RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS aux meilleurs standards internationaux en matière de Sécurité et d'intégrité    Casablanca en quête d'un air plus frais    Au G20, duel en vue entre Chine et USA, l'Iran en toile de fond    Sénégal : Salif Sané forfait pour le reste du premier tour    L'hégémonie    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    Le mal de maire!    CAN 2019 : Le programme des rencontres de ce mercredi    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Facultés de médecine. Une moyenne de 14,4 exigée pour la présélection    De la parole poétique mêlée avec les rythmées électriques    Maroc-Côte d'Ivoire. Déterminés, les Lions d'Atlas croient à la victoire    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Déconcentration administrative. El Otmani épinglé par la majorité et l'opposition    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    31ème édition du festival du théâtre universitaire à Casablanca    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gloria Gaynor, voix d'or | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 21 - 05 - 2012

Concerts événements, réflexion autour de l'industrie musicale, spectacles de rue, le 11e Festival Mawazine Rythmes du Monde colore Rabat d'un visage festif pour l'amour du son.
Electrique, riche, intense, la fièvre Mawazine s'est emparée de la capitale et des Rbatis. Tous les hôtels de la ville sont pris d'assaut, toutes les soirées sont animées et teintées du programme de ce festival, au-delà des différentes scènes en adéquation avec cette nouvelle édition : Rabat vit et vibre aux rythmes des nombreux concerts. Depuis, vendredi 18 mai, un flot ininterrompu de festivaliers toujours plus nombreux, de trafic routier complètement fou, se déverse de concert, telles des ondes frénétiques dans la capitale, qui joue une nouvelle partition. « J'aime voir ma ville si vivante, elle s'agite dans tous les sens», confie Maria, une jeune Rbatie, qui bataille pourtant au volant de sa voiture depuis près d'une demi-heure pour gagner la scène OLM Souissi, la plus redoutable d'accès. Nous sommes samedi soir, et la star incontestée du rap, Pitbull, s'est produit à cet endroit. Public jeune, enfants et même famille sont venues applaudir le roi du flow américain actuel. Mais cette soirée a, sans conteste et à l'unanimité, été marquée par l'incroyable performance de la diva, Gloria Gaynor. Il est presque 20 heures sur la scène du Théâtre National Mohamed V. La Disco Queen – qui déclarait quelques heures auparavant, lors d'une conférence de presse : « Je suis toujours ravie et honorée quand je suis invitée dans un pays où la musique est un langage» – a également été emportée par le goût du rythme des spectateurs, venus massivement l'applaudir. Passées les dix premières minutes du concert, le public n'a pu résister à l'envie de se lever et de danser, complètement extatique, jusqu'à la fin du spectacle, encouragé par Gloria Gaynor, « ce soir ça va être la fiesta !». Généreuse, débordante d'énergie communicative, la talentueuse chanteuse, a interprété les standards de son répertoire qui ont largement contribué à asseoir son phénoménal succès, à travers les quatre coins du monde, mais aussi l'éternel tube des Jackson Five, « I'll be there» et celui, lancinant et plaintif, qui, passé minuit, vous lézarde le cœur de coups de couteaux, l'unique « Killing me softly», de Roberta Flack, repris l'été 1996, par les Fugees. Placée de plus, sous le signe de la diversité, ces deux premiers jours qui ont ouvert les festivités ont rassemblé artistes issus d'Inde, des Etats-Unis, de la Côte d'Ivoire ou encore du Liban. La soirée d'inauguration a compté près de 200 000 personnes. Les formations, Aziz Sehmaoui & University of Gnawa, LMFAO, ont marqué les différentes scènes. Le festival Mawazine, a notamment rendu un vibrant hommage à deux divas récemment disparues : l'icône américaine de la musique disco Donna Summer et la chanteuse algérienne Warda Al Jazayria, qui avait livré un concert mémorable à Mawazine en 2009. Ainsi, l'espace Nahda, devant une assistance très émue, Karima Skalli a repris une chanson de “ La rose d'Algérie ” et évoqué “ une amie, une dame exceptionnelle qui a beaucoup compté ”. Le Libanais Marouan Khoury a charmé une foule conquise par ses chansons d'amours et son timbre unique. Amie intime de Donna Summer, Gloria Gaynor a rendu hommage à la diva et au Maroc, «un pays que je connais bien et que j'apprécie énormément», a-t-elle souligné. Autre jalon du début de cet événement, une table ronde s'est tenue samedi 19 mai, à 15 heures à la Villa des arts de Rabat, autour de la thématique, « culture et industrie musicale ». Producteurs de l'industrie du disque et artistes qui représentent l'Afrique subsaharienne comme le Cameroun, le Congo, le Gabon, et le Maroc, comme Issam Kamal, Ludovic Georges Njoh Mboule, Rachid Hayeg ont évoqué aux côtés du modérateur et musicologue Ahmed Aydoun, les contours d'une industrie « en devenir», pour le continent africain, mais aussi, la précarité et la difficulté des auteurs pour vivre de leur art, puisque bien souvent ils ne parviennent « qu'à survivre». Un modèle d'industrie, basé sur la diffusion, la production, fait encore défaut, alors que les métiers du disque doivent véritablement répondre à une structure digne de ce nom, comme celle proposée en Europe et aux Etats-Unis. Titres de fièvre, artistes planétaires, public fidèle, l'ère Mawazine se confirme, en tant qu'entité culturelle.
* Tweet
*
*
*


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.