Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    La gestion intégrée des ressources hydriques!    OCP : Le chiffre d'affaires grimpe de 20%    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Hadji, 4e ballon d'Or du Maroc en Afrique    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Immigration illégale et traite humaine : Arrestation à Asilah d'un ressortissant malien    A Sidi Moumen, inauguration royale d'un centre médical de proximité    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    7ème édition de l'opération Iftar Saem : P&G Maroc distribue plus de 250.000 ftours depuis 2013    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    La scène politique en deuil : Tayeb Bencheikh n'est plus    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Des nuits colorées et lumineuses à savourer au MMVI…    Immobilier. Un faux départ en 2019    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Education : Le ministère annonce une version actualisée de la méthode d'enseignement pour le primaire    Christchurch : L'auteur de l'attaque inculpé pour terrorisme    La réponse de Huawei à Google    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Egypte : Le Comité d'organisation lance une billetterie en ligne    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le scénario, c'est le film
Publié dans Le Soir Echos le 25 - 10 - 2011

Romancière, scénariste, Lola Salvadore Maldonado est à l'origine de Las Aulas, centre interdisciplinaire d'études d'arts narratifs et audiovisuels, visant la formation de nouveaux créateurs et professionnels culturels. De passage à l'Institut Cervantès de la Ville blanche, où elle a tenu un atelier de scénario, elle revient sur les jalons de sa vie de scénariste.
Lola Salvadore Maldonado a connu le «régime infâme» de Franco et a vu l'un de ses romans adapté au cinéma (affiche ci-après), soulevant la question de la torture au moment d'un procès démocratique en Espagne.
Comment êtes-vous devenue scénariste ?
Depuis ma prime enfance, les histoires me fascinaient. J'écris depuis que j'ai eu six ans, j'étais convaincue de pouvoir changer le monde en racontant des histoires. Je suis totalement autodidacte, et lorsque j'ai débuté au sein de la profession, l'écriture destinée au scénario m'intéressait énormément. J'adorais la dimension qu'impliquait la narration à travers l'image ; j'ai travaillé pour la télévision et pour le cinéma. J'ai toujours raconté des histoires – je le répète – de façon naturelle. Je me considère également comme un écrivain, puisque je suis l'auteure de nombreux romans.
Comment êtes-vous devenue scénariste ?
Depuis ma prime enfance, les histoires me fascinaient. J'écris depuis que j'ai eu six ans, j'étais convaincue de pouvoir changer le monde en racontant des histoires. Je suis totalement autodidacte, et lorsque j'ai débuté au sein de la profession, l'écriture destinée au scénario m'intéressait énormément. J'adorais la dimension qu'impliquait la narration à travers l'image ; j'ai travaillé pour la télévision et pour le cinéma. J'ai toujours raconté des histoires – je le répète – de façon naturelle. Je me considère également comme un écrivain, puisque je suis l'auteure de nombreux romans.
Qu'est-ce qu'un bon scénario, selon vous ?
Un élément qui facilite la possibilité de faire un bon film : le scénario, c'est le film. Il reste la pièce maîtresse, pareille à une partition de musique, pour une composition. Lorsque le scénariste a suffisamment travaillé son script, la réalisation s'avère plus aisée. Un film est, avant tout, un scénario qui a germé dans l'esprit d'un scénariste. Et un outil indispensable, au service de l'ensemble de l'équipe, car il devient alors une référence pour chacun.
À quel moment sait-on que l'on « tient » un bon script ?
Quand le film que le scénariste a imaginé dans sa tête, est fini. Il n'y a rien de magique. On peut évidemment travailler et retoucher une peinture. En ce qui concerne un scénario, il correspond à la première phase d'un film, et il doit par conséquent être bien structuré et alimenté de dialogues bien sentis. Ensuite, il peut encore changer au moment du tournage, selon les consciences du scénariste et du producteur. Des comédies de talent, et un financement conséquent sont aussi à prendre en
compte pour la fabrication d'un film.
«Il arrive que de grands scénaristes deviennent réalisateurs. De nombreux cinéastes n'aiment pas écrire de scénario ; ils en sont incapables»
Certains réalisateurs sont également scénaristes…
Il arrive que de grands scénaristes deviennent cinéastes. Il n'est pas difficile, pour une personne qui a des facilités d'écriture, de passer à la réalisation. Ils sont capables d'écrire au fil de différents plans, alors que de nombreux cinéastes n'aiment pas écrire de scénario ; ils en sont incapables. L'écriture et la réalisation sont deux procédés de travail différents. En témoigne Charlie Chaplin, qui était même acteur ! Ou encore Woody Allen, scénariste, réalisateur et, de surcroît, comédien. Il s'agit d'une autre façon de réaliser.
Un scénario vous a-t-il marquée au cours de votre carrière ?
Non. Mais le public, la critique et la profession ont retenu le film Le crime de Cuenca [El crimen de Cuenca, titre espagnol]. C'est un long-métrage adapté de l'un de mes romans, publié en 1979, et numéro un des ventes de l'année suivante. Le film évoquait une histoire vraie, devenue un important scandale politique : un homme accusé d'avoir commis un crime. Il s'agissait, de plus, d'un sujet qui soulevait la question de la torture au moment d'un procès démocratique en Espagne.
Vous avez vécu sous le régime de Franco. Ce film a-t-il contribué à changer les choses ?
Je suis née pendant la guerre, j'ai connu la dictature de Franco et son régime infâme. Il a assassiné des gens jusqu'en 1975. J'avais conscience de ce qui se passait dans d'autres pays, puis des prémisses de la démocratie espagnole. Et un film ne change rien. Ce serait fantastique si une œuvre pouvait modifier le monde. C'est un ensemble de media qui y participent, l'art et le compromis d'artistes et d'intellectuels bousculent et font avancer les choses, car ils ont une vision progressiste. Mais ce sont les citoyens du quotidien qui changent véritablement la société.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.