Résurgence du terrorisme : Erdogan met en garde    Les investissements des EEP en stagnation pour la 2ème année consécutive    Le Maroc et la Chine examinent divers moyens de renforcer la coopération touristique et culturelle    Retraites : des manifestants tentent d'entrer dans un théâtre où se trouve Macron    Washington va décider de sa présence militaire en Afrique d'ici à deux mois    Agadir : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé de contrebande    Africa Eco Race : A Dakhla, Nasser Bourita fustige les séparatistes    Un sommet international le 22 février à Laâyoune    Sud du Maroc : Le Gabon et la Guinée ouvrent à leur tour un consulat    La CMR tient la 8ème session de son Conseil d'administration    La DGAPR répond aux accusations d'Human Rights Watch    La pièce de théâtre عازف الليل est-elle maladroitement raciste ?    CAN Futsal Maroc 2020 : l'entraîneur National de futsal fait le point    Le DHJ tenu en échec à domicile par le Rapid Oued-Zem    Nabil Jaadi rejoint le Mouloudia club d'Oujda    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Hommage à Noureddine Belhoucine    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Ashley Young rejoint l'Inter    Tant de dossiers à débattre et de relations à consolider    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Insolite : Imiter Ghosn    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    La BCP s'engage pour la TPE    Des vidéos mises en ligne mènent à l'arrestation d'un chauffard…    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Amine Razouk et Mehdi Alaoui à la tête de l'Apebi    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    SM le Roi visite «Bayt Dakira» à la Médina d'Essaouira    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour l'amour du rire
Publié dans Le Soir Echos le 31 - 10 - 2011

Couple séparé depuis plus de vingt ans, les jeux de l'amour et du hasard, les placent dans une situation inattendue, alors que le temps aidant et les aléas de la vie sont passés par là. Quelle femme trompée, lâchement abandonnée, détruite par ce que les magazines féminins appellent aujourd'hui, un « pervers narcissique », n'a rêvé de voir revenir son époux, rampant, cassé par l'existence, à l'agonie, la suppliant de lui porter secours ? C'est le sésame rêvé, qui se présente un jour à la porte de Séverine Chapuis, éditrice littéraire de renom, femme mûre à qui tout a réussi, depuis que son époux Jean-Pierre, l'a quittée. Elle a construit à force de ténacité et de travail, un édifice, sa maison d'édition, qui encourage et publie les auteurs de talent. Amoureuse de son directeur des finances, Patrice (Jean Barney), elle file le parfait train de vie. La mise en scène, signée Jean-Luc Moreau, nous invite à pénétrer l'univers parisien du sérail littéraire, ainsi que chaque maillon de la chaîne participant à cette vie de livre.
On aime la désinvolture du jeune Guillaume (Arthur Fenwick), le coursier ; le mélange d'acuité et de légèreté du lecteur Gaëtan (Jean Franco), incarnant le gay pouvoir, le personnage du prof introverti et torturé, Liebovski, campé par Jean-Yves Roan. On est moins surpris par le personnage attendu, suffisant, fourbe, de Patrice (Jean Barney), qui entretient une relation avec la secrétaire de Séverine, Célia.
Tout est au mieux dans le meilleur des mondes, jusqu'au au moment où débarque l'ex-mari de Séverine, Jean-Pierre.
Parce qu'elle est femme, magnanime, et qu'elle ne « sait pas dire non », faiblesse, que Jean-Pierre, lui a toujours reconnue, Séverine, accepte d'embaucher son ex-mari, sur le carreau et complètement dépité, il n'est plus le sniper, qui a géré du temps de sa période professionnelle faste des « patrimoines de pharaon » .
Cette femme, jadis, détruite dans sa chair par cet homme qu'elle a aimé sans doute plus qu'elle même, consent, à l'employer, comme… technicien de surface. Jean-Pierre est en charge de « nettoyer les chiottes » et surtout de la boucler : personne ne doit savoir qu'il est « l'ignoble salaud », et ex-mari de la patronne. A partir de ce moment, l'auteur, Eric Assous, en adéquation avec l'air du temps, nous rappelle la précarité ambiante des salariés français, le manque d'estime réservé aux quinquagénaires sur le marché de l'emploi, l'absence de perceptives professionnelles, la case RSA (ancien RMI), mais aussi, le petit patronat étranglé par les charges… Pour le metteur en scène, Jean-Luc Moreau, «Le Technicien est une pièce d'Eric Assous…. Et cela suffit pour m'enthousiasmer…. Un nouvel univers de mots, de situations, de quiproquos, que va servir une troupe d'acteurs dont je connais le talent. En tête le duo Maaike Jansen – Roland Giraud… Mes amis ! Nous nous sommes fidèles, et notre travail est studieux et joyeux. Nous sommes en confiance, et la mise en scène se noue dans la complicité. Le technicien est une comédie pure, un divertissement dont les ressorts sont cette magistrale connaissance qu'Eric Assous a de l'âme humaine… De ses désordres, de ses charmes… Le tout est d'en rire. » Voilà, ami lecteur, tant que les hommes et les femmes continueront de s'aimer, bien, mal, cela donnera lieu à la création, à l'émotion, au divertissement. Et comme aimait à le dire Musset dans « On ne badine pas avec l'amour » : «Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux». [...]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.