Publication : Nasser Bouchiba esquisse 60 ans d'Histoire des Relations entre le Maroc et la Chine    Twitter propose aux utilisateurs de donner des "pourboires" à leurs comptes favoris    LDC : Tuchel a-t-il pris un ascendant psychologique sur Guardiola ?    Sadiq Khan réélu maire de Londres    Marrakech: destruction de 2,2 tonnes de produits impropres à la consommation    Météo: le temps prévu ce dimanche 9 mai au Maroc    CAN Féminine, Maroc 2022 : Participation record aux éliminatoires    3ème édition du programme TOYP: la JCI honore les jeunes talents    Hakim Ziyech : "C'était un bon moment pour moi de marquer"    Vente illégale de médicaments: le chef du parquet a envoyé une circulaire aux procureurs    Affaire Brahim Ghali : «l'Espagne maintient sa posture», selon Arachan Gonzalez Araya    Manchester-Chelsea (1-2) : City puni par les Blues grâce à Ziyech, Alonso et à... Aguero !    Association Internationale de la Presse Sportive : Session hispanophone de la photographie    L'insécurité alimentaire aiguë a atteint son niveau le plus élevé en cinq ans (GNAFC)    Deux Marocains remportent les troisième et cinquième places du prix Katara pour la récitation du saint Coran    Des manifestants tchadiens brûlent le drapeau français, France 24 filme mais no comment    Baccalauréat 2021 : le MEN publie un guide des candidats    Allemagne: le Bayern remporte son 9è titre consécutif    Maroc-Espagne : un manifeste signé par 9 partis politiques    Le wydad reçoit des vœux pour son 84e anniversaire (PHOTOS)    Al Hoceima: une opération d'immigration illégale avortée, un individu interpellé    L'accueil du dénommé Brahim Ghali en Espagne, un acte «inacceptable» et «condamnable» (Partis politiques marocains)    Covid-19/Maroc : Sept décès et 314 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Aïd El-Fitr: Marrakech sous haute surveillance    Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mai 2021 à 16H00    Al Akhawayn pilote un projet de transformation des huiles de friture en biodiesel carburant    Médias: le long calvaire des journalistes    Enseignement supérieur: Amzazi s'attaque au cumul d'activités des enseignants-chercheurs    Le rappeur marocain Issam dévoile son premier album "Crystal"    La Chine lance une campagne contre la fraude et la cyberviolence    Coworking : le suisse IWG ouvre un nouvel espace de travail à Casablanca    AstraZeneca: la France recense deux nouveaux cas de thromboses, dont un décès    Marocains bloqués à l'étranger : la DGAC annonce les conditions d'accès au territoire national    Marocains bloqués à l'étranger : voici les conditions exigées pour les vols de rapatriement    La Bourse de Casablanca en nette hausse du 3 au 7 mai    Le régime algérien réclame toujours la «repentance» de la France pour la période coloniale    Le Maroc et le Koweït déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations bilatérales (ministre Koweïtien)    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Météo Maroc: le temps prévu ce samedi 8 mai    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région Fès-Meknès    Le projet Andam pour que reste la parole    Mounia Lamkimel : "J'aime les personnages complexes et je n'aime pas que l'on me colle une étiquette"    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Nouvelle édition du Festival international de Meknès du cinéma des jeunes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Deux icônes tirent leur révérence
Publié dans Le Soir Echos le 19 - 01 - 2012

Les chansons du Maestro Rouicha comme celles du groupe Lemchaheb, dont Mohamed Soussdi (à droite) fut l'un des leaders, resteront gravées à jamais dans la mémoire des Marocains.
