Vidéo. Voici la déclaration de Mezouar qui lui a attiré les foudres du gouvernement    La Journée sans voiture laisse un écho favorable chez les casablancais    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Averses orageuses fortes avec chute de grêle et rafales dans plusieurs provinces du royaume    World Policy Conference 2019 : Ce qu'a dit Mezouar sur l'Algérie…    Salaheddine Mezouar annonce son départ de la CGEM    CGEM : Mezouar annonce sa démission    Le chapitre Mezouar fermé, que se passera-t-il à la CGEM ?    Zagora : clôture du 7ème Festival international du conte et des arts populaires    Emouvantes obsèques à Seddina «Tétouan» d'Abderrahmane Karkich    Agir pour un tourisme créatif!    Transport de marchandises : les professionnels suspendent leur sit-in    Sahara: des pétitionnaires latino-américains mettent en avant l'initiative marocaine    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Le groupe Renault se sépare de son Directeur général    Le PDG de Laprophan n'est plus !    Le thyphon Hagibis atteint les côtes du Japon    Les chants désespérés et pathétiques des supporters    Gouvernement : A la recherche de l'efficacité    Arrivée au Maroc du président rwandais Paul Kagame    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    WPC 2019: Mezouar voit positivement les mutations que connaît le Maghreb    «La culture est le meilleur moyen d'échange»    Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»    Faouzi Skali présente la culture soufie devant le Sénat français    L'édition 2020 du Symposium business et santé en Afrique (AHBS) aura lieu au Maroc !    Maroc – Libye : « Beaucoup de travail reste à faire », dixit Halilhodzic    Casablanca ne sera pas privé d'électricité le 20 octobre (ONEE)    Le secrétaire général des Nations unies épingle le Polisario    Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies    La Belgique première qualifiée à l'Euro 2020 : Les Pays-Bas se font peur    Le Sud-Africain Giniel De Villiers remporte le Rallye du Maroc 2019    Divers    Divers sportifs    La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance de l'économie marocaine    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements    Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel    Beyoncé de nouveau enceinte    Bentalha victime d'une escroquerie    Institut français du Maroc. Que la saison commence !    Maroc-Lybie : Tout ce qu'il faut savoir sur cette rencontre    Wydad et Raja dans des groupes plus ou moins difficiles    Vahid Halilhodžić n'a pas encore trouvé l'équipe type    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cabinet Benkirane, c'est fait !
Publié dans Le Soir Echos le 04 - 01 - 2012

Le tant attendu cabinet Benkirane est désormais formé, ses 31 ministres nommés par le roi. La plupart des départements de souveraineté ont été « politisés », comme c'est le cas pour l'Intérieur et les Affaires étrangères, mais ils restent sous haute surveillance.
La composition du trentième gouvernement au Maroc a, enfin, été révélée. Le premier Exécutif dirigé par le secrétaire général d'une formation au référentiel islamiste est désormais complet. Mardi, au palais royal de Rabat, les 31 ministres du cabinet Benkirane ont défilé devant le roi. Pour certains, notamment les PJDistes, c'est la première fois que leurs pieds foulent la salle du trône. Une consécration, comme c'est le cas de Mustapha Ramid, l'avocat des détenus salafistes, désormais à la tête du département de la Justice et des libertés publiques. Sa candidature était au cœur d'une polémique alimentée par de possibles réserves du Palais. Certains PJDistes accusent les «frères» de l'Istiqlal d'en être les instigateurs, lézardant la charte de la majorité, signée le 16 décembre entre les chefs du PJD, du PI, du MP et du PPS.
Une seule femme
En harmonie avec son référentiel conservateur, Benkirane n'a guère laissé de place aux femmes. Sur les 27 ministres que compte son gouvernement, la gente féminine n'est représentée que par la seule Bassima Hakkaoui, titulaire du maroquin de la Solidarité et de la famille, contre sept au précédent cabinet d'Abbas El Fassi. Une ministre conservatrice, comme l'est d'ailleurs son supérieur hiérarchique ayant fait campagne, au même titre que le MUR et la jeunesse du PJD, contre les récentes levées des réserves du royaume sur les articles 9 et 16 la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes.
Retour en force de Mohamed El Ouafa
Ambassadeur du royaume en Inde et au Brésil, Mohamed El Ouafa, longtemps absent du Maroc, opère un retour en force sur la scène politique. Cet istiqlalien est fortement pressenti pour succéder à Abbas El Fassi, au 13 congrès du parti, prévu – sauf coup de théâtre – en 2013. Le clan Marrakechi au sein du PI mise beaucoup sur le tout nouveau ministre de l'Education nationale. Une nomination-surprise et une consécration pour ce marrakechi, au détriment de Abbas El Fassi qui voit ses plans de placer son gendre Nizar Baraka à la tête de la Balance prendre de l'eau.
