Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« Ma vraie guerre est créative »
Publié dans Le Soir Echos le 19 - 12 - 2011

Le jeune réalisateur Hicham Lasri secoue actuellement le cinéma marocain en dégainant un film oppressant et stylisé à outrance. Dans The End, il dépeint un monde satirique où la loi du plus fort règne et où les démons ne s'exorcisent que par la violence. Rencontre.
Prix spécial du jury au festival de Tanger et Coup de coeur au Festival international du film de Marrakech, The End, premier film de Hicham Lasri, est aujourd'hui en salles. Traversé par des personnages marginaux, il est dénué de musique et totalement désaturé, baignant dans une ambiance satirique et distordue. Jeune réalisateur d'une fraîcheur revigorante, et aux penchants philosophiques mordants, Hicham Lasri dégaine des images lourdes de sens, aussi anxiogènes qu'oppressantes, et décrit son cinéma comme « un cinéma de thérapie où on imprime sur pellicule les choses qu'on ne dit pas à nos mères ». Calme et souriant, Hicham Lasri est pourtant un contestataire-né. Féru de bandes dessinées et réalisateur bien pensant, il déverse ca colère et ses émotions dans son film.
The End est un film d'atmosphère. Pourquoi cette ambiance inquiétante ?
Parce qu'il y est question d'injustice et de violence historique, sociale et mythologique. Mon film est un film en colère. Il ne dépeint que des marginaux, des outsiders et des gens à la marge. J'y célèbre l'individu. Je veux raconter une fable qui découle de la société et du Maroc, mais qui donne l'impression de venir d'une autre planète, d'où le noir et le blanc. J'y transforme le monde en un village de westernet totalement dépeuplé. Je parle de Casablanca et pourtant personne n'y reconnaît Casablanca. Il faut inscrire l'œuvre dans l'absolu.
« J'aime bien ce principe de subversion qui passe par la gratuité. Dans la violence, on ne parle pas, on agit ».
Votre film est extrêmement stylisé, comme dans un comic. Pourquoi l'absence de musique et les multiples effets visuels ?
Les effets visuels remplacent la musique, et les mouvements de la caméra traduisent le rythme du film. Comment rendre un film angoissant  ? Un peu comme faire de la musique sans musique.
Contrairement au cinéma marocain habituellement bavard, ma rigueur est celle d'un film peu parlant, où l'absence de musique renforce la distance. Je suis un fétichiste de l'image. Je ne suis pas dans le réalisme social et proche du documentaire, je suis dans le satirique lourd, et la violence désaturée.
Les personnages sont étranges et morbides, surtout Mikhi, le héros taciturne. Pourquoi ce choix délibéré ?
Pour servir l'histoire qui ne passe pas par le dialogue, il fallait des choix radicaux. Les personnages du film ne sont pas éduqués pour s'exprimer ou communiquer. Ils reçoivent et donnent des baffes et expriment leurs émotions en se frappant. Je parle d'un monde où il n'y a pas d'héroïsme. Dans la réalité, les gens retournent leurs vestes pour leurs propres intérêts.
Le personnage de Mikhi ne parle pas, il se laisse faire comme si c'était la seule façon de survivre. Il se fait insulter, tabasser et n'a aucune dignité, c'est une serpillière. Pour gagner en dignité, il faut sacrifier les autres, et passe donc d'anti-héros à traître, de loser à personnage héroïque. C'est une victime et un martyre de la société, alors que les quatre frères sont violents par besoin d'adrénaline. C'est une meute de révolutionnaires sans idéologie. J'aime bien ce principe de subversion qui passe par la gratuité. Dans la violence, on ne parle pas, on agit.
Pourquoi la présence récurrente de feu le roi Hassan II ?
Dans le film, Hassan II est presque un personnage mythologique. On ne le voit nulle part, mais il est omniprésent, presque comme une divinité. Il représente aussi l'image du père, le père suprême, vu que les personnages sont liés par l'idée du père disparu : les frères dont le père a été assassiné et Mikhi dont le père s'est suicidé. Il y a aussi le partage d'une émotion et du souvenir de sa mort qui me revient souvent, ainsi que le sentiment de désarroi que j'ai observé quand j'étais petit.
Il y a une infantilisation palpable dans le film, surtout à travers les personnages en costume ?
C'est vrai, le film est peuplé d'enfants turbulents et méchants. Tout est décontestualisé et détourné, et tout réfère à un monde enfantin : les chaînes de Rita qui font constamment du bruit, les soldats par terre qu'il faut écraser, les références au Mac Do et les personnages en costumes de super-héros.
Avez-vous réfléchi le thème ou l'habillage de vos futurs projets ?
Je suis fluctuant, je ne sais pas quelle sera la prochaine démarche, il n'y a rien de prémédité. Je veux juste être honnête et proche de mes émotions. Je ne cherche pas à me battre, je ne suis pas un militant. Ma vraie guerre est créative. Mes films, je n'ai pas envie de les vendre. J'ai envie de les montrer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.