Attentat Strasbourg : Le roi adresse un message de condoléances à Macron    CAN 2019 : le Maroc se met volontairement hors-course    COP24 : Une coopération environnementale entre le Maroc et le Sénégal    Saisie par la Marine royale de plus de 300 Kg de Chira à bord d'un Go-fast en Méditerranée    Maroc-France : Signature d'un accord pour le renforcement des compétences en langue française des jeunes    Glamour, stars et paillettes sont au rendez-vous    Tanger : Deux malfrats condamnés à 10 ans de prison    Juan Carlos Garrido, le maître d'œuvre    En vertu d'une convention entre la FNM et Renault : Un véhicule Renault Master pour transporter les toiles en toute sécurité    Real Madrid.. 63 millions de livres sterling sur la table pour Hazard    Casablanca : Remise des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Accord agricole : Les eurodéputés disent oui    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois «Daechiens» à Kénitra    Projet de loi de Finances 2019 : Les amendements des conseillers bien accueillis    Lutte contre la spoliation immobilière : Aujjar s'attaque à la mafia du foncier    Les droits sociaux et juridiques de l'artiste à l'ordre du jour    Malgré l'adoption formel, le combat se poursuit    Espagne : Pedro Sanchez annonce une hausse de 22% du SMIC    Fès-Meknès. Dardouri communique autour de l'INDH    Le groupe Attijariwafa bank remporte deux prix à Londres    Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?    PLF 2019 en phase finale chez les conseillers    «Réhabiliter la politique et le politique»    «L'autisme est un prétexte pour parler de nos différences»    Ligue des Champions : Messi, Salah, Kane et Hakimi disputeront les huitièmes    Le gel des biens de Hosni Moubarak maintenu par l'UE    L'ES Tunis souhaite rencontrer River Plate au Carré d'AS    Apple. Voici les meilleures applications de 2018    Royal Air Maroc réceptionne à Seattle un nouveau Boeing 787-9 Dreamliner    Entreprises : De nouveaux textes législatifs approuvés par la Chambre des représentants    Le transfert des compétences toujours en stand-by    Noël endeuillé pour Strasbourg    E-commerce : Le Maroc classé 5ème pays africain    Le taux de mortalité infantile a baissé à 2,9% en 2018 au Maroc    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand Jane Rouch écrivait «Nous n'irons plus aux bals nègres»
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 09 - 2010

L'ouvrage publié par la journaliste américaine, Jane Rouch, en 1984, méritait plus d'attention qu'il n'en a obtenu. « Nous n'irons plus aux bals nègres » (Scarabée et Ciel éd.), c'est un véritable kaléidoscope, un forum oû résonnent les éclats d'une expérience passionnée et passionnante : «J'étais là ; telle chose m'advint.» La bonne foi de Jane Rouch se double d'une curiosité inextinguible et d'une bonne dose de chance, cette alliée des grands
reporters. Les deux tiers du volume sont consacrés à l'Afrique ; l'Argentine, le Pérou, l'Iran, le Yémen étant aussi évoqués. Nul point du monde ne semble devoir manquer à la boulimie de la voyageuse. Son art du coup d'œil et du montage nous rappelle qu'elle était l'épouse du cinéaste Jean Rouch. Et «Nous n'irons plus aux bals nègres» tient du film d'aventures autant que de la comédie musicale ; c'est une sorte de carnet de route chantant ! Avec des moments pathétiques et, aussi, des occasions de sourire.
L'ouvrage doit son titre à une anecdote qu'il faut rapporter afin de bien marquer que pas un mot n'est inscrit pour rien dans ces pages:«Un soir de l'an 1956, en route pour le Bal Nègre de la rue Blomet avec Hamani Diori, Saayfoullaye Diallo et Sékou Touré, à la dernière minute, le futur président guinéen se met à bouder:«Non. Allez-y sans moi. J'ai mal aux pieds. Je vais me coucher!»
L'année précédente, Jane Rouch avait rencontré à Londres le Kabaka, Mutesa II, un souverain noir déporté par le gouvernement britannique pour avoir refusé de fédérer l'Ouganda avec le Kénya. Déposé, celui-ci s'éteignit en 1986 dans un logis situé près des docks de Londres.
«Nous n'irons plus aux bals nègres» est un festival d'anecdotes : ainsi, celle qui montre l'ambassadeur du Pakistan à Madrid invité au Ghana pour les fêtes d'indépendance et interrogeant l'auteure:« Ici, nous sommes en Côte-d'Ivoire ou en Sierra Leone?» Ou Martin Luther King décochant à Nixon« Au lieu de vous balader en Afrique, vous feriez mieux de voir ce qui se passe en Alabama.»
La méthode de Jane Rouch, c'est une gaîté de vivante, le désir de voir et l'appétit de comprendre sans le fardeau des préjugés et des paresses du cœur et de l'intelligence. Elle cite l'adage peul: «Flamme et rosée, l'étranger doit surgir, rafraîchir, et puis partir.» L'amitié nous vaut des portraits de personnages étonnants, comme celui de Damouré Zika, auteur de «Mystérieux et dommage d'affaires» (la Nouvelle Revue Française, 1955):«Devenu agent technique de Santé à Niamey, aujourd'hui père d'une trentaine d'enfants, bien assis sur son trône polygame, de Ménie Grégoire, Damouré ne ferait qu'une bouchée.»
Sympathisant avec les enfants et le petit peuple, Jane Rouch n'est pas dupe des puissants:«…à Ouagadougou, après l'indépendance, des nuées de “Noirs à col blanc“»font un saut périlleux dans des Versailles importés d'extrême urgence. Au passage de l'un de ses compatriotes récemment motorisé, un piéton mossi remarque:«Il nous fait déjà manger sa poussière (…) On ira jusqu'à importer du terreau de France, à raison de 4 000 francs CFA le sac de cinq kilos, dans une république réputée pour la fertilité de ses sols littoraux.»
«Nous n'irons plus aux bals nègres» est un livre pétillant, crépitant, où l'allégresse et la tristesse passent comme par rafales, s'inscrivant dans une mémoire qui s'est nourrie de tout le visible et d'un peu de surnaturel aussi. Ce qui prime, dans ce livre, c'est le goût, l'instinct primordial de la liberté d'une nomade. Et Jane Rouch de citer Jean Rouch, qu'elle appelle sinon, savoureusement, Rouchouchou!«C'est sans doute ma plus grande fierté que d'avoir sollicité (…) Oumarou Ganda, le docker sans emploi fixe au port d'Abidjan, l'Edward G. Robinson de Moi, un Noir, (…) champion désespéré de tous les combats perdus, c'est-à-dire aussi, champion du monde toutes catégories de la liberté.» Suit un portrait irrésistible de ce docker devenu homme-orchestre et passé de comédien à réalisateur de films primés à Cannes et à Moscou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.