Ahmed Taoufiq reste aux Habous
Ahmed Taoufiq a manifestement la baraka. Il rempile pour la troisième fois consécutive. Les chefs de gouvernements changent, mais lui reste droit dans ses bottes à la tête du ministère des Habous et des Affaires islamiques. Benkirane a laissé ce département au Palais, le roi étant Amir Al Mouminine. Le nom de Mohamed Abadi, actuel président de la Rabita mohammadia des oulémas, était cité pour succéder à Taoufiq. Rien de tel ! Sa proximité avec le PJD a manifestement nui à ses chances de prendre le marqouin des Affaires islamiques.
Les technocrates
48 heures après sa démission du RNI, Aziz Akhannouche se voit récompenser par le ministère de l'Agriculture et de la pêche maritime. Ce n'est guère une surprise. Depuis sa nomination pour former un gouvernement, Benkirane a parié sur Akhannouch pour rejoindre son équipe. Des calculs politiques sont à l'origine de ce pari désormais gagné par les deux. Akhannouch occupe ce département en sa qualité detechnocrate, au même titre que Driss Dahak, secrétaire général du gouvernement, Ahmed Toufiq, ministre des Habous et des affaires islamiques, Abdellatif Loudiyi, ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé notamment de l'Administration de la défense nationale.
Des départements sous surveillance
S'il ont été politisés, certains départements dits de souveraineté, comme l'Intérieur, qui est finalement revenu à M'haned Laenser du Mouvement populaire, ou les Affaires étrangères, accordé à Saad Eddine El Othmani, restent sous contrôle ; du moins d'un point de vue technique. En témoigne la nomination de Cherqui Draiss, le désormais ancien patron de la police, en tant que ministre délégué à l'Intérieur, et de Youssef Amrani en tant que ministre délégué aux Affaires étrangères.
La liste des ministres du trentième gouvernement
Abdelilah Benkirane (PJD) : chef du gouvernement
Abdellah Baha (PJD) : ministre d'Etat sans portefeuille
Saad-Eddine El Othmani (PJD) : ministre des Affaires étrangères et de la coopération.
Mustapha Ramid (PJD) : ministre de la Justice et des libertés
Lahcen Daoudi (PJD) : ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres
Aziz Rabbah (PJD) : ministre de l'Equipement et du transport
Bassima Hakkaoui (PJD) : ministre de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social
Mustapha El Khalfi (PJD) : ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement
Abdelkader Aâmara (PJD) : ministre de l'Industrie, du commerce et des nouvelles technologies
Lahbib Choubani (PJD) : ministre chargé des Relations avec le Parlement et la société civile
Idriss Azami Al Idrissi (PJD) : ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du budget
Mohamed Najib Boulif (PJD) : ministre délégué auprès du chef dU gouvernement chargé des Affaires générales et de la gouvernance
Nizar Baraka (PI) : ministre de l'Economie et des finances
Mohamed El Ouafa (PI) : ministre de l'Education nationale
Fouad Douiri (PI) : ministre de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement
Adessamad Qaiouh (PI) : ministre de l'Artisanat
Abdellatif Maâzouz (PI) : ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des Marocains résidents à l'étranger
Youssef Amrani (PI) : ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération
Nabil Benabdellah (PPS) : ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la politique de la ville
El Hossein El Ouardi (PPS) : ministre de la Santé
Abdelouahed Souhail (PPS) : ministre de l'Emploi et de la formation professionnelle
Mohamed Amine Sbihi (PPS) : ministre de la Culture
Mohand Laenser (MP) : ministre de l'Intérieur
Mohamed Ouzzine (MP) : ministre de la Jeunesse et des sports
Lahcen Haddad (MP) : ministre du Tourisme
Abdelâdim El Guerrouj (MP) : ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé de la fonction publique et de la modernisation de l'administration
Ahmed Toufiq (technocrate) : ministre des Habous et des affaires islamiques
Driss Dahak (technocrate) : secrétaire général du gouvernement
Aziz Akhannouch (technocrate) : ministre de l'Agriculture et de la pêche maritime
Abdellatif Loudiyi (technocrate) ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l'Administration de la défense nationale
Charki Draiss (technocrate) : ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.