Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    OMS : Le Covid-19 ne se transmet pas par la nourriture    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Pour protéger votre peau contre le soleil, Forever recommande ses trois produits phares    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Violation de l'état d'urgence: Tout savoir sur le paiement des amendes    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.241 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 37.935 cas cumulés, jeudi 13 août à 18 heures    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Le scénario catastrophe frappe à nos portes    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    Touria Jebrane va bien, même très bien !    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le bilan de la réforme est mitigé
Publié dans Les ECO le 07 - 05 - 2013

Dans le domaine de la logistique, le transport routier reste le mode principal utilisé au Maroc. Inutile de rappeler que 75% de nos flux marchandises hors phosphates sont transportées par ce mode d'où l'importance de doubler les efforts pour le restructurer et le développer. Aujourd'hui, l'heure est au bilan. Les professionnels du secteur avaient signé avec le gouvernement un contrat-programme 2010-2013 qui arrive à échéance dans quelques mois. Dans ce cadre, une réunion a eu lieu au siège de la Direction des transports routiers et de la sécurité routière le 10 avril dernier entre les responsables du ministère et les professionnels. Au menu, l'évaluation des actions menées dans le cadre de contrat-programme. «Cette réunion a été l'occasion d'échanger avec les responsables du Département du transport autour des réalisations dans le secteur. Nous nous sommes convenu de faire des évaluations de nos actions chacun de son coté. Nous allons par la suite comparer nos évaluations en déduire les recommandations. Notre prochaine réunion est prévue pour le moi de juin» souligne Larbi Ziati, conseiller auprès de la Fédération nationale du transport routier. Mais, les professionnels ne cachent pas leur déception quant à l'application des dispositions du contrat-programme. Le grand chantier de la mise à niveau stagne, la vétusté du parc persiste et le contrôle continue de faire défaut. Dix ans après la libéralisation du secteur entrée en vigueur en 2003, le secteur ne semble pas sortir du tunnel. Il faut rappeler les objectifs fixés par la réforme de 2003 s'articulaient autour de trois axes: la suppression des agréments de transport de marchandises, la fin du monopole de l'Office national du transport (ONT) sur le fret et sa transformation en société anonyme consacrant l'introduction de la concurrence entre les opérateurs et, enfin, la restructuration du secteur et sa mise à niveau en révisant les conditions d'accès à la profession, en libéralisant les tarifs et en instaurant des contrats types entre les opérateurs. Si les deux premiers axes de la réforme ont été réalisés, le chantier de la mise à niveau peine à se concrétiser. «Vu le désordre qui caractérise toujours le secteur, il était nécessaire de redéfinir les conditions d'accès au métier par le biais de la formation. Dans ce sens, nous avons préparé un avant-projet de décret qui précise ces nouvelles conditions. Le gérant de l'entreprise du transport, à titre d'exemple,doit disposer d'une attestation justifiant une expérience de 2 à 3 ans dans le domaine en plus d'une formation Bac 2 dans le domaine du transport et de la logistique. Cette démarche qui implique le ministère du transport et celui de l'emploi ainsi que les professionnels permettra une certaine régulation ou ce qu'on pourra appeler une auto-régulation du secteur» explique Ziati.
Un parc vieillissant
Selon les professionnels du secteur le chantier du renouvellement du parc de poids lourds est loin d'être une réussite. Le ministère des Finances a même décidé d'arrêter l'octroi des primes à la casse instaurées initialement pour encourager les entreprises à renouveler leur parc. Les responsables du département des Finances estiment quecette prime n'a pas eu les effets escomptés puisque les entreprises de transport n'ont pas réussi à avoir accès aux crédits bancaires, vu leur fragilité financière. A rappeler que la prime à la casse qui a été programmée dans les lois de finances 2008, 2009, 2010 et 2011. Malgré le fait que cette prime a été revue à la hausse, elle n'a pas permis de rajeunir le parc pour la simple raison que les aides accordées se sont avérées inférieures à la valeur des carcasses à retirer du circuit. Pour les professionnels, il est urgent de revoir l'aide étatique avec une certaine garantie pour permettre aux transporteurs de financer le renouvellement de leur parc dans des conditions encourageantes.
Plus de rigueur, moins de laxisme
Selon un bon nombre des professionnels, le laxisme qui règne dans le secteur constitue un frein pour son développement. Ainsi, on assiste à la propagation de l'informel et au renforcement de l'atomicité du secteur avec 80% d'entreprises de transport disposant d'un ou deux véhicules. Sur un autre volet, les professionnels du secteur plaident pour l'instauration de la notion de gasoil professionnel vendu à un prix spécial, à l'instar de ce qui se fait dans certains pays d'Europe. Ils réclament également un taux de TVA aligné sur le même niveau que les pays de l'Union européenne ou encore l'instauration du le principe de l'indexation qui consiste à répercuter automatiquement le prix du gasoil sur le tarif de transport. Vu le nombre de projets à concrétiser et les amendements à introduire et les mesures d'accompagnement à mettre en place, il faut dire que le secteur de transport routier de marchandises a raté encore une fois l'opportunité de sa modernisation et sa mise à niveau. Des contacts sont déjà entamés entre professionnels et ministère de tutelle pour introduire les ajustements nécessaires et relancer la réforme. Et cette fois ci, le Maroc n'a pas droit à l'erreur !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.