Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Henri Thomas et William Cliff au service de Shakespeare
Publié dans Le Soir Echos le 26 - 03 - 2013

Ces deux poètes d'une impressionnante constance dans la fidélité à eux-mêmes se sont attelés à la traduction française des Sonnets de Shakespeare. Ils ne sont pas les plus célèbres à l'avoir entrepris puisque Yves Bonnefoy s'y est illustré à sa manière qui est plutôt intimidante. Les Sonnets constituent l'une des énigmes de l'immense mystère shakespearien. En préface de sa traduction de 1960 rééditée au Temps qu'il fait en 1994, un an après le décès d'Henri Thomas, le romancier de La Nuit de Londres (L'Imaginaire / Gallimard ) nous invitait à considérer l'essentiel : « C'est la seule part de l'immense œuvre où il nous soit donné d'entendre la voix même de Shakespeare, non pas l'un de ses personnages. Les Sonnets nous présentent ainsi la seule image authentique que nous ayons de lui. Elle n'a pas fini de nous surprendre ».
Le poète belge de langue française William Cliff fut le passeur d'Abdelmajid Benjelloun pour la publication de Mama aux éditions du Rocher. Il a emprunté pour son pseudonyme le prénom du grand Will et nous donne à son tour une traduction des Sonnets (aux éditions du Hasard, 2010) en annonçant : « Le plus important à mes yeux était de donner toute la lisibilité désirable à ce vaste poème qui nous révèle des aspects si intéressants de la personnalité de son auteur et de faire sentir l'émotion qui émerge et qui doit nous atteindre ».
Ecoutons-les, l'un après l'autre. Henri Thomas : « Lorsque quarante hivers auront battu ton front/ Et labouré profond le champ de ta beauté, / Ton fier pourpoint de jeunesse, tant admiré, / Sera guenille dont on fera peu de cas. » Et William Cliff : « Quand maint hiver aura creusé ton charme/ de sa charrue et que ta grand beauté/ aura cédé sous sa cruelle lame ; / De qui seras-tu encore regardé? ».
Ou encore :
Henri Thomas : « Combien tu rends douce et charmante cette honte, / Qui, telle dans la rose embaumée la chenille, / Entache la beauté de ton renom naissant ! / Oh, dans quelles douceurs sont tes péchés enclos ! ».
William Cliff : « Oh ! Comme tu contrefais bien la honte / mimant la fièvre d'une tendre fleur / et que comme elle en beauté tu le fondes / pour savamment déguiser ton horreur ! ». Tous ceux qui aiment à s'approcher du mystère de la poésie et rêvent d'avancer dans la connaissance de l'ineffable confronteront avec un grand profit ces deux traductions où perle la rosée humaine de la poésie. Cette aventure de lecture croisée sous la gouverne du grand Will les mènera à vouloir découvrir les recueils de poèmes d'Henri Thomas autant que ceux de William Cliff. L'anglais de Shakespre étant l'une des plus belles musiques de l'esprit, les plus vaillants se régaleront en écoutant sur Youtube les 154 sonnets lus par un comédien tandis que défilera sous leurs yeux le texte original. La traduction par Henri Thomas et celle où s'illustre William Cliff les accompagneront dans « ce qui s'exprime avec une saisissante et directe vérité par tout le recueil : amour, jalousie, angoisse à la fuite des jours et au déclin de la beauté, horreur et amour indissolublement unis dans la fureur érotique, tourment de l'âme immortelle jetée dans l'espace et le temps », ainsi que l'écrivait Thomas dans sa préface. Ces deux traductions des Sonnets par deux poètes dont les œuvres témoignent, chacune à sa façon, d'un irréfragable refus d'obtempérer et de se dissoudre dans le mensonge à soi-même et à autrui invitent grandement à les retrouver dans leurs poèmes et leurs romans ou récits car William Cliff autant que Henri Thomas sont des écrivains de premier ordre : un ordre qu'on pourrait appeler l'impératif d'être soi. On mesure cette singularité sans concession, avec un grand plaisir de lecture, en découvrant les lettres d'Henri Thomas à son ami poète breton Gérard Le Gouic. Elles paraissent aux éditions des Montagnes Noires sous le titre Atlantiquement vôtre, comme je publiais en 1991, Avez-vous lu Henri Thomas ? (aux éditions du Rocher), Henri Thomas signale quelque embarras : « Je suis bien incertain devant le livre de Salim Jay. Il s'explique et s'exprime en faisant trop de pointes et d'allusions obscures, mais il tombe souvent juste et son langage un peu extravagant amuse. Drôle de livre, drôle d'auteur ». Mon langage est peut-être, vingt ans après, un peu moins extravagant mais ma passion pour l'œuvre d'Henri Thomas n'a cessé de se renforcer. Elle croît à chaque relecture de ses romans et de sa poésie. Quand à William Cliff, je le tiens pour le plus véridique des poètes. Sourcier intempérant de l'errance et du retour à soi, il vagabonde dans l'âme du monde et frotte sa plume aux corps et aux cœurs. Terminons avec ce qu'écrivait Henri Thomas à Gérard Le Gouic le 22 décembre 1986 : « As-tu à Qimper cette espèce d'hiver printanier ? il n'y a plus un seul natif à Houat. Léonie des Iles est morte, la Sirène abolie. (Partis au Maroc.)».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.