Ciment : Légère hausse des ventes à fin mai    Doctorat : L'UIC s'associe à ESC Clermont    Finance participative : Bank Al Yousr décortique les enjeux    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Bac : Le taux de réussite en hausse de 20% à Casa-Settat    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement. Entreprises et établissements publics désormais contraints à la transparence    Festival Gnaoua et musiques du monde. Grande fête de la culture !    Le plan américain de paix par l'économie sera discuté à Bahreïn, sans les Palestiniens    "Comment est-ce possible ?", le coup de gueule d'Hervé Renard    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    Groupe Al Omrane. Une nouvelle stratégie marketing pour les MRE    Marrakech. Une bande spécialisée dans le trafic de drogue démantelée    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Clôture en apothéose de la fête de la musique "by Wecasablanca Festival"    Les Muwachahat andalouses et alépines résonnent dans le ciel de Fès    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    Violence à l'égard des femmes. L'enquête nationale décortiquée par les députés    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    L'université Ibn Zohr en apothéose!    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Gouvernance spatiale et développement    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    El Jadida : OCP Jorf Lasfar organise une caravane médicale    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Edito : Excédent au Bac    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Divers    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour l'amour du rire
Publié dans Le Soir Echos le 31 - 10 - 2011

Couple séparé depuis plus de vingt ans, les jeux de l'amour et du hasard, les placent dans une situation inattendue, alors que le temps aidant et les aléas de la vie sont passés par là. Quelle femme trompée, lâchement abandonnée, détruite par ce que les magazines féminins appellent aujourd'hui, un « pervers narcissique », n'a rêvé de voir revenir son époux, rampant, cassé par l'existence, à l'agonie, la suppliant de lui porter secours ? C'est le sésame rêvé, qui se présente un jour à la porte de Séverine Chapuis, éditrice littéraire de renom, femme mûre à qui tout a réussi, depuis que son époux Jean-Pierre, l'a quittée. Elle a construit à force de ténacité et de travail, un édifice, sa maison d'édition, qui encourage et publie les auteurs de talent. Amoureuse de son directeur des finances, Patrice (Jean Barney), elle file le parfait train de vie. La mise en scène, signée Jean-Luc Moreau, nous invite à pénétrer l'univers parisien du sérail littéraire, ainsi que chaque maillon de la chaîne participant à cette vie de livre.
On aime la désinvolture du jeune Guillaume (Arthur Fenwick), le coursier ; le mélange d'acuité et de légèreté du lecteur Gaëtan (Jean Franco), incarnant le gay pouvoir, le personnage du prof introverti et torturé, Liebovski, campé par Jean-Yves Roan. On est moins surpris par le personnage attendu, suffisant, fourbe, de Patrice (Jean Barney), qui entretient une relation avec la secrétaire de Séverine, Célia.
Tout est au mieux dans le meilleur des mondes, jusqu'au au moment où débarque l'ex-mari de Séverine, Jean-Pierre.
Parce qu'elle est femme, magnanime, et qu'elle ne « sait pas dire non », faiblesse, que Jean-Pierre, lui a toujours reconnue, Séverine, accepte d'embaucher son ex-mari, sur le carreau et complètement dépité, il n'est plus le sniper, qui a géré du temps de sa période professionnelle faste des « patrimoines de pharaon » .
Cette femme, jadis, détruite dans sa chair par cet homme qu'elle a aimé sans doute plus qu'elle même, consent, à l'employer, comme… technicien de surface. Jean-Pierre est en charge de « nettoyer les chiottes » et surtout de la boucler : personne ne doit savoir qu'il est « l'ignoble salaud », et ex-mari de la patronne. A partir de ce moment, l'auteur, Eric Assous, en adéquation avec l'air du temps, nous rappelle la précarité ambiante des salariés français, le manque d'estime réservé aux quinquagénaires sur le marché de l'emploi, l'absence de perceptives professionnelles, la case RSA (ancien RMI), mais aussi, le petit patronat étranglé par les charges… Pour le metteur en scène, Jean-Luc Moreau, «Le Technicien est une pièce d'Eric Assous…. Et cela suffit pour m'enthousiasmer…. Un nouvel univers de mots, de situations, de quiproquos, que va servir une troupe d'acteurs dont je connais le talent. En tête le duo Maaike Jansen – Roland Giraud… Mes amis ! Nous nous sommes fidèles, et notre travail est studieux et joyeux. Nous sommes en confiance, et la mise en scène se noue dans la complicité. Le technicien est une comédie pure, un divertissement dont les ressorts sont cette magistrale connaissance qu'Eric Assous a de l'âme humaine… De ses désordres, de ses charmes… Le tout est d'en rire. » Voilà, ami lecteur, tant que les hommes et les femmes continueront de s'aimer, bien, mal, cela donnera lieu à la création, à l'émotion, au divertissement. Et comme aimait à le dire Musset dans « On ne badine pas avec l'amour » : «Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux». [...]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.