Mohamed Rouicha, le Farid El Atrach du Moyen-Atlas
Mohamed Rouicha, le Farid El Atrach du Moyen-Atlas
« C'est un grand artiste. Il était notre professeur. Je suis abattue par cette nouvelle », a déclaré Cherifa. Celle qu'on surnomme la Diva du Moyen-Atlas n'oublie pas tout l'enseignement qui lui a été transmis par celui qu'elle considère comme son maître :« Les souvenirs sont ceux d'une personne philosophe, avec laquelle on a partagé de grands moments », confie-t-elle au Soir échos. Né en 1950 à Khenifra, Mohamed Rouicha a eu une carrière lumineuse. Il est connu pour ses compositions audacieuses et pour son amour inconditionnel de l'outar, cet instrument traditionnel devenu son compagnon de tous les temps. « Dans l'imaginaire marocain, il est synonyme de quelque chose de futile et d'insignifiant, puisque les mendiants s'en servaient dans les bus et les cars. Or, c'est un instrument historique. Menacé de disparition, j'ai voulu le sauver et faire de lui un instrument musical marocain à part entière », déclarait le défunt Rouicha dans un de ses entretiens à la presse.Sa première chanson a été enregistrée en 1964, mais ce n'est qu'en 1979 qu'il sera véritablement confirmé musicien professionnel.
C'est à travers sa maîtrise de la fusion entre plusieurs répertoires que Rouicha parvient à asseoir sa propre école. « Rouicha était un génie. Il a donné le meilleur de lui-même pendant plus d'un demi siècle », témoigne le chercheur Driss Kaydssi, un de ses amis proches, spécialiste de la musique amazigh. Humble et ouvert, Mohamed Rouicha a réussi à explorer des œuvres de plusieurs chercheurs et intellectuels dans le patrimoine musical et poétique amazigh.Rouicha est décédé avant une ultime soirée-hommage que ses amis et la SNRT avaient programmée pour le 24 janvier au théâtre Mohammed V de Rabat. Son dernier spectacle date du 10 octobre à Oulmès. Chanteur et parolier prolifique alternant l'arabe et l'amazigh avec un bonheur égal, il s'est produit sur plusieurs scènes, au Maroc comme à l'étranger. Il laisse à la postérité deux garçons et deux filles et des dizaines de tubes.Les mélomanes de différentes générations n'oublieront pas de si tôt les airs envoûtants de ses chansons porteuses de la majesté du cèdre et de la grandeur du Moyen-Atlas, comme Chhal men Lila, Ya majmaa Al mouminine, Qulou lammimti ou encore sa dernière perle Inas Inas où il a déployé toute sa maestria.
Mohamed Soussdi, la voix du peuple
Il nourrissait l'espoir de voir renaître un jour Lemchaheb ; il est mort avant de voir son désir se réaliser. Mohamed Soussdi, l'une des voix d'or de ce groupe mythique est décédé à deux heures du matin le 17 janvier 2012. Dans le cœur de ses fans, un profond désespoir. « C'est une partie de l'âge d'or de la chanson marocaine qui disparaît avec lui », dira un de ses aficionados dans des propos au Soir échos. Leader du groupe Lemchaheb, il se distinguait par sa voix suave et son expression inimitable. Ses derniers souhaits étaient qu'il puisse un jour reprendre son activité, malgré les nombreux conflits au sein du groupe, depuis la disparition de Mohamed Batma et Lamrani. Mohamed Soussdi était considéré comme la voix du peuple. Dans les années 70, aux côtés de Mohamed Batma et de Moulay Chérif Lamrani, ils évoquaient déjà la possibilité d'un Printemps arabe, dans le texte désormais visionnaire de la chanson Majmaa El arab. L'artiste avait d'ailleurs déclaré dans un de ses propos : « Nous étions capables de soulever des sujets évités à l'époque par les partis politiques. Notre objectif était de défendre des valeurs de l'humain tout en exprimant, en premier lieu, l'amour de l'art et de la beauté. » Le défunt a laissé derrière lui une épouse et cinq enfants dont deux filles. Il a été inhumé le mercredi 18 janvier après la prière d'Addohr, au cimetière Achouhada de Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.