Financement de l'Education: TGR explore de nouvelles pistes    "Women Tech" : l'universitaire marocaine Hajar Mousannif remporte le 1er prix    2M : Transformation éminente des programmes d'information (vidéo)    Covid-19 : L'Inde est le premier acheteur de vaccins au monde    CNTSH : Baisse importante du nombre de dons de sang    La FIFA promulgue un nouveau règlement : Instauration d'un congé de maternité de 14 semaines au profit des footballeuses !    USA : Obama, Clinton et Bush promettent de se faire vacciner devant les caméras    Royal Air Maroc couvre le risque Covid-19 dans ses vols à l'international    Relance: Les crédits garantis atteignent 50 MMDH (Benchaâboun)    Auto-entrepreneurs, IR, amnistie fiscale…les amendements acceptés    BAM : la demande bancaire en liquidité totalement satisfaite    Un marocain parmi quatre immigrants arrivés à Mellilia à la nage    Relance post-Covid : Bourita appelle la communauté internationale à faire preuve de solidarité    Coût du vaccin, durée, effets indésirables... Les explications d'un responsable du ministère    Coronavirus : l'OMS affirme « encore longue » la voie vers la fin de la pandémie    Ait Taleb appelle les Marocains à se faire vacciner pour atteindre l'immunité collective    The Banker magazine : Attijariwafa bank élue meilleure banque au Maroc en 2020    Une ONG suisse salue l'opération nettoyage de la zone tampon menée par les FAR    Messaoud Bouhcine, président du Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques    Décès de l' ancien président de la Fédération Royale marocaine de rugby, Said Bouhajeb    Jo de Tokyo : Les athlètes seront soumis à des règles très strictes    Chambre des conseillers: le PLF 2021 adopté à la majorité    Un derby régional pour la journée inaugurale de la Botola    Football: Le Japon hôte de la Coupe du monde des clubs 2021    Stef Blok : Les actions du Maroc sont une réaction au blocage d'El Guerguarat par le Polisario    L'action humanitaire du Maroc reconnue à travers son élection au Conseil d'administration du PAM    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décret relatifs à la promulgation de mesures exceptionnelles au profit de certains employeurs adhérents à la CNSS    Evolution du coronavirus au Maroc : 3996 nouveaux cas, 372.620 au total, vendredi 4 décembre à 18 heures    Pose de la première pierre du nouveau consulat général US à Casablanca    "Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia    Parution du recueil poétique "Marrakech : Lieux de passage " d'Ahmed Islah    Unesco. Le Maroc soutient Audrey Azoulay pour un second mandat    Fès: décès du premier proviseur marocain du lycée Moulay Driss    Institut Cervantes : Le cycle du cinéma "Courts-métrages au féminin" en ligne du 7 au 30 décembre    CGEM-DGI : vers une réduction des litiges entre l'Administration et les entreprises    L'Intérieur dénonce les déclarations irresponsables visant des institutions sécuritaires nationales    Tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle cellule terroriste démantelée par le BCIJ à Tétouan (vidéos)    Décès de Aziz Abdelaziz Aïouch, 1er proviseur marocain du lycée Moulay Driss de Fès    Sahara marocain : ARTE dévoile au grand jour les fake news du « polisario »    Le film marocain «Much Loved» bientôt sur Netflix !    La rappeuse marocaine « Khtek » parmi les 100 femmes influentes dans le monde    Une nouvelle cellule terroriste démantelée à Tétouan    La directrice de la comm' de la Maison Blanche jette l'éponge    Coup de filet du BCIJ: démantèlement d'une cellule terroriste à Tétouan    BCIJ : Démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Tétouan (photos)    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Ma vraie guerre est créative »
Publié dans Le Soir Echos le 19 - 12 - 2011

Le jeune réalisateur Hicham Lasri secoue actuellement le cinéma marocain en dégainant un film oppressant et stylisé à outrance. Dans The End, il dépeint un monde satirique où la loi du plus fort règne et où les démons ne s'exorcisent que par la violence. Rencontre.
