Pegasus : le corps du délit, ce grand absent    Justice : Voici les nouveaux procureurs du Roi et présidents de la Cour d'appel    Chambres professionnelles/élections : dans le Souss-Massa, le RNI ratisse large    Automobile: 107 383 unités écoulées à fin juillet, selon l'AIVAM    Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme. La Douane sensibilise sur les nouvelles dispositions de lutte    Bonnes performances du secteur des exportations des produits agro-alimentaires en 2021    OMPIC. Un bilan 2020 positif et une feuille de route bien affûtée    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs    JO-2020: Le programme du jeudi 5 août 2021    Covid-19 : Le théâtre national Mohammed V suspend ses activités    Covid-19. Les Etats-Unis classe le Maroc comme pays à risque élevé pour les voyageurs    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Variant Delta. Ces dernières données permettant de mieux cerner la dangerosité du virus    Législatives 2021: la candidature de Saad Eddine El Otmani entérinée    Andrea Cozzolino salue le message royal de réconciliation avec l'Algérie    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    Campagne électorale et médias : La Haca rappelle les règles du jeu    CRDH : Soulaiman Raissouni se trouve «dans un état très stable»    Un an après les explosions de Beyrouth, les besoins des enfants restent critiques (UNICEF)    Traitement Covid-19 : Entre forte demande et pénurie    Elections : Pour un pluralisme politique dans les médias    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    Covid-19 : Le pic épidémique attendu dans les prochains jours    Covid-19 : Israël renforce les restrictions sanitaires    Edito : XXIème    Ouvert jusqu'au 12 août : L'appel à projet de Madaëf éco 6 Al Hoceima sur les rails    Mobilité électrique : Signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Maroc/Météo: Temps assez chaud sur le Sud-Est et les plaines intérieures et stable ailleurs, ce mercredi 4 août    Finale de l'Euro 2020 : la fédération anglaise visée par une procédure disciplinaire de l'UEFA    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Covid : Vaccination obligatoire à New York pour aller au restaurant, dans les salles de spectacle et de gym    Israël membre observateur au sein de l'UA : revers majeur pour Ramtane Lamamra    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Merci Soufiane    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une nostalgie arabe
Publié dans Le Soir Echos le 02 - 11 - 2011

Les commentateurs, surtout occidentaux, des élections en cours ou en préparation en Tunisie ou en Egypte, parlent d'un terrain démocratiquement vierge. La formule « pour la première fois », parfois suivie d'un « depuis trois mille ans » érudit bourgeonne dans les plumes et les micros. C'est faire un peu court. Sans remonter aux Suffètes élus par les habitants de Carthage, il y a de cela « trois mille ans » effectivement, sans parler des élections palestiniennes d'il y a quelques années, algériennes d'il y a vingt ans, sans évoquer les exceptions libanaise ou marocaine, les Arabes connurent, il n'y a pas très longtemps, une courte période dite « libérale ». Dans l'entre-deux guerres, plusieurs élections relativement libres se sont déroulées en Egypte (en 1924, en 1926, en 1936…), en Syrie, au Liban…
Les démocraties arabes des années 1930
Mais l'aveuglement historique de la presse contient une vérité : les paysagistes arabes regrettent à l'occasion d'articles nostalgiques.
Qu'est exactement ce libéralisme dont on estampilla trois décennies, de la chute de l'empire ottoman (1918) aux révolutions antimonarchiques des années 1950 ? Libérale, cette époque le fut de trois façons : économiquement, l'entre-deux-guerres au Moyen-Orient approfondit l'insertion de cette région dans la mondialisation coloniale de l'époque; politiquement, on vit se multiplier les partis bourgeois, en lice pour quelques sièges au Parlement, en tractations pour former des majorités instables et à la merci de l'humeur des puissances coloniales; culturellement enfin, et c'est peut-être ce qui en reste de plus tangible, l'époque marqua l'apogée de la Nahda et diffusa une culture arabe de masse à travers cinéma, radio et musique enregistrée. Des noms surnagent: Ahmad Chawqi, Asmahan, Nahhas Pacha, Tal‘at Harb… Poètes, artistes, politiques, entrepreneurs, de droite ou de gauche, engagés ou apolitiques, ils partageaient néanmoins quelques vertus communes : mœurs bourgeoises, grande culture, discrétion en matière religieuse… On comprend que l'époque paraisse parfois miraculeuse. Mais c'est un leurre.
Des périodes de gel démocratiques existent. Ce sont des anomalies souvent courtes : la France en connut entre 1940 et 1944. Les régimes dictatoriaux arabes qui suivirent l'ère libérale et qui meurent aujourd'hui ne furent pas une anomalie. Ils correspondirent à une phase historique. Dans les années 1920 et 1930, la population concernée par la démocratie arabe était une infime minorité surnageant au-dessus d'une masse de paysans, de nouveaux urbains, de petits fonctionnaires, de faux-alphabétisés et de semi-salariés. Ces gens, on ne les voyait pas dans les films où jouait Asmahan, on ne les entendait pas lors des discours de Nahhas Pacha, on ne lisait pas leurs histoires dans les poèmes d'Ahmed Chawqi. Certes, il y a des paysans dans les films et les poèmes de cette époque, mais ils diffèrent de la réalité comme une bergère dans un conte de Perrault diffère de la paysanne de la réalité, précocement vieillie par la faim et la dureté de la vie.
Les masses entrent en politique
Les coups d'Etats des années 1950 portèrent au pouvoir des jeunes officiers issus de ces masses absentes. Et le flux ne s'arrêta pas. Des dizaines de millions de ruraux se déversèrent dans les villes, des millions de pauvres étudiants acquièrent des diplômes, des centaines de milliers parmi eux militèrent. Ces gens-là n'étaient ni tolérants, ni discrets, ni polis, selon les critères bourgeois de l'époque libérale arabe. Ils portèrent sur le devant de la scène politique des problématiques inconnues et dérangeantes : la réforme agraire, l'augmentation des salaires, l'égalité des citoyens devant la loi… Parallèlement, ils militèrent pour des revendications culturelles : l'arabisation, et bientôt l'islamisme, ne peuvent se comprendre sans ce mouvement qui ouvrit la politique à des masses longtemps marginalisées.
Le Printemps arabe va accélérer cette évolution : loin d'être un retour à la démocratie bourgeoise des années 1930, il approfondira au contraire la massification de la politique commencée avec Nasser et ses imitateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.