la bête noire de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny    Affaire Brahim Ghali: Les ingérences du gouvernement Sanchez dénoncées par le procureur général de Saragosse    Gazoduc Maghreb-Europe: Rabat étudie (déjà) les alternatives    En Espagne, le 40e congrès du PSOE prend fait et cause pour le Maroc, le Polisario choqué    Livres : Le chercheur Taib Ajzoul publie deux nouveaux travaux    Evolution du coronavirus au Maroc. 188 nouveaux cas, 942.967 au total, mercredi 20 octobre 2021 à 16 heures    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Selon la dernière note du HCP, la confiance des ménages s'améliore    Crise Maroc-Algérie : le nouvel ambassadeur d'Israël apporte son soutien à Rabat    Dell Technologies contribue à l'évolution du support informatique et de la sécurité    Ligue des Champions : Youssef En-Nesyri absent ce soir    Newcastle : Les Saoudiens arrivés, l'entraîneur limogé    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Sahara marocain : Le Mexique réaffirme son soutien à une solution juste et mutuellement acceptable    PLF 2022 : Net rebond des recrutements au sein de l'administration de la Défense nationale    Comment le Maroc se prépare pour exploiter son "or vert"    Décès d'Ahmed Snoussi, ancien diplomate, 92 ans    Pass vaccinal: un choix stratégique pour les Marocains    Abdulrazak Gurnah, prix nobel de littérature 2021    Impôt sur les sociétés: le PLF propose une nouvelle mesure    Liaisons aériennes : Suspension des vols avec trois pays européens    Covid-19: une nouvelle forme de variant inquiète le gouvernement britannique    Chine. Quatre propositions pour assurer la protection de la biodiversité    Urgent. Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni à compter de ce mercredi 20 Octobre    Latifa Akharbach: "La pandémie a rappelé la grande utilité sociale des médias"    LaLiga et le monde du football se préparent pour le premier ElClasico de la saison    Le FMI s'attend à un renforcement de la reprise post-Covid au Maroc    Le nouvel ambassadeur d'Israël au Maroc accorde un entretien à la chaîne i24news [Vidéo]    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Flambée des prix : des augmentations abusives ?
Publié dans Les ECO le 16 - 09 - 2021

Si l'augmentation des prix des produits de première nécessité est liée à l'évolution des cours mondiaux, celle des marges bénéficiaires est, quant à elle, qualifiée d'abusive par la Fédération marocaine des droits du consommateur (FMDC).
Avec une augmentation de l'ordre de 2,2%, la hausse de l'indice des prix à la consommation (IPC), publié par le Haut-commissariat au plan (HCP), en juillet 2021, a déjà donné un avant-goût de la flambée de certains produits alimentaires sur les étals des marchés marocains. Huile de table, pain à base de blé dur, semoule, café, riz et thé… L'envol des prix de plusieurs articles s'est fortement accéléré récemment, affectant le budget des foyers marocains, selon la Fédération marocaine des droits du consommateur (FMDC) et la Fédération nationale des associations du consommateur (FNAC).
Résultat : le pouvoir d'achat, notamment celui des couches sociales les plus défavorisées, s'en est trouvé gravement affecté. Autant de facteurs qui risquent d'alimenter la gronde sociale, surtout dans un contexte marqué par les effets de la crise sanitaire et l'attente de la formation du prochain gouvernement. Aujourd'hui, bien que ces hausses ne soient pas critiquées en elles-mêmes par lesdites fédérations, en vertu de l'application de la loi de l'offre et la demande, ces entités ne manquent pas de relever le timing de son application. Elles pointent du doigt, également, l'importance des marges bénéficiaires des commerçants, avec des «ententes probables», préjudiciables à une concurrence loyale.
Des hausses injustifiées ?
La tendance actuelle fait craindre une augmentation des prix d'autres produits. Alors qu'à l'exception de l'huile de table, les autres articles n'ont aucune raison objective de se voir appliquer des hausses, surtout avec les marges actuellement pratiquées», explique Bouazza Kherrati, président de la Fédération marocaine des droits du consommateur (FMDC). Ceci est valable, notamment, pour la semoule et la farine de blé dur. «Les augmentations sont excessives, même si la hausse des prix des matières premières à l'international est un fait», affirme Bouazza Kherrati.
En comparaison avec les pays voisins, «on constate des augmentations excessives par rapport à l'application de la loi afférente à la liberté des prix et de la concurrence», ajoute-t-il. Autre constat relevé par la FMDC : la hausse des prix est accompagnée d'une baisse de la qualité des produits ainsi que de la diminution de leurs poids, ce qui dénote de la malhonnêteté qui caractérise les pratiques commerciales adoptées, surtout pour la typologie des produits thé et café.
Sur ce dernier point, la FMDC rappelle que le marché du café au Maroc manque de contrôle et nécessite l'adoption de normes, à l'instar de ce qui a été fait pour le secteur du thé, avec la mise en place, par l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires ( ONSSA), de règles strictes régissant son importation. «Cette anarchie est essentiellement due à l'absence, depuis 2010, du service de la répression des fraudes», précise Bouazza Kherrati. Selon lui, à l'exception de quelques marques, certaines pratiques sont à déplorer, telles que l'importation de déchets de café ou sa torréfaction à maintes reprises.
Le prix des matières premières n'arrange pas la situation
Il va sans dire que, depuis le déclenchement de la pandémie, les prix de certaines matières premières ont flambé, notamment en raison de la pression mondiale sur la production de blé dur. Sont concernés, essentiellement, le pain à base de blé dur, la semoule et les pâtes.
En cause, notamment, les mauvaises récoltes dues aux conditions climatiques au Canada, l'un des principaux producteurs de céréales et graines oléagineuses, ou les pluies diluviennes qui ont endommagé les moissons de blé en Europe, en 2021. De ce fait, et avec des stocks mondiaux à des niveaux historiquement bas, le marché international de blé dur est soumis à de fortes pressions, poussant vers une augmentation sensible des cours. Pour l'huile de table, le marché national, entièrement libéralisé, est fortement dépendant des grands producteurs internationaux de soja et de tournesol.
Le Maroc importe, en effet, la quasi-totalité de ses besoins en la matière sous forme d'huiles brutes ou de graines à triturer. Ce qui l'expose fortement à l'évolution des cours mondiaux, en hausse actuellement, à la bourse de Chicago. Le cours mondial du café Arabica souffre, par ailleurs, des mauvaises récoltes au Brésil. À cela s'ajoutent la hausse des coûts logistiques et de l'énergie, en plus du retard de livraison de certaines matières premières.
Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.