Prix spécial du jury au festival de Tanger et Coup de coeur au Festival international du film de Marrakech, The End, premier film de Hicham Lasri, est aujourd'hui en salles. Traversé par des personnages marginaux, il est dénué de musique et totalement désaturé, baignant dans une ambiance satirique et distordue. Jeune réalisateur d'une fraîcheur revigorante, et aux penchants philosophiques mordants, Hicham Lasri dégaine des images lourdes de sens, aussi anxiogènes qu'oppressantes, et décrit son cinéma comme « un cinéma de thérapie où on imprime sur pellicule les choses qu'on ne dit pas à nos mères ». Calme et souriant, Hicham Lasri est pourtant un contestataire-né. Féru de bandes dessinées et réalisateur bien pensant, il déverse ca colère et ses émotions dans son film.
The End est un film d'atmosphère. Pourquoi cette ambiance inquiétante ?
Parce qu'il y est question d'injustice et de violence historique, sociale et mythologique. Mon film est un film en colère. Il ne dépeint que des marginaux, des outsiders et des gens à la marge. J'y célèbre l'individu. Je veux raconter une fable qui découle de la société et du Maroc, mais qui donne l'impression de venir d'une autre planète, d'où le noir et le blanc. J'y transforme le monde en un village de westernet totalement dépeuplé. Je parle de Casablanca et pourtant personne n'y reconnaît Casablanca. Il faut inscrire l'œuvre dans l'absolu.
« J'aime bien ce principe de subversion qui passe par la gratuité. Dans la violence, on ne parle pas, on agit ».
Votre film est extrêmement stylisé, comme dans un comic. Pourquoi l'absence de musique et les multiples effets visuels ?
Les effets visuels remplacent la musique, et les mouvements de la caméra traduisent le rythme du film. Comment rendre un film angoissant  ? Un peu comme faire de la musique sans musique.
Contrairement au cinéma marocain habituellement bavard, ma rigueur est celle d'un film peu parlant, où l'absence de musique renforce la distance. Je suis un fétichiste de l'image. Je ne suis pas dans le réalisme social et proche du documentaire, je suis dans le satirique lourd, et la violence désaturée.
Les personnages sont étranges et morbides, surtout Mikhi, le héros taciturne. Pourquoi ce choix délibéré ?
Pour servir l'histoire qui ne passe pas par le dialogue, il fallait des choix radicaux. Les personnages du film ne sont pas éduqués pour s'exprimer ou communiquer. Ils reçoivent et donnent des baffes et expriment leurs émotions en se frappant. Je parle d'un monde où il n'y a pas d'héroïsme. Dans la réalité, les gens retournent leurs vestes pour leurs propres intérêts.
Le personnage de Mikhi ne parle pas, il se laisse faire comme si c'était la seule façon de survivre. Il se fait insulter, tabasser et n'a aucune dignité, c'est une serpillière. Pour gagner en dignité, il faut sacrifier les autres, et passe donc d'anti-héros à traître, de loser à personnage héroïque. C'est une victime et un martyre de la société, alors que les quatre frères sont violents par besoin d'adrénaline. C'est une meute de révolutionnaires sans idéologie. J'aime bien ce principe de subversion qui passe par la gratuité. Dans la violence, on ne parle pas, on agit.
Pourquoi la présence récurrente de feu le roi Hassan II ?
Dans le film, Hassan II est presque un personnage mythologique. On ne le voit nulle part, mais il est omniprésent, presque comme une divinité. Il représente aussi l'image du père, le père suprême, vu que les personnages sont liés par l'idée du père disparu : les frères dont le père a été assassiné et Mikhi dont le père s'est suicidé. Il y a aussi le partage d'une émotion et du souvenir de sa mort qui me revient souvent, ainsi que le sentiment de désarroi que j'ai observé quand j'étais petit.
Il y a une infantilisation palpable dans le film, surtout à travers les personnages en costume ?
C'est vrai, le film est peuplé d'enfants turbulents et méchants. Tout est décontestualisé et détourné, et tout réfère à un monde enfantin : les chaînes de Rita qui font constamment du bruit, les soldats par terre qu'il faut écraser, les références au Mac Do et les personnages en costumes de super-héros.
Avez-vous réfléchi le thème ou l'habillage de vos futurs projets ?
Je suis fluctuant, je ne sais pas quelle sera la prochaine démarche, il n'y a rien de prémédité. Je veux juste être honnête et proche de mes émotions. Je ne cherche pas à me battre, je ne suis pas un militant. Ma vraie guerre est créative. Mes films, je n'ai pas envie de les vendre. J'ai envie de les montrer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.