Kia Maroc. Un Flagship et des ambitions nouvelles    Sahara : Vers l'ancrage de la position américaine ?    La loi sur les signatures électroniques désormais opérationnelle [Document]    Etats-Unis : Joe Biden a prêté serment    Evolution du coronavirus au Maroc : 1152 nouveaux cas, 4 62. 542 au total, mercredi 20 janvier 2021 à 18 heures    HCP : La confiance des ménages toujours en berne    Le RNI convoque son «parlement»    Comité des représentants permanents de l'UA : Le Maroc présent à la 41ème session ordinaire    Détournement de fonds publics : Enquête judiciaire à l'encontre d'un policier à Beni Mellal    L'émission «Ahssan Pâtissier» débarque sur 2M    Le Roi Mohammed VI reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères et de la Coopération internationale    Le poison de « la vérité alternative »    Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux    Giuseppe Conte, l'illustre inconnu de l'échiquier politique italien    Anasse Bari: Gagner les élections dans un monde propulsé par l'IA est un "jeu de chiffres" qui se déroule sur les médias sociaux    Distinction du tandem marocain du FC Séville    Mondial des clubs : Un adversaire arabe pour le Bayern au dernier carré    Réunion de la Fédération Royale marocaine de basketball: Le Cinq national et les préparatifs au lancement des championnats à l' ordre du jour    Le portefeuille de BMCE Capital Research tire son épingle du jeu en 2020    Le Maroc dénonce le dévoiement des décisions du Sommet extraordinaire de l'UA par l'Afrique du Sud    Cher vaccin, cesse de nous faire languir !    Abdelkrim Meziane Belfkih: Le taux de reproduction de la Covid-19 se stabilise à 0,88    L'Italie prendra des actions en justice contre Pfizer    Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    Netflix dépasse les 200 millions d'abonnés payants dans le monde    Chauffe-eau : Le tueur silencieux a fait 9 morts    El Guergueret : L'hommage du Groupe Sentissi    Casablanca : Une collecte de dons lancée en faveur des migrants sans-abri    Groupe Renault. Un bilan 2020 positif malgré la crise    Coronavirus : le SIAM 2021 annulé    Honorable distinction d'un militant amazigh     Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Les autorités publiques «rejettent catégoriquement» le chapitre consacré au Maroc    Transformation digitale : Marjane Holding passe à la vitesse supérieure    Mondial de handball: Le Maroc quitte la compétition    Il prend la tête du groupe C: Le Maroc débute par un petit succès sur le Togo    Angleterre: Leicester enfonce Chelsea, Lampard en danger    L'équipe nationale en stage de préparation à Maâmora    La pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS    Une démocratie, comme les auatres...    Marrakech : 1ère exposition de l'événement culturel «EX. Art contemporain»    «L'Homme qui a Vendu sa Peau» et l'acteur Sami Bouajila primés    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    Edito: Le maire doit partir    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Re-naissance, ré-forme, ré-surrection
Publié dans Le Soir Echos le 19 - 12 - 2011

Il n'aura échappé à personne que l'histoire arabe moderne s'est faite sous l'égide de quelques termes : Nahda, Islah, Baas… Idéologies antagonistes, domaines d'intérêt différents, acteurs variés, mais une même similitude lexicale : tous ces programmes se formulèrent comme répétitions de processus passés, et comme reprises d'étapes historiques avortées.
La modernité comme retour à…
Au XIXe siècle, le terme Nahda fut choisi comme équivalent de la « renaissance » européenne. Ces prometteurs syro-libanais voulurent une histoire arabe qui calque l'histoire européenne, gage de réussite. Il y eut une antiquité brillante – gréco-romaine en Europe, omeyyade et abbasside en Orient – puis des invasions barbares et un long moyen-âge – germanique en Europe, turc en Orient – et enfin la renaissance humaniste qui fêtait les retrouvailles avec l'âge d'or. Parallèlement, on parla d'Islah, de rectification ou de réforme religieuse. Le parallélisme avec la réforme protestante, autre mouvement de la modernité européenne, est moins évident, et jamais explicitement invoqué. Mais le même motif de reprise de l'ouvrage historique inachevé le compose : un âge d'or (les califes bien guidés), une décadence (l'oubli de la religion vraie, corrompue par des innovations) et le retour à la pureté originelle. En soulignant les oppositions entre la Nahda laïque et l'Islah religieux, on omettait cette proximité de méthode, qui est essentielle.
Créer de l'avenir en l'habillant du passé est courant, tant il est difficile d'assumer une nouveauté totale. L'imaginaire des révolutionnaires français était tout imprégné d'histoire grecque et latine, et Plutarque ne quittait pas leur chevet. Plus tard, les Bolcheviks crurent répéter la révolution française, comme les Chinois crurent répéter la russe. L'étonnant dans les révolutions arabes est qu'elles se fassent sans recours excessif à l'histoire, dans une région pourtant ô combien saturée, écrasée de référentiel historique.
Assumer la nouveauté politique
Le Printemps arabe de cette année ne répète aucun événement ou période connus, et il est difficile de trouver dans les différents régimes arabes classiques quelque chose qui rappelle les démocraties en construction à Tunis, au Caire et ailleurs. Le fait est inédit et doit être souligné ; il bouleverse deux siècles de modernité politique, dont la théorie comme la pratique se faisaient sous le signe du « retour à ». La polémique mort-née provoquée par l'évocation d'un nouveau califat, il y a quelques semaines, dit assez que de telles références, si elles pouvaient avoir leur impact limité dans des discours hystériques – celui de Ben Laden, par excellence – ne cadrent plus avec la confrontation à la réalité qu'entament aujourd'hui les peuples arabes. Cette absence d'histoire tient à l'usage qui en a été fait par les régimes dictatoriaux : le passé arabe fut, pour Nasser comme pour Saddam, pour Kadhafi comme pour le Baas, le meilleur alibi pour la répression du présent et le meurtre de l'avenir auquel ils procédèrent.
Il tient aussi, plus positivement, d'une prise de conscience : la démocratisation arabe est un rattrapage, une « normalisation » attendue depuis longtemps, qui réconcilie cette région avec le reste du monde, plus qu'avec sa propre histoire. Notons enfin que l'histoire, comme pédagogie et comme discipline mentale, noue des liens troubles avec les mentalités autoritaires : le culte des grands hommes, la commémoration du fracas des batailles, l'invocation incessante des grandeurs passées, tenaient une place centrale dans la formation des peuples voués à la dictature.
Si 2011 voit la fin de la pathologie (et du soin apporté par l'Islah), de la parturition (la renaissance dans la Nahda, la résurrection dans le Baas), peut-être l'horizon intellectuel s'en trouvera-t-il libéré pour explorer d'autres voies, qui ne soient pas tant une anti-Nahda, que son dépassement. Tentée par Adonis, par Hisham Sharabi, par Bouali Yassine, dans des entreprises solitaires, cette déconstruction des mythes revivalistes arabes est peut-être arrivée à maturité avec le printemps que nous vivons, et qui nous fait assumer la nouveauté de l'événement, sans la stèle historique, sans l'ombre du passé mort.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.