Des directives pour protéger l'ordre public économique    Centres d'appels: «Nous contribuons à relever les minima sociaux du pays»    Réalité virtuelle: La technologie du vidéo gaming s'invite dans la formation    Irrigation: Une solution pour économiser l'eau    Les Algériens défilent toujours    Brèves    Météo: le temps qu'il fera ce jeudi au Maroc    Réalité virtuelle: Et si les universités numérisaient le patrimoine architectural?    Affaire "Hamza mon bb": le hacker condamné n'en a pas fini avec les ennuis    Tunisie: la composition du nouveau gouvernement annoncée (VIDEO)    Le Maroc tance de nouveau Amnesty International    Nasser Bourita : les relations maroco-mauritaniennes sont à leur meilleur niveau    Examen des relations entre le Maroc et la région de Valence    La régularité du dialogue politique entre le Royaume et le Pérou mise en relief    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    Transparence : L'indice d'opacité financière 2020 fait état de progrès dans le domaine de la transparence mondiale (1/2)    La Côte d'Ivoire inaugure son consulat général à Laâyoune    Ligue des champions : Dortmund et Atlético s'en tirent à bon compte    Casillas prend sa retraite sportive    La Bundesliga dépasse les 4 Mds de chiffre d'affaires    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de plus de 36,5 MMDH en 2019    Divers Economie    10 000 pas par jour n'empêchent pas la prise de poids    Insolite : Accouplement de serpents    Débarquement au Japon des passagers du paquebot Diamond Princess    Luis Martinez : Au-delà du "Hirak", il y a la crise économique qui vient    Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain    La 70ème Berlinale sous le signe du politique et de la diversité    L'album engagé du rappeur Dave rafle la mise aux Brit Awards    Annulations de festivités et d'événements en cascade à Marrakech    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Janvier noir pour le marché automobile européen    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le Sahara, toile de fond des entretiens entre Ould Errachid et des responsables chiliens et panaméens    Le Maroc se porte candidat pour organiser la finale de la Ligue des Champions africaine 2020    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    OMS : la pneumonie Covid-19 s'avère bénigne dans quatre cas sur cinq    Marrakech s'électrise !    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Secteurs régulés : qui s'occupe de la concurrence ?    15 longs métrages, dont Adam, en lice    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    Bourita : Le Sahara marocain est un « pôle de coopération Sud-Sud »    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Esprit de famille | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 27 - 06 - 2012

La famille est l'œuvre de tous. Un air de famille, pièce d'Agnès Jaoui, pionnière de cette agitation, continue à donner de la voix au Maroc où une nouvelle création théâtrale verra bientôt le jour. Eclairage.
L'équipe franco-marocaine, lors de sa première résidence à l'auditorium du campus HEM à Tanger.
« La famille, il n y a rien de plus beau », disent souvent en chœur les jeunes mamans, face à la dernière photographie où leur dernier-né tient la pose avec un large sourire. La famille, incarne également une complexité et une histoire toute singulière. Amour, passion, trahison, lien du sang, quels autres thèmes plus nobles et ressorts plus universels pouvaient tisser le nœud dramaturgique d'une pièce de théâtre ? Témoin, « Un air de famille », œuvre écrite par Agnès Jaoui et Jean-Pierer Bakri, en 1994, a depuis, traversé les décennies sans perdre son acuité et son mordant. Adaptée au cinéma par Cédric Klapisch deux plus tard, cette pièce de théâtre est aujourd'hui, l'objet d'une adaptation franco-marocaine. Pensée dans une langue française riche, ponctuée d'incursion en arabe et en darija, par ces deux co-auteurs, Jamila Ysati, universitaire ordinaire de Tétouan et Hervé Guillemot, ancien journaliste, comédien et producteur de pièce de théâtre, « un air de famille » D' Une Rive A L'Autre, sera présentée par la Compagnie Pompes & Macadam en partenariat avec le Centre arabo-européen de Théâtre, structure située à Assilah. Si la démarche de cette future œuvre, forte d'un désir de rapprochement entre les deux rives de la Méditerranée, la finalité de cette pièce tient « à offrir, à partir du Maroc, une création théâtrale résolument biculturelle, un spectacle résolument euro-méditerranéen. Notre ambition est, in fine, de susciter une dynamique d'échanges culturels durables. Un air de famille ouvre un champ d'innombrables possibles au travers de rencontres et de débats, entre artistes et publics des villes et des villages pendant la tournée, d'ateliers de formation dans les écoles, en lien avec les acteurs culturels locaux, les enseignants et les professeurs de théâtre », souligne la Compagnie Pompes & Macadam. Pari d'ores et déjà gagné, puisque cet projet louable est le fruit d'une première résidence, qui s'est déroulée dans la mythique cité du détroit, où la troupe a répété durant une quinzaine jours au campus d'HEM (Hautes Etudes de Management de Tanger), les bases du spectacle. L'action de la pièce, se situera de plus, dans un restaurant de Tanger. La seconde résidence se tiendra au coeur de la Cité des Papes à Avignon, au plus fort du Festival de l'été 2012. Cette résidence sera de plus, ouverte au public et aux étudiants, qui pourront assister « aux coulisses » de la création de ce spectacle réunissant artistes marocains et français. Pour Hervé Guillemot, co-auteur d'Un air de famille, « cette mise en scène marocaine était une évidence. Depuis que j'ai interprété le rôle du personnage de Henri, en 2003 en France, je pensais à une adaptation au Maroc. La mère est terriblement méditerranéenne, elle a un fils préféré, un autre qu'elle aime moins , une fille qui trouve difficilement sa place dans cette famille. Les sujets sont à la fois, douloureux et universells. Quant à notre troupe, depuis la résidence de Tanger, nous formons réellement une famille».
Une comédie où s'enlise le désopilant
Selon Messaoud Bouhcine, metteur en scène de la pièce, « l'aspect humain et universel du texte offrait une mise en scène riche et la composition de personnages qui se délient sur une trame tragi-comique. Le rôle de Mehdi, s'inscrit par exemple dans la retenue et l'observation et n'altère pas l'affirmation d'autres personnages ». Autre ressort indispensable à la teneur de ce spectacle : le sous texte. « Au fil des dialogues et des répliques, éclatent les non-dits de cette famille qui vit le présent amis qui est prisonnière du passé », explique-t-il. Le haut de l'affiche réunit les comédiens Bouchra Ijork, Emmanuelle Brindel, Anas Elaakil, Alexis Logie, Joêlle Richetta, Hervé Guillemot. La scénographie est signée par Badria El hassani. En attendant de découvrir, Un air de famille, D' Une Rive à l'Autre, la troupe espère jouer la première représentation à Tanger ou à Rabat, début 2013.
Un air de famille Jalons
Le spectacle a pour vocation de tourner également dans d'autres pays du pourtour méditerranéen, à travers le réseau régional de l'Institut Français et à l'occasion de festivals, tels que celui de Carthage et de Beyrouth, et Marseille en 2013. Une tournée est prévue dans une dizaine de villes du Maroc avec le soutien du théâtre Mohammed V de Rabat, en partenariat avec le Centre arabo-européen de théâtre au Maroc.
* Tweet
* * *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.