HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cabinet Benkirane, c'est fait !
Publié dans Le Soir Echos le 04 - 01 - 2012

Le tant attendu cabinet Benkirane est désormais formé, ses 31 ministres nommés par le roi. La plupart des départements de souveraineté ont été « politisés », comme c'est le cas pour l'Intérieur et les Affaires étrangères, mais ils restent sous haute surveillance.
La composition du trentième gouvernement au Maroc a, enfin, été révélée. Le premier Exécutif dirigé par le secrétaire général d'une formation au référentiel islamiste est désormais complet. Mardi, au palais royal de Rabat, les 31 ministres du cabinet Benkirane ont défilé devant le roi. Pour certains, notamment les PJDistes, c'est la première fois que leurs pieds foulent la salle du trône. Une consécration, comme c'est le cas de Mustapha Ramid, l'avocat des détenus salafistes, désormais à la tête du département de la Justice et des libertés publiques. Sa candidature était au cœur d'une polémique alimentée par de possibles réserves du Palais. Certains PJDistes accusent les «frères» de l'Istiqlal d'en être les instigateurs, lézardant la charte de la majorité, signée le 16 décembre entre les chefs du PJD, du PI, du MP et du PPS.
Une seule femme
En harmonie avec son référentiel conservateur, Benkirane n'a guère laissé de place aux femmes. Sur les 27 ministres que compte son gouvernement, la gente féminine n'est représentée que par la seule Bassima Hakkaoui, titulaire du maroquin de la Solidarité et de la famille, contre sept au précédent cabinet d'Abbas El Fassi. Une ministre conservatrice, comme l'est d'ailleurs son supérieur hiérarchique ayant fait campagne, au même titre que le MUR et la jeunesse du PJD, contre les récentes levées des réserves du royaume sur les articles 9 et 16 la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes.
Retour en force de Mohamed El Ouafa
Ambassadeur du royaume en Inde et au Brésil, Mohamed El Ouafa, longtemps absent du Maroc, opère un retour en force sur la scène politique. Cet istiqlalien est fortement pressenti pour succéder à Abbas El Fassi, au 13 congrès du parti, prévu – sauf coup de théâtre – en 2013. Le clan Marrakechi au sein du PI mise beaucoup sur le tout nouveau ministre de l'Education nationale. Une nomination-surprise et une consécration pour ce marrakechi, au détriment de Abbas El Fassi qui voit ses plans de placer son gendre Nizar Baraka à la tête de la Balance prendre de l'eau.
Ahmed Taoufiq reste aux Habous
Ahmed Taoufiq a manifestement la baraka. Il rempile pour la troisième fois consécutive. Les chefs de gouvernements changent, mais lui reste droit dans ses bottes à la tête du ministère des Habous et des Affaires islamiques. Benkirane a laissé ce département au Palais, le roi étant Amir Al Mouminine. Le nom de Mohamed Abadi, actuel président de la Rabita mohammadia des oulémas, était cité pour succéder à Taoufiq. Rien de tel ! Sa proximité avec le PJD a manifestement nui à ses chances de prendre le marqouin des Affaires islamiques.
Les technocrates
48 heures après sa démission du RNI, Aziz Akhannouche se voit récompenser par le ministère de l'Agriculture et de la pêche maritime. Ce n'est guère une surprise. Depuis sa nomination pour former un gouvernement, Benkirane a parié sur Akhannouch pour rejoindre son équipe. Des calculs politiques sont à l'origine de ce pari désormais gagné par les deux. Akhannouch occupe ce département en sa qualité detechnocrate, au même titre que Driss Dahak, secrétaire général du gouvernement, Ahmed Toufiq, ministre des Habous et des affaires islamiques, Abdellatif Loudiyi, ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé notamment de l'Administration de la défense nationale.
Des départements sous surveillance
S'il ont été politisés, certains départements dits de souveraineté, comme l'Intérieur, qui est finalement revenu à M'haned Laenser du Mouvement populaire, ou les Affaires étrangères, accordé à Saad Eddine El Othmani, restent sous contrôle ; du moins d'un point de vue technique. En témoigne la nomination de Cherqui Draiss, le désormais ancien patron de la police, en tant que ministre délégué à l'Intérieur, et de Youssef Amrani en tant que ministre délégué aux Affaires étrangères.
La liste des ministres du trentième gouvernement
Abdelilah Benkirane (PJD) : chef du gouvernement
Abdellah Baha (PJD) : ministre d'Etat sans portefeuille
Saad-Eddine El Othmani (PJD) : ministre des Affaires étrangères et de la coopération.
Mustapha Ramid (PJD) : ministre de la Justice et des libertés
Lahcen Daoudi (PJD) : ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres
Aziz Rabbah (PJD) : ministre de l'Equipement et du transport
Bassima Hakkaoui (PJD) : ministre de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social
Mustapha El Khalfi (PJD) : ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement
Abdelkader Aâmara (PJD) : ministre de l'Industrie, du commerce et des nouvelles technologies
Lahbib Choubani (PJD) : ministre chargé des Relations avec le Parlement et la société civile
Idriss Azami Al Idrissi (PJD) : ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du budget
Mohamed Najib Boulif (PJD) : ministre délégué auprès du chef dU gouvernement chargé des Affaires générales et de la gouvernance
Nizar Baraka (PI) : ministre de l'Economie et des finances
Mohamed El Ouafa (PI) : ministre de l'Education nationale
Fouad Douiri (PI) : ministre de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement
Adessamad Qaiouh (PI) : ministre de l'Artisanat
Abdellatif Maâzouz (PI) : ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des Marocains résidents à l'étranger
Youssef Amrani (PI) : ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération
Nabil Benabdellah (PPS) : ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la politique de la ville
El Hossein El Ouardi (PPS) : ministre de la Santé
Abdelouahed Souhail (PPS) : ministre de l'Emploi et de la formation professionnelle
Mohamed Amine Sbihi (PPS) : ministre de la Culture
Mohand Laenser (MP) : ministre de l'Intérieur
Mohamed Ouzzine (MP) : ministre de la Jeunesse et des sports
Lahcen Haddad (MP) : ministre du Tourisme
Abdelâdim El Guerrouj (MP) : ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé de la fonction publique et de la modernisation de l'administration
Ahmed Toufiq (technocrate) : ministre des Habous et des affaires islamiques
Driss Dahak (technocrate) : secrétaire général du gouvernement
Aziz Akhannouch (technocrate) : ministre de l'Agriculture et de la pêche maritime
Abdellatif Loudiyi (technocrate) ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l'Administration de la défense nationale
Charki Draiss (technocrate) : ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.